Euthanasie des enfants : sévérité de la déclaration de parlementaires du Conseil de l'Europe

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 30/01/2014

61 membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe émanant de plusieurs pays et partis politiques, dont les socialistes, ont signé une “déclaration écrite” relative au projet de loi qui dépénaliserait l'euthanasie des enfants en Belgique.

Les signataires affirment que la Belgique se trompe lourdement en pensant « que les enfants sont capables de donner leur consentement éclairé à l'euthanasie et qu'ils peuvent comprendre la signification grave et les conséquences d'une telle décision ». Ces parlmentaires estiment que la Belgique « trahit les enfants les plus vulnérables en estimant que leurs vies n'auraient plus de valeur intrinsèque ».
Une telle Déclaration n'engage pas toute l'Assemblée parlementaire. Elle constitue néanmoins un document officiel destiné à alerter un pays sur une situation grave en matière de droits de l'Homme ou d'éthique.
 

Written declaration No. 567
Considering the December 2013 vote in the Belgian Senate to approve by 50 votes to 17 a proposal to legalise euthanasia for children (without any age limit);
Bearing in mind that:
- the Committee of Ministers welcomed in this respect paragraph 9 (c) of the Parliamentary Assembly Recommendation 1418 (1999), to “encourage the member States of the Council of Europe to respect and protect the dignity of terminally ill or dying persons in all respects by upholding the prohibition against intentionally taking the life of terminally ill or dying persons”;
- the Assembly, in its Resolution 1859 (2012) stated that “Euthanasia, in the sense of the intentional killing by act or omission of a dependent human being for his or her alleged benefit, must always be prohibited”,
the undersigned members of the Parliamentary Assembly are of the opinion that this vote in the Belgian Senate:
- betrays some of the most vulnerable children in Belgium by accepting that their lives may no longer have any inherent value or worth and that they should die;
- mistakenly assumes that children are able to give appropriate informed consent to euthanasia and that they can understand the grave meaning and complex consequences associated with such a decision;
- promotes the unacceptable belief that a life can be unworthy of life which challenges the very basis of civilised society.
 
 


Articles similaires

Euthanasie STOP : une initiative citoyenne

- Euthanasie et suicide assisté

« Vous n'êtes pas favorables à l'élargissement de la loi sur l'euthanasie aux mineurs et aux déments : faites le savoir ! Partagez votre point de vue critique sur le site euthanasie STOP. »

Un collectif composé de professeurs universitaires, de professionnels de la santé et de juristes, de tous les coins du pays et de divers horizons philosophiques, annonce la création du site web Euthanasie STOP :

La loi dépénalisant l'euthanasie en Belgique a été votée en mai 2002. Cette loi crée un cadre ...

Lire la suite

Euthanasie des mineurs : le débat reprendra  le 2 octobre

Euthanasie des mineurs : le débat reprendra le 2 octobre

- Euthanasie et suicide assisté

Les commissions réunies des Affaires sociales et de la Justice du Sénat ont décidé de reporter à la rentrée, le travail législatif visant à étendre aux mineurs d'âge l'actuelle loi dépénalisant, sous certaines conditions, l'euthanasie. L'initiative de 4 députés (MR-PS-Open VLD-SP.A) de rédiger un texte de consensus sur l'élargissement de la loi euthanasie aux enfants s'était heurtée à l'opposition des partenaires de la majorité CDH et CD&V. Les auteurs espéraient obtenir un vote en séance plén...

Lire la suite

Une femme de 44 ans souffrant d’anorexie a été euthanasiée.

Une femme de 44 ans souffrant d’anorexie a été euthanasiée.

- Euthanasie et suicide assisté

C'est fin 2012, qu'Ann G. a été euthanasiée comme elle le demandait. Les médecins ayant administré le produit létal ont estimé que sa demande entrait dans le cadre de la loi belge, dans la mesure où Ann G. souffrait d'une affection psychiatrique qui lui causait une souffrance insupportable.
Quelques mois auparavant, Ann témoignait encore lors d'émissions télévisées contre son psychiatre, Walter Vanderryken, qu'elle accusait d'avoir eu des rapports non désirés avec elle. En 2007, souffrant déj...

Lire la suite