Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 12/11/2013

En 2008, M. Heringa a aidé sa mère de 99 ans à mettre fin à ses jours en lui procurant certains médicaments, après qu'un médecin eût refusé de pratiquer l'euthanasie.
Le Tribunal reconnaît qu'Albert Heringa “a délibérément choisi de ne pas respecter la loi”, mais comme il « est convaincu qu'il a agi par amour pour sa mère, il ne sera pas puni”. Alors que le parquet avait requis une peine de 3 mois de prison avec sursis, au lieu des 3 ans encourus, le tribunal a décidé de l'acquitter.
Le droit à l'aide à “partir de manière digne”, une fois sa vie “accomplie”, et pas seulement lorsque les critères de la loi sur l'euthanasie sont remplis, y est de plus en plus plébiscité.
Le débat public doit très certainement avoir lieu”, a poursuivi le tribunal, avant d'ajouter : “c'est au monde politique de décider si oui ou non il faut faire quelque chose”.
Source : Alliance Vita
 


Articles similaires

Qu’est-ce qui conduit les prisonniers à demander l’euthanasie ?

Qu’est-ce qui conduit les prisonniers à demander l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

23 détenus ont demandé l'euthanasie entre 2011 et 2017. Si l'on ne connaît pas l'issue de leurs demandes, on sait néanmoins que deux d'entre eux se trouvaient en phase terminale d'un cancer, tandis que les 21 autres invoquaient des souffrances psychiques.

De quelles souffrances s'agit-il ? Caroline Devynck, criminologue à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), s'est longuement entretenue avec eux. Elle rapporte qu'ils sont en général condamnés à un emprisonnement de longue durée, et qu'ils con...

Lire la suite

Belgique : difficultés de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie

Belgique : difficultés de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Cela fait quatorze mois que la commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie (CFCEE) belge tourne en « affaires courantes » puisque les mandats des membres actuels étant arrivés à échéance le 18 octobre 2015 sont toujours en attente de renouvellement. Une situation « ennuyante », estime Gilles Génicot, avocat et président francophone de la commission.

Etudier près de 200 formulaires de déclaration d'euthanasie par mois et participer à une réunion mensuelle, ne suscite visibl...

Lire la suite

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

- Euthanasie et suicide assisté

À la suite de l'instauration du "Protocole de Groningen", qui permet depuis 2007 à un médecin d'euthanasier un bébé porteur d'un handicap, le comité national de suivi s'étonne du fait que, jusqu'à présent, un seul cas ait été rapporté. En effet, dans ses estimations, le comité avait tablé sur 15 à 20 cas annuels. Comment expliquer cet écart ? Les médecins néerlandais préfèrent-ils taire les cas d'euthanasie de nouveau-nés ?    

Dans son dernier numéro, le Journal of Medical Ethics (2010, n°36...

Lire la suite