Des médecins pédiatres se mobilisent par rapport à l’extension de la loi « euthanasie »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 07/05/2013

Dans une opinion parue dans La Libre (24/04/2013), intitulée « Extension de l'euthanasie aux mineurs: une évidence ? » , les Dr Guy Dembour, Pr Christiane Vermylen, Pr Stéphan Clément de Cléty, Pr Ch. Debauche posent des questions essentielles.
Ils mettent en garde les hommes politiques qui souhaitent accélérer les débats, et affirment qu'en «empêchant ainsi toutes les opinions de s'exprimer, le risque est grand d'aboutir à un texte imprécis et ne posant pas de balises claires ».

Ces pédiatres réaffirment que, sur la base de leur longue expérience «grâce aux soins palliatifs prodigués à l'hôpital et à domicile avec l'aide d'équipes de liaison, aucune demande de fin de vie n'a été formulée ces dix dernières années par un mineur d'âge. Les moyens de soulager la douleur sont nombreux actuellement. Si celle-ci est bien contrôlée, l'enfant profite pleinement des derniers moments de vie qui lui sont octroyés, tout en étant bien conscient de l'échéance proche. Il peut ainsi souhaiter rencontrer une dernière fois ses amis, distribuer des objets qui lui sont chers ou réaliser un projet en famille. Les équipes de soins palliatifs doivent être soutenues et développées, permettant ainsi une approche multidisciplinaire de l'enfant et de sa famille. De très nombreuses souffrances peuvent ainsi être soulagées et la fin de vie peut être envisagée avec une certaine paix.»
Soulignant aussi l'imprécision de certains termes et conceptions repris dans les propositions de loi, les pédiatres ci-dessus affirment que (…) «L'extension de la loi sur l'euthanasie aux mineurs qui demandent que soit mis fin à leur vie mérite un plus ample débat en même temps qu'une amélioration des soins palliatifs pédiatriques en Belgique. L'accompagnement de fin de vie d'enfants prématurés ou souffrant d'un handicap profond constitue un problème éthique totalement différent et qui justifie une réflexion intense au cours de laquelle tous les acteurs concernés devraient être écoutés avec patience et respect.»
 


Articles similaires

Euthanasie: des propositions de loi qui ne sont pas nouvelles...

Euthanasie: des propositions de loi qui ne sont pas nouvelles...

- Euthanasie et suicide assisté

A l'occasion d'un symposium organisé dernièrement à Bruxelles pour marquer le dixième anniversaire de l'euthanasie en Belgique, deux sénatrices socialistes flamandes, Myriam Vanlerberghe et Marleen Temmerman ont annoncé qu'elles déposeraient dans le courant du mois de mai des propositions de loi visant à étendre la possibilité de l'euthanasie aux mineurs et aux déments.
Cette nouvelle, reprise par les principaux médias belges n'en est pourtant pas une.
Rappelons ici que Myriam Vanlerberghe av...

Lire la suite

Pourquoi le nombre d’euthanasies augmente-t-il aux Pays-Bas ?

Pourquoi le nombre d’euthanasies augmente-t-il aux Pays-Bas ?

- Euthanasie et suicide assisté

La forte augmentation du nombre d'euthanasies aux Pays-Bas résulte d'un concours de circonstances : une acceptation croissante de l'euthanasie par la population, une plus grande disposition des médecins à rediriger les patients qui demandent l'euthanasie vers des confrères qui la pratiquent, un vieillissement de la population et une évolution dans les causes de décès.

De 2002 à 2017, le nombre d'euthanasies enregistrées aux Pays-Bas est passé de moins de 2000 à plus de 6500. (Voir le tableau ...

Lire la suite

Suisse : les médecins dépassés par la fin de vie ?

Suisse : les médecins dépassés par la fin de vie ?

- Euthanasie et suicide assisté

En Suisse, la majorité des habitants meurent en milieu hospitalier, où les soins se focalisent sur les troubles physiques, alors que les besoins spécifiques à la fin de vie, psycho-sociaux et spirituels, sont délaissés. Les soins palliatifs, encore peu établis dans ce pays, ne font d'ailleurs pas partie de la formation des médecins.

Terminer sa vie chez soi n'est pas toujours chose facile en Suisse. S'il existe des formes d'aide, elles sont peu connues et peu accessibles. Les coûts des soins...

Lire la suite