Etats-Unis : 15 Etats ont refusé la légalisation du suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 06/07/2017

Depuis janvier 2017, quinze Etats sur vingt-sept aux Etats-Unis ont rejeté les propositions de loi qui autoriseraient un médecin à assister un patient dans son suicide. Ces Etats sont l'Alaska, l'Arizona, le Connecticut, Hawaï (voir Bulletin IEB), l'Indiana, l'Iowa, le Kansas, le Maine, le Maryland, le Mississippi, le Missouri, le Nouveau-Mexique, le Tennessee, l'Utah et le Wyoming.

Dans d'autres Etats, comme le Dakota du Sud, le sujet est encore très largement débattu. Si d'ici Novembre 2017, le Secrétariat d'Etat reçoit 14.000 signatures valides en faveur d'une telle légalisation, alors un référendum s'ouvrira en Novembre 2018.

Pour l'instant, le Sénat s'est fermement opposé  à la légalisation du suicide assisté, le 8 février 2017. Sa position a été suivie par la Chambre des Représentants, le 13 février. Le Sénat condamne en effet cette pratique en vertu de l'intérêt sans mesure qu'il porte au respect de la dignité de toute vie humaine, et défend particulièrement celle des personnes porteuses d'une maladie en phase terminale, âgées, dépressives ou atteintes de toute sorte de problèmes médicaux.

Il affirme que chaque vie a la même valeur et refuse d'autoriser le suicide assisté, porte ouverte de nombreux abus et à l'euthanasie. De plus, ces parlementaires dénoncent le caractère subversif de cet acte quant au rôle du médecin qui est avant tout de soigner et d'accompagner. Ils craignent aussi pour la qualité de la relation « médecin-patient » et  encouragent enfin à placer tous les efforts de l'Etat dans le développement des diagnostics, traitements et soins palliatifs accordés aux patients souffrant de maladie mentale.

Les arguments en anglais de la Résolution du Sénat en date du 8 février 2017

Arguments en français:  Flash Expert Dakota du Sud


Articles similaires

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Suisse Peter Vogt, condamné à la prison à perpétuité pour de multiples agressions sexuelles, a fait appel en juillet 2018 à Exit, une organisation d'aide au suicide. Interné depuis 25 ans, il souffre de graves troubles psychiques en sus de problèmes au coeur et aux reins. Or, ces maux ne constituent manifestement pas le mobile principal de sa demande de suicide, mais bien le désespoir de rester emprisonné dans de telles circonstances : "C'est naturel de préférer se suicider plutôt que d'êtr...

Lire la suite

Allemagne : débat autour du suicide assisté

Allemagne : débat autour du suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le jeudi 13 novembre, le siège du Bundestag, le parlement allemand, a été le cadre d'un débat particulièrement sensible autour de la fin de vie. Dans un pays marqué par son histoire, et profondément divisé sur la question, les parlementaires ont longuement discuté d'une éventuelle légalisation du suicide assisté. Alors qu'un large consensus existe en Allemagne sur le maintien de l'interdiction de l'euthanasie, la fourniture de médicaments visant à accélérer la fin de vie est dans les faits tol...

Lire la suite

L’Espagne s’engage-t-elle  sur la voie de la légalisation de l’euthanasie ?

L’Espagne s’engage-t-elle sur la voie de la légalisation de l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

Ce mardi 11 janvier, les députés espagnols ont décidé d'examiner une proposition de loi réglementant l'euthanasie. Cette loi autoriserait l'euthanasie d'une personne souffrant d'une maladie grave invalidante ou incurable. Concrètement, le patient devrait en faire la demande écrite et la répéter quinze jours plus tard. Cette demande doit être acceptée par deux médecins puis examinée par une commission. Les soignants pourraient refuser de pratiquer une euthanasie en vertu de leur clause de consc...

Lire la suite