Belgique : pas d’euthanasie pour Frank Van Den Bleeken

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 09/01/2015

Suite à des demandes répétées, et à l'accord intervenu en septembre dernier entre son avocat et le SPF Justice (voir bulletin du 15/09/2014), le cas de Frank Van Den Bleeken semblait devoir trouver une issue tragique en ce début d'année, puisque son euthanasie était planifiée le 11 janvier à la prison de Bruges.
Finalement, suite à la levée de boucliers suscitée par cette nouvelle, il n'en sera rien. Le médecin qui devait pratiquer cette euthanasie a en effet décidé de suspendre la procédure, tandis que le ministre de la Justice a annoncé que Frank Van Den Bleeken pourrait être transféré au centre de psychiatrie légale de Gand. De plus, des contacts ont été pris avec le secrétaire d'Etat de la Justice aux Pays-Bas dans la « perspective d'un transfert rapide vers un centre spécialisé aux Pays-Bas ».
La souffrance psychique de Frank Van Den Bleeken devrait donc aujourd'hui pouvoir être prise en charge. Le ministre de la Justice a annoncé en parallèle sa volonté de réformer la prise en charge des internés en Belgique, avec la mise en place d'un plan en ce sens au cours des 6 prochains mois.
Il convient de souligner, dans ce dossier, l'intervention remarquée de la Ligue des droits de l'Homme. Dans un communiqué, celle-ci s'est insurgée contre le silence de l'Etat belge face aux demandes d'euthanasie introduites par une quinzaine de malades internés, qui avaient suivi l'exemple de Frank Van Den Bleeken.
La Ligue des droits de l'Homme considère que la demande d'euthanasie de Frank Van Den Bleeken était « le résultat direct des manquements de l'Etat Belge à son obligation de prise en charge des personnes souffrant de troubles mentaux ». Rappelant que la Belgique a été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l'Homme en raison de l'état des structures de défense sociale relevant de la Justice, l'ONG estime qu'« en désinvestissant les infrastructures de soins pour internés, l'Etat belge semble ainsi promouvoir une forme de peine de mort déguisée ».
 


Articles similaires

Les réserves du Conseil d'Etat sur la nouvelle loi 'euthanasie'

Les réserves du Conseil d'Etat sur la nouvelle loi 'euthanasie'

- Euthanasie et suicide assisté

Durée de validité de la déclaration anticipée d'euthanasie, interdiction pour les établissements de soins de ne pas accepter l'euthanasie, obligation de renvoi de la part des médecins, ... :

Dans son avis transmis ce 7 février au Parlement fédéral, le Conseil d'Etat s'est penché sur la proposition de loi actuellement en discussion en matière d'euthanasie.

L'avis émis par le Conseil d'Etat contient de multiples remarques au sujet des différentes mesures envisagées par la proposition de loi, t...

Lire la suite

Nouvelle Zélande : la Haute Cour refuse une demande d’euthanasie

Nouvelle Zélande : la Haute Cour refuse une demande d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Au motif qu'il lui restait peu de temps à vivre, Madame Seals, âgée de 42 ans et atteinte d'une tumeur au cerveau, souhaitait choisir elle-même le moment de sa mort et avait demandé à son médecin de l'aider à mourir, soit par euthanasie directe, soit par suicide assisté. Consentant, le médecin avait décidé, pour toute sécurité, de saisir la justice afin de s'assurer de la légalité de cette action, l'euthanasie et le suicide assisté n'étant pas dépénalisés en Nouvelle Zélande.

Ce vendredi 5 ju...

Lire la suite

L’Espagne s’engage-t-elle  sur la voie de la légalisation de l’euthanasie ?

L’Espagne s’engage-t-elle sur la voie de la légalisation de l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

Ce mardi 11 janvier, les députés espagnols ont décidé d'examiner une proposition de loi réglementant l'euthanasie. Cette loi autoriserait l'euthanasie d'une personne souffrant d'une maladie grave invalidante ou incurable. Concrètement, le patient devrait en faire la demande écrite et la répéter quinze jours plus tard. Cette demande doit être acceptée par deux médecins puis examinée par une commission. Les soignants pourraient refuser de pratiquer une euthanasie en vertu de leur clause de consc...

Lire la suite