Breaking News : +12,5% de personnes euthanasiées en Belgique en 2019

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 03/03/2020

Auteur / Source : Rapport 2019 de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie

2655 personnes ont été euthanasiées en 2019, ce qui représente une augmentation de 12.5% par rapport aux chiffres de 2018.

 

Ces chiffres viennent d'être communiqués par la Commission d'Evaluation de la loi euthanasie, qui précise qu'une analyse plus détaillée des euthanasies déclarées en 2019 sera faite dans le prochain rapport bisannuel de la Commission (rassemblant les données de 2018 et 2019).

Pour 448 personnes, leur mort n'était pas attendue à brève échéance, et parmi ceux-ci se trouvent "majoritairement" des personnes qui souffraient de polypathologies, c'est-à-dire d'une combinaison de plusieurs affections dont aucune n'est "mortelle" mais qui "n'étaient pas susceptibles de s'améliorer et qui occasionnaient de plus en plus de handicaps sérieux allant jusqu'à une défaillance d'organes."

 

Ce sont près de 50 personnes atteintes de troubles mentaux et du comportement (les affections psychiatriques comme les troubles de la personnalité et les affections cognitives comme les maladies d'Alzheimer) qui ont été euthanasiées en 2019.

La Commission estime que ces demandes sont "marginales".

 

Les personnes de plus de 70 ans représentent à elles seules 67,8% des patients euthanasiées.

 

En 2019, une déclaration relative à l'euthanasie d'un mineur a été enregistrée.

 

Le lieu où se pratique l'euthanasie évolue également d'année en année. Le pourcentage du nombre d'euthanasies ayant eu lieu au domicile (43,8%) a diminué, tandis que celles pratiquées à l'hôpital ont augmenté (38,2%). Le nombre d'euthanasies pratiquées dans les maisons de repos et maisons de repos et de soins continue d'augmenter (15,9%). 1% des euthanasies concernaient des patients inconscients ayant fait une déclaration anticipée. Les affections à l'origine des euthanasies étaient surtout des tumeurs (cancers) (62,5%), des polypathologies (17,3%), des maladies du système nerveux (8,7%), des maladies de l'appareil circulatoire (3,4%), des maladies de l'appareil respiratoire (3,2%) et des troubles mentaux et du comportement (1,8%).


Articles similaires

Belgique :  Laura-Emily, geste euthanasique évité de justesse

Belgique : Laura-Emily, geste euthanasique évité de justesse

- Euthanasie et suicide assisté

Le cas médiatisé de Laura était évoqué dans le Bulletin de l'IEB du 18 septembre 2015.

 

 

Trois médecins, parmi lesquels une psychiatre, avaient donné leur feu vert pour l'euthanasie de cette jeune-fille de 24 ans. Ce cas se justifiait sur base de la loi belge dépénalisant l'euthanasie, s'agissant en l'espèce d'une euthanasie pour souffrance psychique inapaisable et insupportable, donc sans espoir de guérison.
Ce 10 novembre, un documentaire réalisé par un journaliste travaillant pour The ...

Lire la suite

Enquête pour euthanasies illégales en Belgique

Enquête pour euthanasies illégales en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Le parquet de Louvain mène actuellement une information judiciaire au sujet d'une dizaine d'euthanasies suspectées d'avoir été réalisées de manière illégale.

Bien que l'enquête soit ouverte depuis maintenant plus d'un an, une lettre anonyme récemment transmise au quotidien flamand De Standaard vient seulement de dévoiler l'existence de celle-ci. Ce courrier est rédigé par les membres de la famille d'une personne dont l'euthanasie, réalisée il y a deux ans, est considérée comme suspecte aux ye...

Lire la suite

Communiqué des chefs religieux en Belgique au sujet de l’euthanasie

Communiqué des chefs religieux en Belgique au sujet de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Les responsables des principales religions en Belgique ont exprimé leur très grande crainte de voir la mort banalisée par le législateur. Alors que le Sénat discute actuellement de l'euthanasie des enfants, les chefs religieux regrettent que ce débat tourne autour de la condamnation des personnes qui souffrent et non pas autour de leur accompagnement.

"Nous marquons notre opposition à ces extensions et exprimons notre vive inquiétude face au risque de banalisation croissante d'une réalité aus...

Lire la suite