Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/02/2018

La Colombie a été le quatrième pays à dépénaliser l'euthanasie des personnes majeures, en 2015, à la suite de la Belgique, des Pays Bas et du Luxembourg.

En octobre 2017, la Cour Constitutionnelle colombienne a ouvert le débat de l'euthanasie des mineurs en demandant au Ministère de la Santé de proposer une loi permettant d'administrer « la mort dans la dignité, chez des enfants et adolescents porteurs de handicaps ou en phase terminale ».  Selon la Cour, cette loi chercherait à éviter que les mineurs soient « victimes de traitements cruels et inhumains ». Ce jugement a été attaqué devant le Conseil d'Etat par l'avocat Jeison Aristizabal.

D'après lui, il ne s'agit pas là de la vraie raison d'une telle règlementation. Aristizabal sait de quoi il parle. Désigné « Héros de l'Année » par CNN en 2016 pour avoir surmonté les défis posés par sa paralysie cérébrale, il a monté une association pour aider les enfants atteints d'un handicap en Colombie. Il s'est exprimé pour exposer les antécédents judiciaires sous-tendant cette proposition de loi.

La famille d'un enfant handicapé en phase terminale a vu rejetée, par son assurance-santé, sa demande de soutien financier pour les soins médicaux dont l'enfant avait besoin. Les parents, impuissants, auraient déclaré à la compagnie d'assurances préférer voir leur enfant mourir, plutôt que de le voir souffrir à cause du manque d'aide à leur disposition.

Le pays attendait de la part de la Cour un jugement allant dans le sens d'une amélioration du système de soins de santé, explique Aristizabal. On ne s'attendait pas à ce qu'elle propose plutôt la mise en place de l'euthanasie des mineurs, et donne ainsi à l'euthanasie le statut de réponse optimale à un problème apparament économique, risquant d'enliser le déploiement du système de santé.

L'avocat développe également le message que sous-entend la Cour : « Tout parent pourrait disposer de la vie de son enfant s'il est atteint d'une maladie mortelle ou d'un handicap ».

« La société d'aujourd'hui émet des pronostics, mais ceux-ci doivent être surmontés par les citoyens concernés. La personne, qui se sent battue, ne doit pas baisser les bras », insiste-t-il. Lui-même se bat tous les jours pour que « le handicap ne puisse pas donner moins de valeur à la vie d'un enfant ». Atteint d'un handicap grave, pourtant devenu avocat et à la tête d'une importante organisation d'aide aux enfants handicapés, il se veut la preuve que chaque personne, même handicapée, doit recevoir le droit de continuer à se battre pour sa vie.

 Sources : CNA


Articles similaires

Les nouvelles propositions de loi en matière d'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

5 - 2170/1 (26/06/2013) :
Proposition de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie en vue de l'étendre aux mineurs.
(Déposée par les MM. Philippe Mahoux, Jean-Jacques De Gucht, Mme Christine Defraigne et M. Guy Swennen)

5 -2171/1 (26/06/2013) :
Proposition de loi modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie visant à supprimer la validité limitée à cinq ans de la déclaration anticipée et laissant le patient la déterminer lui-même.
(Déposée par Mmes Christine Defrai...

Lire la suite

Le nouvel argument pour l’euthanasie des personnes démentes

Le nouvel argument pour l’euthanasie des personnes démentes

- Euthanasie et suicide assisté

Faisant suite à une journée d'étude à Anvers en mars dernier, le consortium de médecins LEIF (LevensEinde InformatieForum) fait pression pour élargir l'accès à l'euthanasie aux patients qui sont à un stade avancé de démence.

L'argument est le suivant : puisque la loi exige que la personne soit encore capable de discernement au moment de son euthanasie (*), celle-ci n'est possible qu'au début du processus de démence. Selon LEIF, il en ressort que des patients sont euthanasiés « trop tôt », alo...

Lire la suite

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre du conseil de Malines a décidé de ne pas renvoyer le Dr Marc Van Hoey devant le juge, après que celui-ci ait prodigué un breuvage mortel à une dame de 85 ans qui ne voulait plus vivre. En suivant l'avis du Ministère public et la défense du médecin, elle semble avoir considéré que le cas ne rentrait pas dans le champ d'application de la loi sur l'euthanasie.

Simona De Moor ne souffrait pas de maladie physique ou psychique particulière (condition essentielle pour une euthanasie), mai...

Lire la suite