Euthanasie des patients qui ne sont pas en phase terminale : les psychiatres américains sont contre

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 10/01/2017

L'Association Américaine de Psychiatrie (AAP) vient d'émettre un avis tranché quant à la pratique de l'euthanasie pour des patients qui ne sont pas en phase terminale. Rejoignant ainsi l'avis de l'Association Médicale américaine, la déclaration affirme qu'« un psychiatre ne devrait prescrire ou envisager aucune intervention dont le but est de causer la mort chez un patient qui n'est pas en phase terminale ».

Cette déclaration a d'autant plus de poids que l'AAP demeure aujourd'hui la plus importante société savante et professionnelle américaine (36 000 membres) et la plus influente dans le monde dans le milieu de la psychiatrie. La déclaration affirme qu'« aider un patient qui n'est pas en phase terminale à se suicider, que ce soit en lui fournissant les moyens adéquats ou directement par injection létale n'est pas éthique ». L'AAP estime qu'« un psychiatre ne peut ni ne doit assister au suicide de son patient. (…) La mise à disposition de moyens de suicide (prescriptions, cuves à hélium...) ou l'administration d'injection mortelle sont inacceptables ».

Et lorsque l'Association Américaine de Psychiatrie statue « qu'un psychiatre ne devrait prescrire ou envisager aucune intervention dont le but est de causer la mort chez un patient qui n'est pas en phase terminale », cela peut-il être étendu à l'avis comme médecin conseil que donnerait un psychiatre pour une personne qui n'est pas en fin de vie et, comme cela est requis en Belgique, lorsqu'il s'agit de se prononcer sur la santé mentale de la personne ayant demandé l'euthanasie ?

Faisant suite à un article paru dans le Washington Post à ce sujet, et à la réaction de certains psychiatres belges, la ministre de la santé Maggie De Block (Open VLD) a déclaré qu'elle ne voyait « pas ce que les Américains viennent faire dans ce débat ».

Le président de l'Union professionnelle belge des médecins spécialistes en psychiatrie et membre du comité de l'Association européenne de Psychiatrie (EPA), Geert Dom, appelle quant à lui à la prudence et au sérieux. Il explique qu'il ne faut pas sous-estimer les avis de professionnels étrangers sur des lois demeurant objectivement très progressistes comparées aux autres pays. L'Association Flamande de psychiatrie, par la voix de son Président Friede Matthys, fait quant à elle part de divergences d'opinions en son sein. On se rappellera en effet la fermeté et l'argumentation développées par de nombreux professionnels de la psychiatrie dans une  carte blanche publiée fin 2015. 

Source : BioEdge, Washington Post


Articles similaires

Euthanasie : pas encore de chiffres officiels.

Euthanasie : pas encore de chiffres officiels.

- Euthanasie et suicide assisté

Le 10 février 2012, quelques chiffres se rapportant à l'euthanasie en Belgique étaient largement médiatisés, notamment dans un communiqué de l'agence Belga . Ces quelques chiffres sont  sans doute le résultat d'une fuite  d'un des membres de la Commission d'évaluation de la loi dépénalisant l'euthanasie,  étant donné que ce rapport ne sera rendu public qu'en mai 2012.  Ce n'est qu'à cette date que l'intégralité et la réalité des chiffres seront connus et que des commentaires pourront être fait...

Lire la suite

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une interview donnée à la presse et publiée par RTBF.be et DH.be, le Professeur Wim Distelmans, président de la Commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique donne en avant-première, en son nom propre et sans que le Rapport officiel ne soit encore disponible, quelques éléments sur la situation de l'euthanasie en Belgique pour 2014 et 2015.
On y apprend en particulier que le nombre d'euthanasies déclarées est en constante augmentation et a passé la barre des 2000 cas en 2015 (1924 cas...

Lire la suite

Le médecin appelé pour le deuxième avis euthanasie gagnera 160 euros

Le médecin appelé pour le deuxième avis euthanasie gagnera 160 euros

- Euthanasie et suicide assisté

Le thérapeute consulté pour le deuxième avis en matière d'euthanasie peut désormais facturer 160 euros. L'INAMI a donné son autorisation pour une convention avec le consortium des asbl Leif (LevensEindeInformatieForum) et  EOL (End Of Life doctors). Le budget annuel prévu s'élève à 199.700 euros pour rémunérer le deuxième avis en matière d'euthanasie.
Le consortium "LEIF -EOL", qui a travaillé à cette convention et en est le seul candidat, devra mettre en place un comité médical où seront impl...

Lire la suite