Compte à rebours pour un suicide assisté : J-8

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 17/01/2018

Aurélia (ou Sarah, prénom repris dans les médias) mourra le 26 janvier 2018 à 14h, à l'âge de 29 ans, après avoir ingéré la boisson létale prescrite par la « Levenseindekliniek » (LEK, clinique de fin de vie aux Pays-Bas).

 

Des médecins de la LEK ont confirmé son état de « souffrance psychique insupportable et sans issue » le 31 décembre 2017. Aurélia a ensuite dévoilé à la presse néerlandaise son parcours et son choix d'assistance médicale au suicide. Elle estime qu' « après une vie pourrie », elle a « droit à une mort digne », parce qu'elle est un être humain.

Puisque personne n'a accès à son dossier médical, couvert par secret professionnel, Aurélia dévoile son histoire, se faisant par la même occasion militante pour le droit des personnes atteintes de souffrances psychiques à obtenir plus facilement l'euthanasie.

Elle-même a entamé sa procédure de demande d'euthanasie en juin 2017, après avoir tenté, en accord avec son psychologie et son psychiatre, une nouvelle thérapie. Les médecins de la clinique lui ont annoncé, dès l'issue de la discussion d'admission, que son cas était « trop complexe » pour qu'ils puissent l'aider.

On comprend qu'une telle annonce ait encore accentué sa souffrance, pour devenir le point de départ de sa demande d'être euthanasiée.

S'estimant médicalement qualifiée d'« intraitable », Aurélia répondait selon elle à une condition essentielle d'accès à l'euthanasie. Elle a alors rapidement entamé les démarches auprès de la LEK, qui reçoit principalement des personnes ne trouvant pas d'autres médecins prêts à accéder à leur demande d'euthanasie. Pour les patients souffrant psychiquement, c'est souvent le cas (Sur les 60 euthanasies de patients atteints de souffrance psychique insupportable pratiquées en 2016 aux Pays-Bas, 46 l'ont été par la LEK. ( bulletin de l'IEB )

Depuis que les médecins de la LEK et le médecin SCEN (qui a donné le deuxième avis indépendant requis par la loi), ont approuvé sa demande le 31 décembre dernier, Aurélia se dit « délivrée ».

Elle souffre depuis son adolescence de dépression, de troubles de personnalité, de psychoses et pratique l'auto-mutilation. Les médecins demeurant impuissants face à son affection psychiatrique, elle a fait plusieurs tentatives de suicide, mais est soulagé de recevoir aujourd'hui l'assistance médicale pour celui-ci.

Aurélia a le droit de changer d'avis jusqu'au dernier instant avant l'ingestion de la boisson létale. Toutefois, ses proches et les médias ayant été avertis, sera-t-elle encore réellement libre de son choix, le moment venu ?

Source : RTL Nieuws.nl


Articles similaires

Canada: une Cour d'appel maintient l'interdiction du suicide assisté

Canada: une Cour d'appel maintient l'interdiction du suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour d'appel de Colombie-Britannique (province de l'ouest canadien) a décidé du "maintien l'interdiction de l'euthanasie au Canada". La Cour renverse ainsi "une décision de première instance" à la suite de laquelle le gouvernement canadien avait fait appel en "invoquant la nécessité de protéger les personnes les plus vulnérables de la société".
Dans leur décision, les juges Mary Newbury et Mary Saunders ont précisé: "Les conséquences sociétales de permettre l'aide médicale au suicide au Ca...

Lire la suite

Belgique : suicide en direct et éthique

Belgique : suicide en direct et éthique

- Euthanasie et suicide assisté

On avait déjà le reportage End Credits. Voici aujourd'hui Allow me to die réalisé (curseur 38'35'') par un journaliste d'investigation australien, Brett Mason, nous livrant sa vision de l'euthanasie en Belgique. A l'issue de sa recherche sur le régime le plus libéral au monde en matière d'euthanasie, il a publié le 15 septembre dernier un documentaire dans lequel il suit deux patients en demande d'euthanasie.
Le documentaire interroge sur le bien-fondé d'un régime qui permet l'euthanasie bien ...

Lire la suite

Aider quelqu'un à se suicider n'est pas protégé par la liberté d'expression, précise la CEDH

Aider quelqu'un à se suicider n'est pas protégé par la liberté d'expression, précise la CEDH

- Euthanasie et suicide assisté

A travers une décision rendue le 12 avril dernier, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) s’est prononcée sur la problématique du suicide assisté, au regard des droits fondamentaux.

 

À cette occasion, la Cour précise que la Convention européenne des droits de l’homme ne comprend « aucun droit au suicide assisté, y compris sous la forme d’une information ou d’une assistance...

Lire la suite