Distelmans: "Un nouveau débat sur l'euthanasie s'impose"

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 19/08/2010

Wim Distelmans, professeur en médecine palliative à la VUB et président de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie, plaide pour la réouverture du débat concernant l'euthanasie, apprend-on dans l'hebdomadaire médical flamand De Huisarts. Il souhaite ainsi que les personnes présentant une "incapacité irrévocable acquise d'exprimer ce qu'elles veulent" entrent en ligne de compte pour une euthanasie. Il s'agit entre autres de patients souffrant d'une tumeur au cerveau ou du SIDA et qui se trouvent dans une phase déterminée de la maladie. Selon lui, certains patients psychiatriques devraient également disposer de cette possibilité. 
Les questions concernant l'euthanasie pour ces groupes de patients existent fortement dans la société, d'après le professeur. Les médecins spécialisés dans les soins palliatifs y sont ainsi souvent confrontés. Aux Pays-Bas, l'Association néerlandaise pour une fin de vie volontaire, la NVVE, étudie actuellement la faisabilité d'une clinique consacrée à la fin de vie. Les patients pourraient y entrer pour être euthanasiés et recevoir de l'aide pour mettre fin à leurs jours. Pour Wim Distelmans, l'association souhaite de cette manière remettre au point le débat sur l'euthanasie.
Source:  BELGA 


Articles similaires

L’euthanasie des mineurs en Belgique : dossier de l'IEB

- Euthanasie et suicide assisté

Le 28 février 2014 était promulguée la loi  « modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie, en vue de l'étendre aux mineurs ». La Belgique devenait ainsi le premier et seul pays au monde à autoriser l'euthanasie de mineurs sans qu'aucune condition relative à l'âge de ceux-ci ne doive être rencontrée.

Certains s'en sont félicités, rappelant le rôle « pionnier » joué par la Belgique dans la mise en place d'un cadre légal pour l'euthanasie, présentée comme ultime « acte d'humanité » d...

Lire la suite

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

- Euthanasie et suicide assisté

L'article 4 de la loi du du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipée une déclaration, pour l'éventualité où elle se trouverait dans un état ne lui permettant plus de manifester clairement sa volonté, par exemple lors d'un coma irréversible. 
Depuis septembre 2008, plus de 40.000 Belges ont fait enregistrer une déclaration anticipée auprès de leur commune. D'autres citoyens semblent avoir été euthanasiés sur base de cette déclaration ant...

Lire la suite

Euthanasie : les évêques belges rappellent l'interdit de tuer comme base du vivre ensemble

Euthanasie : les évêques belges rappellent l'interdit de tuer comme base du vivre ensemble

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que la Chambre abordait l'extension de l'euthanasie aux mineurs, les évêques de Belgique, réunis à Grimbergen, approfondissaient la problématique de la fin de vie avec des experts en matière médicale, juridique, éthique et pastorale. Au terme d'une journée de réflexion intense, ils n'ont pas caché qu'ils "se sentent fortement interpellés par la proposition de loi discutée à la Chambre". Et se demandent toujours "pourquoi légiférer en une matière aussi délicate, quand on sait qu'aux Pays-...

Lire la suite