Belgique : le sénateur Mahoux appelle à « poursuivre le débat » sur l'euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 16/12/2014

Dans une carte blanche publiée dans le quotidien Le Soir du 10 décembre, le sénateur Philippe Mahoux, « père » de la loi relative à l'euthanasie en Belgique, appelle à « poursuivre le débat ». Partant du constat que la loi est d'application inégale sur le territoire (selon les données fournies par les différents rapports de la Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie, une écrasante majorité des euthanasies rapportées sont pratiquées en Flandre), le sénateur Mahoux appelle les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités en vue d'améliorer l'accessibilité à l'information sur la fin de vie, tant pour les patients que pour les médecins.

Monsieur Mahoux appelle également à garantir le respect des droits des patients, de sorte que « les demandes relatives à la fin de vie puissent trouver une réponse médicale de qualité partout sur le territoire, et dans toutes les institutions ». Reprenant le contenu de deux propositions de loi déjà déposées en 2013, le sénateur souhaite d'une part l'interdiction explicite de la clause de conscience « institutionnelle » par laquelle certains établissements de soins refusent la pratique de l'euthanasie en leur sein, et l'obligation de transfert de dossier pour un médecin qui refuserait de poser le geste d'euthanasie (dans ce cadre, il n'est pas inutile de rappeler que la loi belge ne fait aucun droit à l'euthanasie, mais qu'elle permet aux citoyens d'en émettre la demande, et que le médecin qui y répond dans le respect des conditions prévues par le législateur ne s'expose pas à des poursuites pénales).

De la même manière, la carte blanche évoque deux autres propositions émises au cours de la législature précédente en vue d'assouplir ou d'élargir la pratique de l'euthanasie en Belgique : suppression de la durée de validité limitée de la déclaration anticipée d'euthanasie et extension de l'euthanasie aux personnes démentes.

Pour le sénateur Mahoux, les questions relatives à la clause de conscience institutionnelle, à l'obligation de transfert de dossier et à la déclaration anticipée « pourraient être facilement réglées par des modifications de la loi adoptée à la Chambre des représentants ». Il ne fait donc guère de doute que de nouvelles propositions de loi visant à assouplir et étendre la pratique de l'euthanasie en Belgique seront à plus ou moins brève échéance déposées au Parlement belge.

Source : Le Soir
 


Articles similaires

Europese bezorgdheid over euthanasieplan­nen Bel­gië

Europese bezorgdheid over euthanasieplan­nen Bel­gië

- Euthanasie et suicide assisté

61 leden van de Par­lemen­taire Ver­gader­ing van de Raad van Europa hebben een verk­lar­ing ondertek­end die uit­drukking geeft aan grote bezorgdheid voor de Bel­gis­che plan­nen tot uit­brei­d­ing van de euthanasie naar kinderen, zon­der leefti­jds­grens. Zij rea­geren daarmee op de stem­ming in de Bel­gis­che Senaat in decem­ber van het afgelopen jaar.
De onderteke­naars herin­neren aan een aan­bevel­ing uit 1999 van het Comité van Min­is­ters (de min­is­ters van buiten­landse zaken van de ...

Lire la suite

Extension de la loi euthanasie aux enfants : premier vote

Extension de la loi euthanasie aux enfants : premier vote

- Euthanasie et suicide assisté

C'est par 13 voix pour et 4 contre, que vient d'être votée la proposition de loi qui vise à étendre le cadre légal autorisant l'euthanasie, dans certaines conditions, aux enfants.
Au préalable, un psychologue aura reconnu la capacité de discernement de ces jeunes malades qui devront être en phase terminale et confrontés à des souffrances physiques insupportables et inapaisables. Ils seront encadrés par une équipe médicale, et moyennant l'accord de leurs parents, pourront alors demander à être ...

Lire la suite

Pays-Bas : accroissement de 10% des cas d’euthanasie en 2016

Pays-Bas : accroissement de 10% des cas d’euthanasie en 2016

- Euthanasie et suicide assisté

6091 euthanasies et suicides assistés ont été enregistrés en 2016 aux Pays-Bas. Cela signifie que 4% des personnes décédées (148.973) ont demandé à ce qu'un médecin provoque leur mort ou les y assiste (216 suicides assistés). Comment expliquer cette hausse importante ? Dans le Rapport annuel 2016 des comités régionaux d'examen de l'euthanasie (Regionale Toetsingcommissies Euthanasie, RTE) qui vient d'être publié, les membres desdites commissions ne font que poser des questions. Les médecins dé...

Lire la suite