Belgique : pas d’euthanasie pour Frank Van Den Bleeken

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 09/01/2015

Suite à des demandes répétées, et à l'accord intervenu en septembre dernier entre son avocat et le SPF Justice (voir bulletin du 15/09/2014), le cas de Frank Van Den Bleeken semblait devoir trouver une issue tragique en ce début d'année, puisque son euthanasie était planifiée le 11 janvier à la prison de Bruges.
Finalement, suite à la levée de boucliers suscitée par cette nouvelle, il n'en sera rien. Le médecin qui devait pratiquer cette euthanasie a en effet décidé de suspendre la procédure, tandis que le ministre de la Justice a annoncé que Frank Van Den Bleeken pourrait être transféré au centre de psychiatrie légale de Gand. De plus, des contacts ont été pris avec le secrétaire d'Etat de la Justice aux Pays-Bas dans la « perspective d'un transfert rapide vers un centre spécialisé aux Pays-Bas ».
La souffrance psychique de Frank Van Den Bleeken devrait donc aujourd'hui pouvoir être prise en charge. Le ministre de la Justice a annoncé en parallèle sa volonté de réformer la prise en charge des internés en Belgique, avec la mise en place d'un plan en ce sens au cours des 6 prochains mois.
Il convient de souligner, dans ce dossier, l'intervention remarquée de la Ligue des droits de l'Homme. Dans un communiqué, celle-ci s'est insurgée contre le silence de l'Etat belge face aux demandes d'euthanasie introduites par une quinzaine de malades internés, qui avaient suivi l'exemple de Frank Van Den Bleeken.
La Ligue des droits de l'Homme considère que la demande d'euthanasie de Frank Van Den Bleeken était « le résultat direct des manquements de l'Etat Belge à son obligation de prise en charge des personnes souffrant de troubles mentaux ». Rappelant que la Belgique a été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l'Homme en raison de l'état des structures de défense sociale relevant de la Justice, l'ONG estime qu'« en désinvestissant les infrastructures de soins pour internés, l'Etat belge semble ainsi promouvoir une forme de peine de mort déguisée ».
 


Articles similaires

Euthanasie voor minderjarigen   in België

Euthanasie voor minderjarigen in België

- Euthanasie et suicide assisté

NIEUW ! DOSSIER in het Nederlands !

Een jaar geleden werd de wet "tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie, teneinde de euthanasie voor minderjarigen mogelijk te maken" uitgevaardigd. België werd daarmee het eerste en enige land ter wereld waar euthanasie voor minderjarigen zonder enige leeftijdsvoorwaarde is toegestaan.
Sommigen waren bijzonder trots op de goedkeuring van het wetsontwerp. Zij roemden de "pioniersrol" die België speelde door een wettelijk kader te s...

Lire la suite

Euthanasie pour souffrance psychique en Belgique

Euthanasie pour souffrance psychique en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau DOSSIER !

Le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique a publié en décembre 2017 un avis sur l'euthanasie de patients hors phase terminale, affectés d'une souffrance psychique avec ou sans affection médicale (psychiatrique ou autre) sous-jacente.

Dans cet avis, le Comité répond en 75 pages aux questions posées en 2011 par Madame Laurette Onckelinkx, à l'époque Ministre de la Santé publique.

L'avis rendu 6 ans plus tard, reprend les points de consensus, mais également les dissens...

Lire la suite

Euthanasie en duo

Euthanasie en duo

- Euthanasie et suicide assisté

Après une première euthanasie de jumeaux, la Belgique a enregistré une euthanasie matrimoniale. Leopold Dauwe, 90 ans, et son épouse depuis 64 ans, Paula Raman, 89 ans, ont dit « au revoir » à leurs enfants et petits-enfants, avant de partir ensemble, de peur que l'un ne survive à l'autre - et alors que, pour l'un comme pour l'autre, la mort était attendue dans quelques jours ou quelques semaines tout au plus. Tous deux grabataires, ils craignaient de vivre l'aggravation de leur agonie. « Ils ...

Lire la suite