Euthanasie des bébés handicapés: controverse autour du « Protocole de Groningen »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Norvège

Publié le : 11/03/2010

Le "Protocole de Groningen " comprend une liste de critères qui permettent à un médecin de procéder à une euthanasie de bébés porteurs d'un handicap. En particulier, les parents doivent donner leur consentement, et le bébé doit souffrir de manière insupportable alors que son existence est sans espoir.

Cependant, depuis que le Gouvernement des Pays Bas a adopté ce protocole, aucun cas n'a été rapporté. En pratique, il semble que certains pédiatres optent pour l'arrêt de tout traitement, en ce compris l'alimentation artificielle. Ceci fait dire à l'association de pédiatres des Pays-Bas que le "Protocole de Groningen" ne fonctionne pas et devrait en conséquence être étendu aux bébés qui risqueraient de souffrir dans le futur.

Diverses associations de parents d'enfants malades ont réagi vivement en avançant comme arguments que l'extension  du "Protocole de Groningen" reviendrait à priver du droit de vivre des bébés handicapés, ou encore qu'il est quasi impossible de prédire la qualité de vie d'un patient, d'autant que de tels jugements sont subjectifs et parfois stéréotypés. Ces réactions mettent en question la compatibilité du "Protocole de Groningen" avec les Droits de l'Homme, et pointent l'espoir de voir mieux valorisées les décisions de traitements à visée palliative, en particulier pour les bébés en train de mourir.  

L'IEB a publié à ce sujet  le dossier "Questions d'infanticide : euthanasie d'enfants handicapés" disponible ici.

Sources : Tertio et IEB


Articles similaires

Au Canada, l'euthanasie toujours plus acceptée comme "option de fin de vie"

Au Canada, l'euthanasie toujours plus acceptée comme "option de fin de vie"

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis sa légalisation au Canada en 2016, l'euthanasie y connaît chaque année une forte augmentation et a concerné 7 595 personnes en 2020, soit 34% de plus que l'année précédente. Qualifiée « d'aide médicale à mourir » par la loi et l'administration canadiennes, cette « prestation » est assumée par un nombre croissant de médecins et d'infirmières (+18% depuis 2019), qui s'efforcent de répondre à la demande en hausse des citoyens. Selon le rapport du ministère de la santé, « une plus grande se...

Lire la suite

Déclarations anticipées d’euthanasie: y a-t-il un contrôle quant à la capacité juridique de la perso

Déclarations anticipées d’euthanasie: y a-t-il un contrôle quant à la capacité juridique de la perso

- Euthanasie et suicide assisté

C'est en décembre 2013 que la sénatrice Elke Sleurs (N-VA) a posé plusieurs questions à la Ministre de la santé à propos du contrôle des déclarations anticipées d'euthanasie, selon lesquelles, et d'après la loi du 28 mai 2002 concernant l'euthanasie, il est possible d'exprimer sa volonté d'être euthanasié le jour où l'on ne serait plus en état de le faire. Quel contrôle y a-t-il pour ces cas de majeurs « incapables », dont il existe plusieurs catégories. En effet, on peut être frappé d'incapac...

Lire la suite

Euthanasia Newborns: Protocol of Groningen

Euthanasia Newborns: Protocol of Groningen

- Euthanasie et suicide assisté

NEW ! Dossier : Now available in English

Until now, only three countries in the world have decriminalised euthanasia: the Netherlands, Belgium and Luxembourg. This practice is available only to people who are mentally competent when they apply (if necessary, via a declaration in advance requesting euthanasia).
A notable exception to the voluntary nature of the request for euthanasia concerns newborns who face suffering that is deemed intolerable and who have no prospect of enjoying an...

Lire la suite