Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 17/02/2014

Des membres de la Douma, le parlement russe, ont demandé au ministère des Affaires étrangères d'étudier la loi belge élargissant l'euthanasie aux mineurs, votée la semaine passée, en vue d'interdire l'adoption d'enfants russes par des Belges, écrit lundi Russia Today. L'initiative émane du député Roman Choedjakov, membre du parti nationaliste de droite LDPR (Parti libéral-démocrate de Russie). Selon le député, la majorité des groupes défendant les droits des enfants  soutiennent une telle interdiction de l'adoption de citoyens russes par des Belges. Dans les faits, l'adoption d'enfants russes par des familles belges est déjà limitée (68 enfants sur la période 2003-2012 en Belgique francophone). (Belga)
 


Articles similaires

Euthanasie : Tempo omhoog of debat verdrinkt

Euthanasie : Tempo omhoog of debat verdrinkt

- Euthanasie et suicide assisté

De Senaat voorziet nog acht hoorzittingen omtrent euthanasie, telkens om de twee weken. Euthanasie voor minderjarigen komt op 6 maart nog aan bod, daarna is het de beurt aan het volgende 'blok': euthanasie voor dementerenden.
Pas daarna volgt de parlementaire behandeling, maar Guy Swennen (SP.A) wil de timing vervroegen. 'Zodra er een thema is afgewerkt, zouden we al aan de behandeling kunnen beginnen, terwijl de hoorzittingen doorlopen. Euthanasie voor minderjarigen stevent af op een...

Lire la suite

Peu de Belges organisent leur euthanasie

Peu de Belges organisent leur euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

p { margin-bottom: 0.21cm; }

Fin 2010, le nombre de déclarations anticipées d'euthanasie enregistrées auprès du SPF Santé publique s'élève à 24.046. Un article paru dans Le Soir mentionne que trois quarts de ces déclarations proviendraient de Flandre. D'après le quotidien, cette procédure resterait mal connue et contraignante. Un formulaire type permet aux citoyens d'exprimer leur souhait d'avoir recours à l'euthanasie dans certaines circonstances et lorsqu'ils ne seraient plus aptes à s'expr...

Lire la suite

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

- Euthanasie et suicide assisté

Lorsqu'un médecin accède à une demande d'euthanasie en Belgique, la loi prévoit qu'un second médecin doit juger du caractère inapaisable et insupportable de la souffrance de la personne en fin de vie. Cet acte requiert un certain investissement en temps de la part du praticien. Mais aucun acte médical ne sera véritablement posé. Comment dès lors rétribuer cet avis pré-euthanasie ? De plus, comment trouver rapidement des médecins « indépendants » à même de remettre un avis sur la demande d'euth...

Lire la suite