Belgique : le sénateur Mahoux appelle à « poursuivre le débat » sur l'euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 16/12/2014

Dans une carte blanche publiée dans le quotidien Le Soir du 10 décembre, le sénateur Philippe Mahoux, « père » de la loi relative à l'euthanasie en Belgique, appelle à « poursuivre le débat ». Partant du constat que la loi est d'application inégale sur le territoire (selon les données fournies par les différents rapports de la Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie, une écrasante majorité des euthanasies rapportées sont pratiquées en Flandre), le sénateur Mahoux appelle les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités en vue d'améliorer l'accessibilité à l'information sur la fin de vie, tant pour les patients que pour les médecins.

Monsieur Mahoux appelle également à garantir le respect des droits des patients, de sorte que « les demandes relatives à la fin de vie puissent trouver une réponse médicale de qualité partout sur le territoire, et dans toutes les institutions ». Reprenant le contenu de deux propositions de loi déjà déposées en 2013, le sénateur souhaite d'une part l'interdiction explicite de la clause de conscience « institutionnelle » par laquelle certains établissements de soins refusent la pratique de l'euthanasie en leur sein, et l'obligation de transfert de dossier pour un médecin qui refuserait de poser le geste d'euthanasie (dans ce cadre, il n'est pas inutile de rappeler que la loi belge ne fait aucun droit à l'euthanasie, mais qu'elle permet aux citoyens d'en émettre la demande, et que le médecin qui y répond dans le respect des conditions prévues par le législateur ne s'expose pas à des poursuites pénales).

De la même manière, la carte blanche évoque deux autres propositions émises au cours de la législature précédente en vue d'assouplir ou d'élargir la pratique de l'euthanasie en Belgique : suppression de la durée de validité limitée de la déclaration anticipée d'euthanasie et extension de l'euthanasie aux personnes démentes.

Pour le sénateur Mahoux, les questions relatives à la clause de conscience institutionnelle, à l'obligation de transfert de dossier et à la déclaration anticipée « pourraient être facilement réglées par des modifications de la loi adoptée à la Chambre des représentants ». Il ne fait donc guère de doute que de nouvelles propositions de loi visant à assouplir et étendre la pratique de l'euthanasie en Belgique seront à plus ou moins brève échéance déposées au Parlement belge.

Source : Le Soir
 


Articles similaires

Canada : l’impact de l’euthanasie sur le budget des soins de santé

Canada : l’impact de l’euthanasie sur le budget des soins de santé

- Euthanasie et suicide assisté

Jusqu'à 139 millions de dollars. C'est l'économie annuelle que pourrait entraîner, pour le budget des soins de santé, la dépénalisation de « l'aide médicale à mourir » (AMM) au Canada.

Se basant sur les données et le profil de citoyens belges ou hollandais euthanasiés dans leur pays, des chercheurs de l'Université de Calgary ont estimé que, dans les années à venir, de 1 à 4% des décès pourraient être liés à un suicide assisté ou à une euthanasie, soit environ 10.700 Canadiens par an.

Partant...

Lire la suite

Belgique : symposium à l’occasion des 15 ans de la loi relative à l’euthanasie

Belgique : symposium à l’occasion des 15 ans de la loi relative à l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

A l'occasion des 15 ans de la loi ayant dépénalisé partiellement l'euthanasie, adoptée par le législateur belge en 2002, un symposium s'est tenu le 11 mai dernier à l'initiative de Jean-Jacques De Gucht, parlementaire.

A cette occasion, le Professeur Luc Deliens, Director du End-of-Life Care Research Group (Vrije Universiteit Brussel & Ghent University), a entre autres affirmé que le contrôle exercé par la Commission Fédérale de contrôle et d'Evaluation (CFCE) demeurait « marginal » et « trè...

Lire la suite

Wilsverklaring inzake euthanasie – Nieuwe didactische fiche van het EIB

Wilsverklaring inzake euthanasie – Nieuwe didactische fiche van het EIB

- Euthanasie et suicide assisté

Iedere volwassene heeft krachtens de Wet betreffende de euthanasie het recht een wilsverklaring op te stellen ten einde euthanasie aan te vragen, voor het geval hij zich in een toestand zou bevinden waarin het onmogelijk is zijn wil duidelijk te kennen te geven. Deze verklaring is vijf jaar geldig, maar nu de uitbreiding van de euthanasiewet op tafel ligt pleiten sommigen voor de toekenning van een onbeperkte geldigheidsduur. Is dit echter een aanvaardbaar voorstel? Wat te denken over deze...

Lire la suite