Belgique : l’euthanasie en chiffres pour 2008 et 2009.

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 16/12/2010

Le quatrième rapport de la Commission fédérale d'évaluation de l'euthanasie, couvrant les années 2008 et 2009, a été publié récemment.
D'emblée, la Commission affirme qu'elle n'a pas la possibilité d'évaluer la proportion du nombre d'euthanasies déclarées par rapport au nombre d'euthanasies réellement pratiquées.
Précédemment, elle s'était déjà dite consciente des limites du contrôle de l'application de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie. « Il est évident », avait-elle noté, « que l'efficacité de sa mission repose d'une part sur le respect par le corps médical de l'obligation de déclaration des euthanasies pratiquées et d'autre part de la manière dont les déclarations sont rédigées ».

Remarquons qu'à ce jour, aucun dossier n'a jamais été transmis au parquet.  

 

 Évolution du nombre d'euthanasies déclarées :

2002            24 (4e trimestre)

2003           235

2004           349

2005           393

2006           429

2007           495

2008           704

2009           822

Comme le souligne le rapport, l'augmentation annuelle du nombre de déclarations d'euthanasie est continue (p. 21). On relève, en particulier, la forte augmentation des euthanasies déclarées entre 2007 et 2008. Comme antérieurement, il est observé que la grande majorité des déclarations d'euthanasie sont rédigées en néerlandais.

92% des euthanasies ont été pratiquées chez des patients dont le décès était prévisible à brève échéance. Ces données sont similaires à celles des rapports antérieurs de la commission. Parmi les 8% d'euthanasies pratiquées alors que le décès n'était pas prévisible à brève échéance (116 cas), la plupart concernaient des affections neurologiques. 36 euthanasies de patients inconscients ont été pratiquées sur la base d'une déclaration anticipée. Ce nombre est légèrement supérieur à celui du 3e rapport.

Une proportion importante des euthanasies (52%) ont été pratiquées au lieu de résidence des patients (domicile ou maison de repos). Cette proportion est supérieure à celle relevée dans le rapport précédent (49% en 2006-2007). 

Qui sont les médecins qui euthanasient ?

Ce sont 326 médecins généralistes, 307 spécialistes et 71 médecins formés en soins palliatifs. Il faut souligner qu'au cours des deux dernières années, 613 équipes de soins palliatifs ont été impliquées dans un geste d'euthanasie, soit 27% de plus en 2009 qu'en 2008.

La nature des souffrances

Selon la loi du 28 mai 2002, plusieurs conditions doivent être réunies pour que le médecin qui pratique une euthanasie puisse échapper aux poursuites pénales (art. 3). Il doit notamment s'assurer que le patient fasse état d'une souffrance physique ou psychique constante et insupportable.

Dès son premier rapport, la Commission d'évaluation note que le caractère insupportable de la souffrance est en grande partie d'ordre subjectif et qu'à cet égard, il faut tenir compte du fait que le patient a le droit de refuser un traitement de la souffrance, même palliatif. Certains cas examinés par la Commission, dans son rapport 2008-2009, ont fait apparaître que l'estimation du caractère insupportable et inapaisable de la souffrance devait parfois tenir compte de l'âge du patient. Certains membres ont estimé qu'une évolution dramatique future ne pouvait être qualifiée « hic et nunc » de souffrance psychique insupportable et inapaisable selon les termes de la loi relative à l'euthanasie. Ce point de vue n'a cependant pas été suivi par la majorité des membres de la Commission.

Le médecin doit encore vérifier que la souffrance du patient résulte d'une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable. Comme dans ses précédents rapports, la Commission d'évaluation avalise néanmoins des cas d'euthanasie dans lesquels le patient ne souffre d'aucune pathologie grave, considérant que la gravité de son état résulte de la coexistence de plusieurs pathologies incurables. Elles sont classées sous la rubrique « pathologies multiples ».

Malgré le poids éthique de l'acte d'euthanasie, il s'est avéré que dans 11% des déclarations, les médecins avaient omis de compléter un ou plusieurs points du document officiel.

Les Rapports de la Commission sont disponibles sur le site de l'IEB

Rapport 2007-2008


Articles similaires

L’euthanasie doit toujours être interdite!

L’euthanasie doit toujours être interdite!

- Euthanasie et suicide assisté

Résolution du Conseil de l'Europe.

Appelée à prendre position sur les directives anticipées ayant pour but de permettre à chacun d'exprimer anticipativement sa volonté de ne pas être maintenu en vie en telle ou telle circonstance, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a tenu à rappeler l'interdiction absolue de l'euthanasie.
Dans sa résolution 1859, intitulée « Protéger les droits humains et la dignité de la personne en tenant compte des souhaits précédemment exprimés par le...

Lire la suite

Belgique : la partie « oubliée » de la loi euthanasie de 2005 a été publiée

Belgique : la partie « oubliée » de la loi euthanasie de 2005 a été publiée

- Euthanasie et suicide assisté

Faisant suite au constat qu'une partie de la loi belge relative à l'euthanasie n'avait pas été publiée (Bulletin de l'IEB) et n'était donc pas appliquée, la Ministre de la santé Maggie De Block avait promis de réparer cet oubli. Ce qui a été fait dans le Moniteur belge du 21 mars dernier.

Reste désormais à mettre en place le contrôle sur le terrain de la délivrance des substances euthanasiantes par les pharmaciens au médecin en personne, ainsi que du retour des produits non utilisés par celui...

Lire la suite

Luxembourg : polémique autour des déclarations anticipées d’euthanasie

Luxembourg : polémique autour des déclarations anticipées d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une question parlementaire récente, la députée luxembourgeoise LSAP Claudia Dall'Agnol a interrogé la ministre de la santé sur la validité des déclarations anticipées d'euthanasie déposées au Luxembourg. En effet, la loi prévoit qu'une personne a la possibilité de consigner par écrit, dans des dispositions de fin de vie, les conditions dans lesquelles elle désire subir une euthanasie, lorsqu'elle est atteinte d'une affection accidentelle ou pathologique incurable et qu'elle se trouve dans...

Lire la suite