Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 04/02/2016

Lors d'un reportage diffusé dans l'émission flamande Terzake (VRT), un nouveau cas d'euthanasie controversé a fait surface. Il s'agit du cas de Tine Nys, jeune femme de 38 ans, dont l'euthanasie en avril 2010 est remise en cause par ses soeurs.
Il y a cinq ans, et sans suivi psychiatrique depuis 15 ans, Tine Nys a pris contact avec son médecin, et a demandé à être euthanasiée très rapidement, suite à une rupture amoureuse. Elle a alors pris rendez-vous avec trois médecins différents, dont une psychiatre, pour qu'ils consentent à ce que l'un d'entre eux provoque sa mort. Un diagnostic d'autisme a alors été posé. Deux mois après, l'euthanasie a eu lieu en présence de ses soeurs et de ses parents. Aujourd'hui la souffrance de la famille par rapport à cet acte s'exprime au grand jour.
Les deux soeurs de la jeune femme dénoncent une décision hâtive non concertée de la part des médecins, s'interrogent sur le fait qu'aucun traitement n'ait été entrepris et déplorent l'amateurisme du médecin qui aurait mal préparé la procédure et comparé l'euthanasie de Tine Nys à « une injection létale administrée à un animal domestique aimé pour mettre fin à ses souffrances. »
Le reportage de Terzake souligne également que les deux soeurs ont interpellé la Commission de contrôle de l'euthanasie, qui après vérification, n'a pas trouvé le document officiel de déclaration que le médecin doit obligatoirement rentrer dans les 4 jours après l'euthanasie. « Par négligence, sans doute », a avoué le médecin qui a pratiqué l'euthanasie. Négligence rattrapée, puisque faisant suite aux interpellations de la famille, la Commission a bien reçu le formulaire de déclaration deux mois plus tard.
Sur base de ce document anonymisé, la Commission a avalisé ce cas d'euthanasie. La question de la rapidité de l'euthanasie après diagnostic, sans qu'aucun traitement ne semble avoir été entrepris, n'a pas posé problème pour la Commission car selon le Prof. Chris Verslype, membre de ladite Commission, « nous n'avons pas accès au dossier médical de la personne euthanasiée ». Le Dr Verslype plaide pour une révision de la loi afin que de tels cas où la personne n'est pas en fin de vie et souffre d'une fragilité psychique, fassent l'objet d'une autorisation préalable à l'euthanasie.
Les deux soeurs de la victime ont saisi le Parquet et la procédure est actuellement en cours.
Source: Terzake redactie.be

Résumé du reportage en français : ICI


Articles similaires

Explosion du nombre d’euthanasies au Québec

Explosion du nombre d’euthanasies au Québec

- Euthanasie et suicide assisté

« La Commission a dû analyser 10 fois plus « d'aides médicales à mourir » (AMM) (Euthanasies) que ce qui était prévu au départ » a fait savoir la Ministre de la Santé et des Services sociaux québécoise le 3 avril dernier.

Ce premier Rapport sur la situation sur les soins de fin de vie au Québec couvre la période du 10 décembre 2015 (date d'entrée en vigueur de la loi) au 31 mars 2018.

Plusieurs points sont à relever.

Le rapport fait état de 1.632 euthanasies pratiquées, avec des chiffres...

Lire la suite

Belgique : pas d'euthanasie pour 15 prisonniers qui en avaient fait la demande

Belgique : pas d'euthanasie pour 15 prisonniers qui en avaient fait la demande

- Euthanasie et suicide assisté

Suite à la demande d'euthanasie émise par Frank Den Bleeken, pour laquelle un avis favorable avait été émis en septembre dernier par 3 médecins (référence bulletin 18/09/2014), quinze autres prisonniers avaient demandé à être euthanasiés pour « souffrance psychique inapaisable ». Ils se sont vus récemment signifier que leur cas n'était pas recevable dans le cadre de la loi belge dépénalisant l'euthanasie. 

En effet, pour le Dr. Wim Distelmans (LEIF / VUB) : « la souffrance (psychique)  insupp...

Lire la suite

L’euthanasie des enfants adoptée à la Chambre

- Euthanasie et suicide assisté

Malgré l'opposition de divers groupes et notamment de plus de 200 pédiatres belges, mais aussi de spécialistes des soins palliatifs au niveau international, la Chambre a approuvé par 88 voix pour, 44 contre et 12 abstentions le projet de loi qui étend aux mineurs la loi sur l'euthanasie. Le texte a reçu le soutien des socialistes, des libéraux, des écologistes et de la N-VA. Certains députés se sont toutefois désolidarisés de leur groupe.

Lire la suite