CEDH et euthanasie

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Le 14 mai dernier, la Cour européenne des droits de l'homme a rendu un arrêt dans lequel elle estime que la législation Suisse enfreint l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme qui consacre le respect du droit à la vie privée et familiale. Elle a estimé que la législation suisse ne précise  pas avec clarté les conditions dans lesquelles un patient peut obtenir la prescription d'une dose létale.

La requérante, Madame Gross avait demandé à plusieurs reprise que l'on mette fin à sa vie car, bien qu'elle n'était atteinte d'aucune pathologie, elle ne souhaitait pas continuer à subir le déclin de ses facultés physiques et psychiques. Tant les médecins que les Cours et Tribunaux avaient refusés de faire droit à cette demande. En effet, des directives de l'Académie de médecine imposent pour faire droit à cette demande qu'un médecin conclue que la maladie conduirait à la mort en quelques jours ou semaines, ce qui n'était pas applicable au cas de Madame Gross. La Cour a estimé qu'il appartient au législateur de fixer ces conditions, car ce manque de clarté a pu causer des incertitudes auprès des médecins et une grande angoisse chez la requérante.


Articles similaires

Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un arrêt Nicklinson et Lamb c/ Royaume-Uni, en date du 16 juillet 2015, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a unanimement rejeté la demande d'euthanasie et du suicide assisté de deux ressortissants britanniques âgés de cinquante ans, conformément à leur législation nationale. En effet, l'article 2 de la loi de 1961 sur le suicide prohibe le suicide assisté, et le droit britannique assimile l'euthanasie volontaire à un meurtre. Cette décision est définitive.
Le premier ressorti...

Lire la suite

Euthanasie au Canada : quels enseignements tirer du premier rapport annuel ?

Euthanasie au Canada : quels enseignements tirer du premier rapport annuel ?

- Euthanasie et suicide assisté

Nombre de décès par euthanasie, âge moyen du demandeur, affection médicale, disponibilité des soins palliatifs, ... L'administration fédérale du Canada a publié, en juillet dernier, le premier rapport complet au sujet de l'aide médicale à mourir (AMM, terme choisi par l'administration pour désigner l'euthanasie).

 

Dépénalisée au Canada en juin 2016 (voy. loi), l'euthanasie ne peut être envisagée qu'à l'égard des personnes majeures qui en font volontairement la demande, et qui sont « affecté...

Lire la suite

Australie et Nouvelle Zélande rejet de la dépénalisation de l'euthanasie

Australie et Nouvelle Zélande rejet de la dépénalisation de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le Parlement de la Tasmanie (Etat d'Australie) vient  de rejeter le projet de loi qui visait à dépénaliser l'euthanasie dans cet Etat. Il était proposé que les malades en phase terminale puissent mettre fin à leur vie 10 jours après avoir réitéré pour la troisième fois une demande d'euthanasie à leur médecin. Dans le Territoire du Nord, autre Etat d'Australie, l'euthanasie avait été dépénalisée, pour la première fois dans le monde, en 1995. Neuf mois après l'entrée en vigueur de cette loi, le ...

Lire la suite