Euthanasie : étude sur les pratiques et attitudes des médecins belges

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 10/01/2012

Une étude vient de sortir dans le cadre du projet MELC (Monitoring the quality of End-of-Life Care in Flanders) du programme IWT-SBO (agence de financement pour la science et la technologie en Flandre). Elle révèle les motifs pour lesquels les médecins de Flandre n'ont pas déclaré à la Commission d'évaluation les euthanasies qu'ils ont pratiquées, alors que la loi les y oblige.
Que dit cette étude? Dans tous les cas où le médecin néglige son obligation de déclarer l'euthanasie à la Commission de contrôle, 18%  considèrent que la procédure administrative est fastidieuse, 12% que toutes les conditions et procédures légales n'étaient pas respectées. Dans  9% des cas non déclarés, le médecin a la conviction que l'euthanasie est une affaire privée entre son patient et lui-même, et, dans 2% des cas, le médecin aurait craint d'éventuelles poursuites juridiques.
Cette même étude éclaire aussi d'autres aspects : un médecin considère ou non un décès comme un cas d'euthanasie selon la substance utilisée pour induire ce décès. Lorsqu'il pratique l'euthanasie au moyen d'une dose excessivement élevée d'opaciés, le médecin ne perçoit généralement pas cet acte comme une euthanasie, mais comme une forme de sédation ou de soins palliatifs "exagérés".


Articles similaires

Le médecin démissionnaire de la Commission euthanasie expose ses motifs

Le médecin démissionnaire de la Commission euthanasie expose ses motifs

- Euthanasie et suicide assisté

Le Docteur Ludo Vanopdenbosch expose les raisons de sa démission de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie dans une lettre adressée au Parlement belge. En voici le texte en français
et en néerlandais.

Pour rappel, ce médecin, spécialiste en neurologie et soins palliatifs, a démissionné suite à la décision de la CFCEE de ne pas renvoyer vers la justice le dossier d'une dame atteinte d'une maladie dégénarative, dont le médecin a provoqué intentionellement la mort sans qu'elle l'ait ...

Lire la suite

Une femme de 44 ans souffrant d’anorexie a été euthanasiée.

Une femme de 44 ans souffrant d’anorexie a été euthanasiée.

- Euthanasie et suicide assisté

C'est fin 2012, qu'Ann G. a été euthanasiée comme elle le demandait. Les médecins ayant administré le produit létal ont estimé que sa demande entrait dans le cadre de la loi belge, dans la mesure où Ann G. souffrait d'une affection psychiatrique qui lui causait une souffrance insupportable.
Quelques mois auparavant, Ann témoignait encore lors d'émissions télévisées contre son psychiatre, Walter Vanderryken, qu'elle accusait d'avoir eu des rapports non désirés avec elle. En 2007, souffrant déj...

Lire la suite

Élargissement de la loi euthanasie: les médecins catholiques disent non!

Élargissement de la loi euthanasie: les médecins catholiques disent non!

- Euthanasie et suicide assisté

Le site de la Fédération Internationale des Associations de Médecins Catholiques publie une motion contre "la banalisation de la mort" en Belgique. Cette déclaration est signée par la Société Médicale belge de Saint-Luc asbl.

Dans un message bilingue, daté du 1er mars 2013, le docteur Paul Deschepper, président d'honneur de la Société Médicale belge de Saint-Luc, s'insurge contre une "interprétation molle" de la loi sur l'euthanasie, qui date de 2002. Et le médecin de s'inquiéter de dérives à...

Lire la suite