Euthanasie et psychiatrie : le cas d’un interné belge

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/09/2014

Frank Van Den Bleeken, interné en Belgique depuis près de 30 ans est en demande d'euthanasie depuis 3 ans. Il y a quelques jours, la perspective de cette "mort digne" lui a été accordée, suscitant l'émoi en Belgique et bien au-delà de nos frontières. Quand on sait que cet homme ne veut pas mourir, mais ne supporte simplement plus de vivre sans recevoir des soins adaptés à sa situation, cet émoi est amplement justifié.
Mais au-delà de ce cas, hautement symbolique, en ce qu'il évoque forcément une forme de peine de mort sollicitée, n'est-ce pas toute l'application de la loi relative à l'euthanasie qui devrait poser question ?
La Belgique s'est forgée une triste réputation en matière de prise en charge des détenus internés pour motifs psychiatriques, montrant une carence grave dans leur traitement. Avec, à la clé, plusieurs condamnations par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
Quand un interné se suicide dans l'aile psychiatrique d'une prison, où est l'émotion, où est la presse ? Faudrait-il désormais voir l'euthanasie comme une forme de prévention du suicide, comme l'évoquait dans les colonnes du Figaro la présidente de l'ADMD Belgique ? Le fait que 15 internés aient fait une demande d'euthanasie suite à l'accord intervenu il y a quelques jours ne devrait-il pas retentir comme un signal d'alarme ?
Et, abstraction faite du milieu carcéral, ce cas ne devrait-il pas également remettre en question la place de l'euthanasie en psychiatrie ? Trois médecins attestent aujourd'hui de la souffrance psychique inapaisable de Frank Van Den Bleeken, et jugent que cet homme, déclaré par ailleurs irresponsable de ses actes, dispose du discernement nécessaire pour demander la mort. Qu'en sera-t-il quand des chômeurs de longue durée, des personnes surendettées... feront état de souffrances psychiques inapaisables liées à leur situation ?
En réalité, il est à craindre que l'euthanasie soit désormais entrée dans une sorte de logique propre, d'emballement incontrôlable, faisant voler en éclats les "balises strictes" mises en place par le législateur. Il est à espérer que ce même législateur aura le courage d'une sérieuse remise en question.


Articles similaires

"Artsen schuiven euthanasie als een hete aardappel door"

"Artsen schuiven euthanasie als een hete aardappel door"

- Euthanasie et suicide assisté

Arts Sarah Van Laer is de voorbije twee jaar bij liefst 14 euthanasieaanvragen geroepen. Vaak wordt verwacht dat zij dan ook, en liefst meteen, 'het spuitje geeft'. 'Men beseft niet hoe weinig artsen euthanasie willen uitvoeren', zegt ze.
Sarah Van Laer heeft geen goed oog in de mogelijke uitbreiding van de euthanasiewet naar minderjarigen. 'Ik vraag me af wie bij hen euthanasie zal willen uitvoeren.'
De Standaard 24/06/2013

De Leif*-artsen, de artsen die andere dokters bijstaan bij...

Lire la suite

Euthanasie pour souffrance psychique en Belgique

Euthanasie pour souffrance psychique en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau DOSSIER !

Le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique a publié en décembre 2017 un avis sur l'euthanasie de patients hors phase terminale, affectés d'une souffrance psychique avec ou sans affection médicale (psychiatrique ou autre) sous-jacente.

Dans cet avis, le Comité répond en 75 pages aux questions posées en 2011 par Madame Laurette Onckelinkx, à l'époque Ministre de la Santé publique.

L'avis rendu 6 ans plus tard, reprend les points de consensus, mais également les dissens...

Lire la suite

Pays-Bas: un juge ordonne de laisser partir une femme d'un établissement de soins pour l'euthanasier

Pays-Bas: un juge ordonne de laisser partir une femme d'un établissement de soins pour l'euthanasier

- Euthanasie et suicide assisté

Une femme de 80 ans, soignée et accompagnée dans un établissement de soins de Vlissingen aux Pays-Bas exprimait, suite à de graves problèmes de santé, son désir d'être euthanasiée depuis un an et demi.
Alors que son médecin traitant et les psychologues de l'établissement de soin estimaient qu'elle n'était plus capable de saisir la situation et d'exprimer lucidement sa volonté, ses proches ont demandé à ce qu'elle soit euthanasiée.
Apprenant que les proches de la patiente souhaitaient mener ce ...

Lire la suite