Des soignants réagissent face au « prosélytisme » d'associations pro-euthanasie

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Dans une lettre ouverte écrite à l'initiative de Martine et Bernard Couderc (respectivement gériatre co-fondatrice d'une association de soins palliatifs, et cancérologue), quarante-sept médecins, soignants et aidants-proches dénoncent le « prosélytisme » des associations en faveur de l'euthanasie en France.

C'est l'organisation d'une conférence par le Président départemental de l'ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) qui a suscité la réaction du collectif.  Le médecin invité par l'ADMD, Yves De Locht, a évoqué le cas de ses patients français qui viennent en Belgique pour obtenir l'euthanasie. Le collectif des médecins y voit une attitude proactive de l'ADMD, qui veut faire croire que tout se passe au mieux dans les pays ayant légalisé la pratique. Ces soignants maintiennent que l'euthanasie n'est pas une « solution miracle » comme elle est souvent présentée, et surtout que des alternatives existent qui autorisent à « vouloir autre chose qu'un acte mortifère irréversible ».

Les signataires rappellent que la loi française relative aux soins palliatifs, si elle est bien appliquée, assure le droit aux patients d'être accompagnés dans leurs derniers instants et soulagés dans leurs souffrances. Mis à mal dans leur vocation à se tenir aux côtés des patients, ces médecins dévoués affirment : « Tous engagés auprès de personnes en fin de vie, [nous] voulons témoigner de la complexité et de la diversité de ces situations, ainsi que notre engagement – Ecouter, Soigner, Soulager, Accompagner- avec humanité, responsabilité, et respect des libertés de chacun. »

Lire la lettre en entier


Articles similaires

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van ee

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van ee

- Euthanasie et suicide assisté

De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van een hersendode.

Het gebeurde in ons land nog maar zeven keer dat iemand die om euthanasie vroeg, ook voorstelde om orgaandonor te worden. Maar telkens viel het de chirurgen op dat de resultaten van die longtransplantaties zeer goed waren. 'Je kunt met het blote oog zien dat de longen gezonder zijn', zegt professor Dirk Van Raemdonck van het Universitair Ziekenhuis Leuven. Hij publiceerde recent...

Lire la suite

Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

- Euthanasie et suicide assisté

En 2008, M. Heringa a aidé sa mère de 99 ans à mettre fin à ses jours en lui procurant certains médicaments, après qu'un médecin eût refusé de pratiquer l'euthanasie.
Le Tribunal reconnaît qu'Albert Heringa "a délibérément choisi de ne pas respecter la loi", mais comme il « est convaincu qu'il a agi par amour pour sa mère, il ne sera pas puni". Alors que le parquet avait requis une peine de 3 mois de prison avec sursis, au lieu des 3 ans encourus, le tribunal a décidé de l'acquitter.
Le droit ...

Lire la suite

Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que l'euthanasie n'y est dépénalisée que depuis 2016, le Canada a connu, en l'espace de quelques années, une énorme croissance du nombre de donneurs d'organes, du fait des dons d'organe réalisés après euthanasie.

Une telle corrélation entre euthanasie et don d'organes s'explique notamment par la politique proactive menée par l'Ontario en la matière. Cet Etat canadien est ainsi le premier au monde à imposer aux médecins le fait de mentionner la possibilité du don d'organes aux personnes ...

Lire la suite