Compte à rebours pour un suicide assisté : J-8

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 17/01/2018

Aurélia (ou Sarah, prénom repris dans les médias) mourra le 26 janvier 2018 à 14h, à l'âge de 29 ans, après avoir ingéré la boisson létale prescrite par la « Levenseindekliniek » (LEK, clinique de fin de vie aux Pays-Bas).

 

Des médecins de la LEK ont confirmé son état de « souffrance psychique insupportable et sans issue » le 31 décembre 2017. Aurélia a ensuite dévoilé à la presse néerlandaise son parcours et son choix d'assistance médicale au suicide. Elle estime qu' « après une vie pourrie », elle a « droit à une mort digne », parce qu'elle est un être humain.

Puisque personne n'a accès à son dossier médical, couvert par secret professionnel, Aurélia dévoile son histoire, se faisant par la même occasion militante pour le droit des personnes atteintes de souffrances psychiques à obtenir plus facilement l'euthanasie.

Elle-même a entamé sa procédure de demande d'euthanasie en juin 2017, après avoir tenté, en accord avec son psychologie et son psychiatre, une nouvelle thérapie. Les médecins de la clinique lui ont annoncé, dès l'issue de la discussion d'admission, que son cas était « trop complexe » pour qu'ils puissent l'aider.

On comprend qu'une telle annonce ait encore accentué sa souffrance, pour devenir le point de départ de sa demande d'être euthanasiée.

S'estimant médicalement qualifiée d'« intraitable », Aurélia répondait selon elle à une condition essentielle d'accès à l'euthanasie. Elle a alors rapidement entamé les démarches auprès de la LEK, qui reçoit principalement des personnes ne trouvant pas d'autres médecins prêts à accéder à leur demande d'euthanasie. Pour les patients souffrant psychiquement, c'est souvent le cas (Sur les 60 euthanasies de patients atteints de souffrance psychique insupportable pratiquées en 2016 aux Pays-Bas, 46 l'ont été par la LEK. ( bulletin de l'IEB )

Depuis que les médecins de la LEK et le médecin SCEN (qui a donné le deuxième avis indépendant requis par la loi), ont approuvé sa demande le 31 décembre dernier, Aurélia se dit « délivrée ».

Elle souffre depuis son adolescence de dépression, de troubles de personnalité, de psychoses et pratique l'auto-mutilation. Les médecins demeurant impuissants face à son affection psychiatrique, elle a fait plusieurs tentatives de suicide, mais est soulagé de recevoir aujourd'hui l'assistance médicale pour celui-ci.

Aurélia a le droit de changer d'avis jusqu'au dernier instant avant l'ingestion de la boisson létale. Toutefois, ses proches et les médias ayant été avertis, sera-t-elle encore réellement libre de son choix, le moment venu ?

Source : RTL Nieuws.nl


Articles similaires

Pays-Bas : une proposition de loi pour autoriser le suicide assisté à partir de 75 ans

Pays-Bas : une proposition de loi pour autoriser le suicide assisté à partir de 75 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le Parlement néerlandais se penchera prochainement sur une proposition de loi visant à autoriser l'aide au suicide pour "vie accomplie" à partir de 75 ans, en dehors de toute condition médicale. Le texte, déposé par la députée Pia Dijkstra du parti D66 (gauche libérale), représente un pas de plus vers la consécration d'un "droit à mourir", dans un pays où déjà 4,2 % (en 2019) de la population meurt par euthanasie.

 

L'exposé des motifs de la proposition pose comme principe de départ que la d...

Lire la suite

Italie : la Cour constitutionnelle demande au Parlement de légiférer sur l’assistance au suicide

Italie : la Cour constitutionnelle demande au Parlement de légiférer sur l’assistance au suicide

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour constitutionnelle italienne a décidé de reporter sa décision concernant l'affaire Cappato en donnant un an au Parlement pour combler un « vide juridique » sur le délit d'assistance au suicide.  

Pour rappel, Marco Cappato, politicien italien membre du parti des Radicaux italiens, s'était lui-même dénoncé d'avoir accompagné en Suisse Fabio Antoniani, alias DJ Fabo, devenu tétraplégique et aveugle après un accident de voiture, afin de l'assister au suicide le 27 février 2017. Marco Capp...

Lire la suite

Royaume-Uni : l’Association de Médecins Britanniques renouvelle son opposition au suicide assisté

Royaume-Uni : l’Association de Médecins Britanniques renouvelle son opposition au suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le 21 juin 2016, la British Medical Association (BMA) a réitéré son opposition à l'euthanasie et au suicide assisté, à l'occasion de sa convention annuelle à Belfast. La décision a été très claire puisque 63% des médecins se prononcés contre ces pratiques qu'ils estiment contraires à leur profession.

Actuellement composée de 170.000 membres, la BMA s'est toujours prononcée contre l'euthanasie, excepté en 2005-2006, où elle avait gardé une position neutre.

La pression exercée par les partisan...

Lire la suite