Canada : si rien ne change, l’euthanasie ouverte aux personnes souffrant de maladies mentales dès 2023

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Canada

Publié le : 26/07/2022

Auteur / Source : IEB

Depuis 2016, le Canada poursuit inlassablement l'élargissement de l'accès à l'euthanasie pour ses ressortissants. Sauf modification légale, l'euthanasie (y dénommée « aide médicale à mourir ») sera possible lorsqu'un trouble mental est le seul problème médical invoqué par le patient, à partir de mars 2023. Déjà élargie en 2021 aux personnes ne se trouvant pas en fin de vie et aux personnes handicapées, la loi prévoit encore que la maladie mentale n'est pas considérée comme un problème de santé grave et irrémédiable et ne peut donc pas justifier une euthanasie. Or, si cette disposition transitoire n'est pas confirmée avant mars 2023, certaines maladies mentales pourraient dorénavant être considérées comme un problème de santé grave et irrémédiable, et comme condition permettant d'ouvrir la porte à l'euthanasie.

 

A l'initiative du parlement, un Comité a été chargé de faire l'examen « des dispositions du Code criminel concernant l'aide médicale à mourir et de l'application de celles-ci, notamment des questions portant sur les mineurs matures, les demandes anticipées, la maladie mentale, la situation des soins palliatifs au Canada et la protection des Canadiens handicapés ». Le Comité doit présenter son rapport final au plus tard le 17 octobre 2022. Il a publié le 22 juin dernier un rapport provisoire sur l'accès à l'euthanasie lorsqu'un trouble mental est le seul problème médical invoqué (le Comité utilise l'expression « AMM TM-SPMI »), sur la base d'un rapport du Groupe d'experts sur l'AMM et la maladie mentale.

 

Tant le Groupe d'experts que le Comité arrivent à la conclusion que l'encadrement actuel de l'euthanasie au Canada est satisfaisant pour étendre l'euthanasie aux personnes souffrant de troubles mentaux. S'ils demandent que soient mises en place quelques mesures organisationnelles d'ici l'élargissement de la loi, ils ne remettent pas en cause la question-même de cette extension, contrairement au rapport dissident de trois membres du Comité

Dans leur rapport, ces membres soulignent « l'absence d'étude et de consultation significatives concernant l'expansion de l'AMM pour inclure l'AMM TM-SPMI », et en particulier « la difficulté de prévoir l'irrémédiabilité (NDLR : incurabilité, dans la loi belge) dans les cas où un trouble mental est la seule condition médicale sous-jacente ». Par ailleurs, disent-ils, il n'est pas facile de faire la distinction entre une personne souffrant d'un trouble mental sous-jacent et motivée à demander l'AMM pour des raisons suicidaires et une personne faisant une demande « rationnelle » d'euthanasie. « Un texte de loi d'une telle nature doit être guidé par la science, et non par l'idéologie », concluent-ils. « Plusieurs experts nous ont prévenus que si l'AMM TM-SPMI est mise en oeuvre comme prévu, elle facilitera le décès de Canadiens qui auraient pu se rétablir, les privant ainsi de la possibilité d'une vie épanouie. »

 

Pour rappel, l'euthanasie pour troubles psychiques est autorisée en Belgique depuis la première dépénalisation en 2002, et ce malgré les dangers et difficultés exprimés par les psychiatres. Les mots du Dr An Haekens dans l'ouvrage « Euthanasie, l'envers du décor » méritent d'être rappelés : « La société attend actuellement du psychiatre, en plus de son effort constant de prévenir autant de suicides possibles, qu'il donne une réponse à la demande d'euthanasie de son patient, et décide si la vie de celui-ci vaut ou non encore la peine d'être vécue. » Ou encore : « L'évolution des pathologies est très difficile à prévoir en psychiatrie, et objectiver leur incurabilité est impossible. »

 

NB : L'Institut Européen de Bioéthique a déposé un mémoire dans le cadre de l'appel à interventions émis par le Comité canadien. Le mémoire porte sur les risques de l'élargissement de l'euthanasie aux mineurs et aux personnes démentes sur base d'une déclaration anticipée d'euthanasie. Ces différents points seront normalement abordés dans le rapport final du Comité.

 


Articles similaires

Luxembourg : polémique autour des déclarations anticipées d’euthanasie

Luxembourg : polémique autour des déclarations anticipées d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une question parlementaire récente, la députée luxembourgeoise LSAP Claudia Dall'Agnol a interrogé la ministre de la santé sur la validité des déclarations anticipées d'euthanasie déposées au Luxembourg. En effet, la loi prévoit qu'une personne a la possibilité de consigner par écrit, dans des dispositions de fin de vie, les conditions dans lesquelles elle désire subir une euthanasie, lorsqu'elle est atteinte d'une affection accidentelle ou pathologique incurable et qu'elle se trouve dans...

Lire la suite

450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, près de 450 médecins ont signé une pétition demandant d'interdire l'euthanasie de patients déments. Même dans le cas où ces derniers ont rédigé une déclaration anticipée d'euthanasie, il se peut qu'ils ne puissent plus, au moment de l'injection létale, exprimer clairement leur souhait qu'on provoque leur mort, ou qu'ils ne réalisent pas la portée irrémédiable de l'acte du médecin.

Parmi les initiateurs de cette pétition, le Dr Boudewijn Chabot, spécialiste en gériatrie, qui, ave...

Lire la suite

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Nathan Verhelst, 44 ans, ne souffrait ni d'une maladie incurable, ni d'une maladie en phase terminale. Il vient d'être euthanasié. Nathan était né avec un sexe de femme et avait subi plusieurs opérations visant à le transformer en homme. Nathan se sentait toujours emprisonné dans un corps dont il ne voulait pas. L'euthanasie a été pratiquée sous la supervision du médecin Wim Distlemans de la VUB. Selon ce dernier, toutes les conditions étaient réunies pour y procéder. «On pouvait clairement pa...

Lire la suite