Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Canada

Publié le : 16/01/2020

Auteur / Source : BioEdge, The Journal of Heart and Lung Transplantation, Journal of Medical Ethics

Alors que l'euthanasie n'y est dépénalisée que depuis 2016, le Canada a connu, en l'espace de quelques années, une énorme croissance du nombre de donneurs d'organes, du fait des dons d'organe réalisés après euthanasie.

Une telle corrélation entre euthanasie et don d'organes s'explique notamment par la politique proactive menée par l'Ontario en la matière. Cet Etat canadien est ainsi le premier au monde à imposer aux médecins le fait de mentionner la possibilité du don d'organes aux personnes ayant choisi l'euthanasie.
Dans la plupart des pays ayant dépénalisé l'euthanasie, la possibilité du don d'organes n'est en principe discutée qu'à l'initiative du patient lui-même, et, en tout cas, n'est pas obligatoirement mentionnée au patient concerné par l'euthanasie.
Par ailleurs, le don d'organe n'étant possible que dans un cadre hospitalier, celui-ci implique que la personne subissant l'euthanasie ne puisse mourir à domicile.
La promotion active du don d'organes dans le cadre de l'euthanasie soulève en réalité de multiples risques.
Parmi ceux-ci, d'aucuns pointent le danger consistant à envoyer aux personnes suicidaires ou handicapées le message selon lequel leur mort, à travers le don d'organes, aurait plus de valeur que leur vie vécue.

Plus largement, c'est la dimension utilitariste d'une telle démarche qui pose véritablement question. Loin de s'arrêter à la seule promotion active du don d'organes post-euthanasie, certains médecins militent désormais pour que le prélèvement d'organe soit effectué sur le patient vivant, placé sous anesthésie générale (voy. l'article du Journal of Heart and Lung Transplantation) ou déjà en état végétatif chronique (cfr. Journal of Medical Ethics & Bulletin IEB).
La mort serait dans ce cas provoquée – et l'euthanasie réalisée – à travers le prélèvement d'organes.


Articles similaires

www.rebelpsy.be : appel à signatures en vue de la révision de la loi euthanasie

www.rebelpsy.be : appel à signatures en vue de la révision de la loi euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le 28 mai 2018, la loi euthanasie belge « fêtera » son 16ème anniversaire. Aucune évaluation de cette loi ni de sa pratique n'a jamais été faite.  Soulignant l'urgence d'une telle démarche face aux dérives actuelles, Els Van Hoof et Nathalie Muylle, députées CD&V, ont déposé à la Chambre une résolution en ce sens le 7 décembre dernier, rejointes en cela par Valérie Van Peel (N-VA).

En admettant qu'il y ait un jour une véritable volonté politique en ce sens, qui en Belgique pourrait mener une ...

Lire la suite

Tien jaar na de euthanasiewet : slipery slope?

Tien jaar na de euthanasiewet : slipery slope?

- Euthanasie et suicide assisté

België kreeg tien jaar geleden zijn grensverleggende euthanasiewet. Welke balans valt er te maken? 'Het nieuwe sterven' was de titel van een studiedag die Zorgnet Vlaanderen en de KU Leuven organiseerden op 9 februari.
Dr Marc Desmet heeft het over een 'licht hellend vlak'. "Wat je ziet, is een verschuiving althans in het debat, niet zozeer in de feiten - van euthanasie bij patiënten in de terminale fase naar vormen van hulp bij zelfdoding en euthanasie bij wilsonbekwamen. Volgens de wet g...

Lire la suite

Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

- Euthanasie et suicide assisté

Saisissant l'importance du dossier relatif à une mort provoquée déclarée comme euthanasie à la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCEE), les médias francophones réagissent et ont interviewé Jacqueline Herremans, membre de la CFCEE.

Celle-ci confirme que le débat au sein de la Commission suite à l'audition du médecin, a été « virulent ». La question était de savoir s'il fallait renvoyer le dossier au Parquet et laisser la Justice interpeller le médecin qui a prov...

Lire la suite