Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 04/02/2016

Lors d'un reportage diffusé dans l'émission flamande Terzake (VRT), un nouveau cas d'euthanasie controversé a fait surface. Il s'agit du cas de Tine Nys, jeune femme de 38 ans, dont l'euthanasie en avril 2010 est remise en cause par ses soeurs.
Il y a cinq ans, et sans suivi psychiatrique depuis 15 ans, Tine Nys a pris contact avec son médecin, et a demandé à être euthanasiée très rapidement, suite à une rupture amoureuse. Elle a alors pris rendez-vous avec trois médecins différents, dont une psychiatre, pour qu'ils consentent à ce que l'un d'entre eux provoque sa mort. Un diagnostic d'autisme a alors été posé. Deux mois après, l'euthanasie a eu lieu en présence de ses soeurs et de ses parents. Aujourd'hui la souffrance de la famille par rapport à cet acte s'exprime au grand jour.
Les deux soeurs de la jeune femme dénoncent une décision hâtive non concertée de la part des médecins, s'interrogent sur le fait qu'aucun traitement n'ait été entrepris et déplorent l'amateurisme du médecin qui aurait mal préparé la procédure et comparé l'euthanasie de Tine Nys à « une injection létale administrée à un animal domestique aimé pour mettre fin à ses souffrances. »
Le reportage de Terzake souligne également que les deux soeurs ont interpellé la Commission de contrôle de l'euthanasie, qui après vérification, n'a pas trouvé le document officiel de déclaration que le médecin doit obligatoirement rentrer dans les 4 jours après l'euthanasie. « Par négligence, sans doute », a avoué le médecin qui a pratiqué l'euthanasie. Négligence rattrapée, puisque faisant suite aux interpellations de la famille, la Commission a bien reçu le formulaire de déclaration deux mois plus tard.
Sur base de ce document anonymisé, la Commission a avalisé ce cas d'euthanasie. La question de la rapidité de l'euthanasie après diagnostic, sans qu'aucun traitement ne semble avoir été entrepris, n'a pas posé problème pour la Commission car selon le Prof. Chris Verslype, membre de ladite Commission, « nous n'avons pas accès au dossier médical de la personne euthanasiée ». Le Dr Verslype plaide pour une révision de la loi afin que de tels cas où la personne n'est pas en fin de vie et souffre d'une fragilité psychique, fassent l'objet d'une autorisation préalable à l'euthanasie.
Les deux soeurs de la victime ont saisi le Parquet et la procédure est actuellement en cours.
Source: Terzake redactie.be

Résumé du reportage en français : ICI


Articles similaires

Communiqué des chefs religieux en Belgique au sujet de l’euthanasie

Communiqué des chefs religieux en Belgique au sujet de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Les responsables des principales religions en Belgique ont exprimé leur très grande crainte de voir la mort banalisée par le législateur. Alors que le Sénat discute actuellement de l'euthanasie des enfants, les chefs religieux regrettent que ce débat tourne autour de la condamnation des personnes qui souffrent et non pas autour de leur accompagnement.

"Nous marquons notre opposition à ces extensions et exprimons notre vive inquiétude face au risque de banalisation croissante d'une réalité aus...

Lire la suite

C'est à 18 heures, ce vendredi 11 octobre : présentation du livre "Euthanasie, l'envers du décor"

C'est à 18 heures, ce vendredi 11 octobre : présentation du livre "Euthanasie, l'envers du décor"

- Euthanasie et suicide assisté

« C'est un ouvrage qui me redonne la force de combattre au côté des malades."  C.N., infirmière en oncologie.

« J'y allais d'abord avec des pieds de plomb parce que j'avais pleins de préjugés. (...) et puis, rien qu'en lisant la préface, j'ai compris que je me trompais et que j'allais peut-être devoir un peu ouvrir mon esprit. Je suis très heureuse de me rendre compte à quel point il y a beaucoup de sensibilité dans la façon dont vous avez abordé la question de la fin de vie et de l'euthanasi...

Lire la suite

"Soulager mais pas tuer" : l'Assemblée nationale française n'adopte pas la proposition de loi sur l'euthanasie

"Soulager mais pas tuer" : l'Assemblée nationale française n'adopte pas la proposition de loi sur l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le 8 avril dernier, les députés français ont débattu d'une proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie. Déposée par un groupe parlementaire d'opposition (Libertés et Territoires), la proposition vise, selon ses auteurs, à « donner le droit à une fin de vie libre et choisie », en permettant à un médecin de donner la mort au patient qui le demande et qui répond aux conditions de la loi.

 

Si la proposition parle d' « aide active à mourir », il s'agit effectivement pour le médecin, aux...

Lire la suite