Euthanasie et psychiatrie : le cas d’un interné belge

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/09/2014

Frank Van Den Bleeken, interné en Belgique depuis près de 30 ans est en demande d'euthanasie depuis 3 ans. Il y a quelques jours, la perspective de cette "mort digne" lui a été accordée, suscitant l'émoi en Belgique et bien au-delà de nos frontières. Quand on sait que cet homme ne veut pas mourir, mais ne supporte simplement plus de vivre sans recevoir des soins adaptés à sa situation, cet émoi est amplement justifié.
Mais au-delà de ce cas, hautement symbolique, en ce qu'il évoque forcément une forme de peine de mort sollicitée, n'est-ce pas toute l'application de la loi relative à l'euthanasie qui devrait poser question ?
La Belgique s'est forgée une triste réputation en matière de prise en charge des détenus internés pour motifs psychiatriques, montrant une carence grave dans leur traitement. Avec, à la clé, plusieurs condamnations par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
Quand un interné se suicide dans l'aile psychiatrique d'une prison, où est l'émotion, où est la presse ? Faudrait-il désormais voir l'euthanasie comme une forme de prévention du suicide, comme l'évoquait dans les colonnes du Figaro la présidente de l'ADMD Belgique ? Le fait que 15 internés aient fait une demande d'euthanasie suite à l'accord intervenu il y a quelques jours ne devrait-il pas retentir comme un signal d'alarme ?
Et, abstraction faite du milieu carcéral, ce cas ne devrait-il pas également remettre en question la place de l'euthanasie en psychiatrie ? Trois médecins attestent aujourd'hui de la souffrance psychique inapaisable de Frank Van Den Bleeken, et jugent que cet homme, déclaré par ailleurs irresponsable de ses actes, dispose du discernement nécessaire pour demander la mort. Qu'en sera-t-il quand des chômeurs de longue durée, des personnes surendettées... feront état de souffrances psychiques inapaisables liées à leur situation ?
En réalité, il est à craindre que l'euthanasie soit désormais entrée dans une sorte de logique propre, d'emballement incontrôlable, faisant voler en éclats les "balises strictes" mises en place par le législateur. Il est à espérer que ce même législateur aura le courage d'une sérieuse remise en question.


Articles similaires

Pays-Bas : l'euthanasie en forte augmentation  depuis six ans

Pays-Bas : l'euthanasie en forte augmentation depuis six ans

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, selon le rapport publié le 24 septembre, le nombre d'euthanasies et de suicides assistés officiellement déclarés est en constante augmentation dans le pays depuis 2006, avec une hausse de 13% entre 2011 et 2012. La commission chargée du contrôle fait état de 1.923 cas en 2006 et 4.188 cas en 2012, soit environ 3% de tous les décès aux Pays-Bas.
On note une baisse des euthanasies sur les personnes en voie de devenir démentes - on passe de 49 à 42,  alors que certaines association...

Lire la suite

Nederland: toetsing euthanasie aan herziening toe

Nederland: toetsing euthanasie aan herziening toe

- Euthanasie et suicide assisté

De Regionale toetsingscommissies euthanasie (RTE's) moeten worden aangevuld met een centrale toetsingscommissie waarin onder meer een psychiater zitting heeft. Dat is nodig omdat artsen steeds vaker euthanasie verlenen aan psychiatrische patiënten, zegt hoogleraar gezondheidsrecht Martin Buijsen deze week in Medisch Contact.

Bron: Artsennet

Lire la suite

Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

- Euthanasie et suicide assisté

Saisissant l'importance du dossier relatif à une mort provoquée déclarée comme euthanasie à la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCEE), les médias francophones réagissent et ont interviewé Jacqueline Herremans, membre de la CFCEE.

Celle-ci confirme que le débat au sein de la Commission suite à l'audition du médecin, a été « virulent ». La question était de savoir s'il fallait renvoyer le dossier au Parquet et laisser la Justice interpeller le médecin qui a prov...

Lire la suite