Breaking News : +12,5% de personnes euthanasiées en Belgique en 2019

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 03/03/2020

Auteur / Source : Rapport 2019 de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie

2655 personnes ont été euthanasiées en 2019, ce qui représente une augmentation de 12.5% par rapport aux chiffres de 2018.

 

Ces chiffres viennent d'être communiqués par la Commission d'Evaluation de la loi euthanasie, qui précise qu'une analyse plus détaillée des euthanasies déclarées en 2019 sera faite dans le prochain rapport bisannuel de la Commission (rassemblant les données de 2018 et 2019).

Pour 448 personnes, leur mort n'était pas attendue à brève échéance, et parmi ceux-ci se trouvent "majoritairement" des personnes qui souffraient de polypathologies, c'est-à-dire d'une combinaison de plusieurs affections dont aucune n'est "mortelle" mais qui "n'étaient pas susceptibles de s'améliorer et qui occasionnaient de plus en plus de handicaps sérieux allant jusqu'à une défaillance d'organes."

 

Ce sont près de 50 personnes atteintes de troubles mentaux et du comportement (les affections psychiatriques comme les troubles de la personnalité et les affections cognitives comme les maladies d'Alzheimer) qui ont été euthanasiées en 2019.

La Commission estime que ces demandes sont "marginales".

 

Les personnes de plus de 70 ans représentent à elles seules 67,8% des patients euthanasiées.

 

En 2019, une déclaration relative à l'euthanasie d'un mineur a été enregistrée.

 

Le lieu où se pratique l'euthanasie évolue également d'année en année. Le pourcentage du nombre d'euthanasies ayant eu lieu au domicile (43,8%) a diminué, tandis que celles pratiquées à l'hôpital ont augmenté (38,2%). Le nombre d'euthanasies pratiquées dans les maisons de repos et maisons de repos et de soins continue d'augmenter (15,9%). 1% des euthanasies concernaient des patients inconscients ayant fait une déclaration anticipée. Les affections à l'origine des euthanasies étaient surtout des tumeurs (cancers) (62,5%), des polypathologies (17,3%), des maladies du système nerveux (8,7%), des maladies de l'appareil circulatoire (3,4%), des maladies de l'appareil respiratoire (3,2%) et des troubles mentaux et du comportement (1,8%).


Articles similaires

Belgique : euthanasie toujours plus loin

Belgique : euthanasie toujours plus loin

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 23 février 2016, trois propositions de loi relatives à l'euthanasie ont été déposées à la Chambre des Représentants par madame Laurette Onkelinx, en vue d'en garantir l'accès et de faciliter sa pratique.

Etendre la durée de la Déclaration anticipée en fin de vie :
Une première proposition de loi vise à « supprimer la durée de validité limitée à 5 ans de la déclaration anticipée et laisser le patient la déterminer lui-même. »
Actuellement, la loi sur l'euthanasie permet à tout citoyen qui s...

Lire la suite

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

- Euthanasie et suicide assisté

Lorsqu'un médecin accède à une demande d'euthanasie en Belgique, la loi prévoit qu'un second médecin doit juger du caractère inapaisable et insupportable de la souffrance de la personne en fin de vie. Cet acte requiert un certain investissement en temps de la part du praticien. Mais aucun acte médical ne sera véritablement posé. Comment dès lors rétribuer cet avis pré-euthanasie ? De plus, comment trouver rapidement des médecins « indépendants » à même de remettre un avis sur la demande d'euth...

Lire la suite

Pays-Bas : des médecins refusent d’euthanasier les personnes atteintes de démence

Pays-Bas : des médecins refusent d’euthanasier les personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

KNMG (Koninklijke Nederlandsche Maatschappij tot bevordering der Geneeskunst) , l'association des médecins néerlandais, a exprimé le refus général de ceux-ci de pratiquer l'euthanasie sur des personnes déjà démentes, faute de savoir si au moment de l'acte ces patients souffrent réellement de manière intolérable.
« Porter un jugement sur une demande d'euthanasie ou d'aide au suicide émanant d'un patient en voie de devenir dément exige du médecin de faire une évaluation très complexe. Le process...

Lire la suite