Belgique : le contrôle de la pratique de l’euthanasie de plus en plus ardu

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/10/2015

Lundi 19 octobre, le journal Le Soir publiait un article « L'euthanasie en panne de contrôle », exposant la difficulté de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie en Belgique à renouveler ses membres. Sur 16 membres, et autant de suppléants, il manque 7 professeurs à l'appel. En réalité, les conditions sont très strictes pour être admis dans la Commission de contrôle, alliant parité hommes/femmes, compétences professionnelles, parité philosophique et linguistique.

En outre, face à l'augmentation des cas d'euthanasies (plus de 2000 par an) en Belgique, plusieurs membres se sont retirés de la Commission devant la charge de travail croissante. « On me disait qu'il n'y avait que quelques dizaines de dossiers par mois. Or, aujourd'hui ce sont en moyenne 200 dossiers, dont 80 à 90% en néerlandais, qu'il s'agit de lire et de préparer avant la Commission qui se tient une fois par mois, le jeudi à 17h » déplore Claire Nouwynck, chef de clinique adjointe en oncologie médicale à l'hôpital Erasme qui a récemment démissionné.

Face à ce constat, c'est l'efficacité même du contrôle qui pourrait être remise en cause. De là à ce que d'aucuns remettent en cause la loi elle-même ? C'est en tout cas la crainte exprimée par certains membres de l'ADMD dans ce même article du Soir. En attendant le renouvellement de la Commission, l'ancienne continuera à siéger.

Répondant à la question parlementaire n° K383 du 30/07/2015 de Sybille De Coster Bauchau concernant les plaintes reçues à propos des euthanasies illégales, la Ministre de la santé, Maggie De Block, a répondu que « si des citoyens émettent des doutes quant à la légalité de l'euthanasie pratiquée sur un proche, ceux-ci peuvent introduire une action en justice. Mais je ne suis pas en mesure de connaitre le nombre de plaintes qui auraient effectivement été portées devant les autorités judiciaires à ce sujet. »

Source : Le Soir


Articles similaires

Portugal : la proposition de loi sur l'euthanasie devant la Cour constitutionnelle

Portugal : la proposition de loi sur l'euthanasie devant la Cour constitutionnelle

- Euthanasie et suicide assisté

Le Président de la République du Portugal a décidé de soumettre la proposition de loi sur l'euthanasie au contrôle de la Cour constitutionnelle. Adoptée le 29 janvier dernier par le Parlement portugais, la loi était depuis entre les mains du Président, celui-ci ayant notamment la possibilité de demander à la juridiction suprême du pays de se prononcer sur la constitutionnalité de ses dispositions.

 

Dans la déclaration publiée le 18 février, Marcelo Rebelo de Sousa indique que cette loi appa...

Lire la suite

Les demandes d’euthanasie à la “Levenseindekliniek” augmentent chaque année

Les demandes d’euthanasie à la “Levenseindekliniek” augmentent chaque année

- Euthanasie et suicide assisté

En 2017, 2500 personnes ont contacté la clinique de fin de vie aux Pays-Bas (« Levenseindekliniek » - LEK) parce qu'elles souhaitaient se faire euthanasier. Pour rappel, la LEK accueille principalement des patients qui ne trouvent pas d'autre médecin désirant donner suite à leur demande d'euthanasie.

Ceci représente une augmentation de 38 % des demandes par rapport à 2016. La clinique a approuvé la demande de près d'une personne sur 3,  soit 747 personnes.

Parmi celles-ci, 239 personnes (soi...

Lire la suite

Euthanasie simultanée d’un couple

Euthanasie simultanée d’un couple

- Euthanasie et suicide assisté

Un couple âgé du Brabant flamand (Meerbeek) a demandé et obtenu, en début de semaine, une double euthanasie. L'homme, âgé de 83 ans, souffrait d'un cancer en phase terminale. Son épouse, âgée de 78 ans, souffrait de divers maux liés à son âge, sous une forme assez aiguë. Il ne semblait pas envisageable pour elle de continuer de vivre sans son partenaire. Le médecin qui a pratiqué l'euthanasie s'inscrit donc en dehors du cadre légal puisque cette femme ne se trouvait pas en fin de vie.

Y a-t-i...

Lire la suite