Etats-Unis : le suicide assisté en Oregon

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 21/04/2017

En Oregon, 3% des suicides assistés recensés par l'Autorité de Santé sont justifiés par l'incapacité à financer une chimiothérapie. Ce motif interpelant a été révélé dans un rapport d'évaluation du Death with Dignity Act (1ère loi aux Etats-Unis permettant le suicide assisté dans l'Etat d'Oregon, en vigueur depuis 1997) publiée par JAMA Oncology au début du mois d'avril.

L'étude montre par ailleurs que, depuis 1998, le nombre de demandes de suicide assisté ne fait qu'augmenter. On note une croissance annuelle moyenne de 12% entre 1998 et 2013 et une hausse encore plus prononcée de 30% par an entre 2013 et 2015.

Sur cette même période (1998-2015), seules 991 prescriptions létales sur les 1.545 délivrées (soit 64%) ont effectivement été utilisées. Parmi ces 991 cas de suicide assisté enregistrés, 77% étaient atteints d'un cancer.

Enfin, le Dr Blancke, principal auteur de cette étude, s'indigne du fait que la prise en charge inappropriée de la douleur contribue à 25,2% des demandes de suicide assisté. Il estime que la prise en charge insuffisante de la douleur ne devrait pas entrer en ligne de compte lorsqu'un patient demande le suicide assisté. Il rappelle à cette occasion que tous les moyens possibles doivent être mis en oeuvre pour soulager la souffrance physique du patient. Parmi les motifs les plus fréquemment évoqués, on retrouve la perte d'autonomie (91,6%) et le sentiment d'indignité (78,7%), et la pénibilité du quotidien (89,7%).

Source : JAMA Oncology


Articles similaires

Autriche : la loi sur le suicide assisté est-elle (si) restrictive ?

Autriche : la loi sur le suicide assisté est-elle (si) restrictive ?

- Euthanasie et suicide assisté

Adoptée le 16 décembre 2021, la loi autrichienne sur « les dispositions de mort » (Sterbeverfügungsgesetz) est entrée en vigueur le 1er janvier 2022. Cette loi autorise l'aide au suicide sous conditions, en réponse à la décision de la Cour constitutionnelle autrichienne (voy. news IEB 16/12/20) imposant la dépénalisation du suicide assisté avant 2022.

Le texte définitif correspond en large partie à la proposition de loi initiale (voy. news IEB 18/11/21), à quelques différences près.

  Parmi ...

Lire la suite

L’euthanasie en psychiatrie est une alternative valable au suicide

L’euthanasie en psychiatrie est une alternative valable au suicide

- Euthanasie et suicide assisté

« Si quelqu'un veut vraiment mourir, nous devons oser l'aider."

C'est en tout cas ce qui ressort de l'entretien (en néerlandais ci-dessous) paru dans le magazine Knack.
La psychiatre Lieve Thienpont, médecin du groupe LEIF (LevensEindInformatieForum) et le juriste Tony Van Loon font tous deux partie de l'équipe Ulteam (Uitklaring Levenseindevragen Team) à Wemmel, une équipe pluridisciplinaire qui accueille les personnes qui souhaitent se faire euthanasier et pour lesquelles le médecin de fami...

Lire la suite

Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le suicide assisté est illégal en Afrique du Sud et, selon la loi, le médecin qui aiderait quelqu'un à se suicider pourrait être condamné à 14 ans de prison ferme.
S'inscrivant en faux contre cette loi, un tribunal de Pretoria a récemment autorisé un avocat de 65 ans, Robin Stransham-Ford, à demander au médecin de l'aider à se suicider, garantissant que celui-ci ne serait pas poursuivi. En effet, le juge Hans Fabricius a estimé qu'un médecin pouvait « mettre fin à sa vie, soit par administrati...

Lire la suite