Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/02/2018

La Colombie a été le quatrième pays à dépénaliser l'euthanasie des personnes majeures, en 2015, à la suite de la Belgique, des Pays Bas et du Luxembourg.

En octobre 2017, la Cour Constitutionnelle colombienne a ouvert le débat de l'euthanasie des mineurs en demandant au Ministère de la Santé de proposer une loi permettant d'administrer « la mort dans la dignité, chez des enfants et adolescents porteurs de handicaps ou en phase terminale ».  Selon la Cour, cette loi chercherait à éviter que les mineurs soient « victimes de traitements cruels et inhumains ». Ce jugement a été attaqué devant le Conseil d'Etat par l'avocat Jeison Aristizabal.

D'après lui, il ne s'agit pas là de la vraie raison d'une telle règlementation. Aristizabal sait de quoi il parle. Désigné « Héros de l'Année » par CNN en 2016 pour avoir surmonté les défis posés par sa paralysie cérébrale, il a monté une association pour aider les enfants atteints d'un handicap en Colombie. Il s'est exprimé pour exposer les antécédents judiciaires sous-tendant cette proposition de loi.

La famille d'un enfant handicapé en phase terminale a vu rejetée, par son assurance-santé, sa demande de soutien financier pour les soins médicaux dont l'enfant avait besoin. Les parents, impuissants, auraient déclaré à la compagnie d'assurances préférer voir leur enfant mourir, plutôt que de le voir souffrir à cause du manque d'aide à leur disposition.

Le pays attendait de la part de la Cour un jugement allant dans le sens d'une amélioration du système de soins de santé, explique Aristizabal. On ne s'attendait pas à ce qu'elle propose plutôt la mise en place de l'euthanasie des mineurs, et donne ainsi à l'euthanasie le statut de réponse optimale à un problème apparament économique, risquant d'enliser le déploiement du système de santé.

L'avocat développe également le message que sous-entend la Cour : « Tout parent pourrait disposer de la vie de son enfant s'il est atteint d'une maladie mortelle ou d'un handicap ».

« La société d'aujourd'hui émet des pronostics, mais ceux-ci doivent être surmontés par les citoyens concernés. La personne, qui se sent battue, ne doit pas baisser les bras », insiste-t-il. Lui-même se bat tous les jours pour que « le handicap ne puisse pas donner moins de valeur à la vie d'un enfant ». Atteint d'un handicap grave, pourtant devenu avocat et à la tête d'une importante organisation d'aide aux enfants handicapés, il se veut la preuve que chaque personne, même handicapée, doit recevoir le droit de continuer à se battre pour sa vie.

 Sources : CNA


Articles similaires

Premières auditions fixées sur l’euthanasie des mineurs

Premières auditions fixées sur l’euthanasie des mineurs

- Euthanasie et suicide assisté

Les Commissions réunies des Affaires sociales et de la Justice du Sénat ont arrêté une première liste d'auditions d'experts dans le cadre de leurs travaux sur l'extension de la loi dépénalisant l'euthanasie, à partir du 20 février.
Herman Nys (professeur de droit médical à la KUL), Dominique Biarent (chef de service à l'hôpital des enfants Reine Fabiola), Masendu Kalenga (chef du service de néonatalogie du CHR de Namur), Chris Van Geet (professeur à la faculté de médecine de la KUL), Joris Ver...

Lire la suite

Euthanasie minderjarige : open brief van kinderartsen

Euthanasie minderjarige : open brief van kinderartsen

- Euthanasie et suicide assisté

De uitbreiding van de wet euthanasie blijft evenwel voor controverse zorgen, en het zijn kinderspecialisten die zich vragen stellen bij euthanasie voor minderjarigen. 38 artsen roepen in een open brief aan De Standaard op tot een 'time-out' voor een wetsvoorstel 'dat het niet verdient overhaast door de parlementaire mallemolen geramd te worden.'
Een van de initiatiefnemers is Stefaan Van Gool, diensthoofd kinderneuro-oncologie in Gasthuisberg. Maar ook Piet Vanhaesebrouck (UZ Gent), Luc...

Lire la suite

Un avis sur l'extension de l'euthanasie aux mineurs est en cours d'élaboration au sein de l'Académie

Un avis sur l'extension de l'euthanasie aux mineurs est en cours d'élaboration au sein de l'Académie

- Euthanasie et suicide assisté

Les commissions de la Justice et des Affaires sociales du Sénat reprennent mercredi 6 novembre la discussion des articles de la proposition de loi qui étend la possibilité de l'euthanasie aux mineurs d'âge. Les travaux révèlent une fracture au sein de la majorité entre d'une part les socialistes et libéraux, auteurs de la proposition de loi, et d'autre part le cdH et le CD&V. Le cdH a demandé des auditions supplémentaires, ce qui a été refusé.
Un avis sur l'extension de l'euthanasie aux mineur...

Lire la suite