Canada : la ministre de la santé réagit au taux d’euthanasie en forte augmentation

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/02/2018

Depuis la légalisation de l'aide à mourir (AMM) en décembre 2015, 1.829 Québécois l'ont officiellement réclamée, et 1.215 (66 %) l'ont officiellement obtenue.

Entre 2016 et 2017, le nombre de personnes décédées avec l'aide d'un médecin y a augmenté de 58 %. En 2017, au Canada, près d'un décès sur 100 est survenu suite à une demande d'AMM, et au Québec, il s'agit d'une personne sur 50.

Le Dr Claude Rivard, médecin spécialisé en soins palliatifs en Montérégie, région où les médecins ont dû pratiquer le plus d'AMM, soutient que l'intérêt pour cette pratique est suscité par les informations que se transmettent les citoyens entre eux. Le vieillissement de la population, l'organisation des ressources et l'évolution des mentalités dans les familles contribuent à nourrir la demande pour ces pratiques.

« L'évaluation médicale d'une demande peut se faire en deux jours. Après, c'est à la personne de choisir le moment opportun pour elle et sa famille », ajoute le médecin.

Au final, sur 100 patients qui ont demandé l'AMM, 66 l'obtiennent. Parmi les 34 autres personnes, 18 décèdent, reçoivent une sédation palliative continue d'urgence ou perdent leur capacité de discernement avant d'avoir pu consentir à l'AMM. 9 personnes ne remplissent pas les critères de la loi et 6 changent d'avis.

En réaction à la rapide augmentation des AMM, la ministre Petitpas Taylor a annoncé l'octroi de $6 millions à l'organisation Pallium Canada, pour améliorer l'accès à des soins palliatifs de qualité au Canada. Le gouvernement a également adopté un projet de loi « C 277 », qui vise à l'élaboration progressive d'un cadre sur les soins palliatifs, avec la participation des pouvoirs régionaux.

En attendant, les fonds octroyés aideront Pallium Canada à élargir son programme d'apprentissage des soins palliatifs pour qu'un plus grand nombre de professionnels de la santé au niveau local, puisse offrir des soins palliatifs aux canadiens, là où ils vivent lorsqu'ils en ont besoin.

Pallium Canada espère également mettre au point un mouvement de sensibilisation culturelle, afin de tenir compte de la diversité au sein de la société canadienne.

Sources : Le Devoir


Articles similaires

La Cour d'Assises se penche sur l'euthanasie pour souffrance psychique

La Cour d'Assises se penche sur l'euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Les trois médecins ayant pratiqué ou approuvé l'euthanasie de Tine Nys l'ont-ils fait de manière illégale et sont-ils coupables d'empoisonnement ? Telle est la question à laquelle répondront les douze jurés de la Cour d'assises de Gand, à l'issue du procès qui s'est ouvert ce 14 janvier. Cette affaire constitue le premier procès d'assises relatif à l'application de la loi sur l'euthanasie.

Rétroactes
L'affaire remonte au printemps 2010, lorsque Tine Nys, jeune femme de 38 ans, exprime la dema...

Lire la suite

Le Portugal refuse l’euthanasie

Le Portugal refuse l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le législateur portugais a refusé ce mardi 29 mai 2018 de légaliser l'euthanasie et le suicide médicalement assisté. La proposition du parti socialiste, au pouvoir, a été rejetée avec 115 voix contre, 110 voix pour et quatre abstentions.

Le vote s'annonçait serré. Lors d'un sondage paru il y a quelques semaines, 89% des portugais sondés s'étaient prononcés en faveur du développement des soins palliatifs et de l'accompagnement en cas de maladie grave, contre 7 % seulement en faveur de l'eutha...

Lire la suite

Élargissement de l'euthanasie du côté flamand : vite et fort :

Élargissement de l'euthanasie du côté flamand : vite et fort :

- Euthanasie et suicide assisté

Une large majorité semble se dégager, surtout du côté flamand, en faveur d'un texte de consensus pour un élargissement de la loi autorisant l'euthanasie sous certaines conditions aux mineurs. Jean-Jacques De Gucht (Open VLD - photo) a demandé qu'outre la poursuite des auditions, les commissions entament également une discussion politique sur les points qui ont déjà été abordés lors des auditions précédentes, ce qui est le cas pour les mineurs. 
Guy Swennen (SP.A) a également plaidé en ce sens....

Lire la suite