Euthanasie des bébés handicapés: controverse autour du « Protocole de Groningen »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Norvège

Publié le : 11/03/2010

Le "Protocole de Groningen " comprend une liste de critères qui permettent à un médecin de procéder à une euthanasie de bébés porteurs d'un handicap. En particulier, les parents doivent donner leur consentement, et le bébé doit souffrir de manière insupportable alors que son existence est sans espoir.

Cependant, depuis que le Gouvernement des Pays Bas a adopté ce protocole, aucun cas n'a été rapporté. En pratique, il semble que certains pédiatres optent pour l'arrêt de tout traitement, en ce compris l'alimentation artificielle. Ceci fait dire à l'association de pédiatres des Pays-Bas que le "Protocole de Groningen" ne fonctionne pas et devrait en conséquence être étendu aux bébés qui risqueraient de souffrir dans le futur.

Diverses associations de parents d'enfants malades ont réagi vivement en avançant comme arguments que l'extension  du "Protocole de Groningen" reviendrait à priver du droit de vivre des bébés handicapés, ou encore qu'il est quasi impossible de prédire la qualité de vie d'un patient, d'autant que de tels jugements sont subjectifs et parfois stéréotypés. Ces réactions mettent en question la compatibilité du "Protocole de Groningen" avec les Droits de l'Homme, et pointent l'espoir de voir mieux valorisées les décisions de traitements à visée palliative, en particulier pour les bébés en train de mourir.  

L'IEB a publié à ce sujet  le dossier "Questions d'infanticide : euthanasie d'enfants handicapés" disponible ici.

Sources : Tertio et IEB


Articles similaires

Uruguay : une proposition de loi pour légaliser l’euthanasie

Uruguay : une proposition de loi pour légaliser l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le 11 mars 2020, cinq députés uruguayens ont déposé une proposition de loi pour dépénaliser l'euthanasie et le suicide assisté. Le texte prévoit que ne pourra être poursuivi pénalement le médecin qui provoquera la mort ou assistera dans son suicide une personne adulte, "capable psychologiquement", "atteint d'une maladie terminale, irréversible et incurable ou endurant des souffrances insupportables". Ces critères, sujets à interprétation, ne sont assortis d'aucune définition ou autre précision...

Lire la suite

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van ee

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van ee

- Euthanasie et suicide assisté

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van een hersendode.

Het gebeurde in ons land nog maar zeven keer dat iemand die om euthanasie vroeg, ook voorstelde om orgaandonor te worden. Maar telkens viel het de chirurgen op dat de resultaten van die longtransplantaties zeer goed waren. 'Je kunt met het blote oog zien dat de longen gezonder zijn', zegt professor Dirk Van Raemdonck van het Universitair Ziekenhuis Leuven. Hij publiceerde recent...

Lire la suite

Etat de Victoria (Australie) : un pas vers la dépénalisation de l'euthanasie

Etat de Victoria (Australie) : un pas vers la dépénalisation de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que le Parlement fédéral australien rejetait pour la quinzième fois, le mois dernier, un projet de loi sur l'euthanasie, l'Etat de Victoria approche de l'aboutissement de sa propre loi « sur la mort volontaire assistée ». Cette loi, dépénalisant l'euthanasie et le suicide assisté, adoptée par le Parlement étatique le 29 novembre 2017 aux termes de longs débats houleux, pourrait entrer en vigueur dès juin 2019.

Le texte de la loi permettrait à tout habitant majeur de l'Etat, ayant la cap...

Lire la suite