Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 30/06/2014

Alors que vient de s'ouvrir le dossier de l'infirmier de Wevelgem soupçonné d'avoir tué plus de 40 personnes qui se trouvaient en fin de vie, voilà qu'en France vient d'être prononcé l'acquittement du médecin-anesthésiste Nicolas Bonnemaison, qui "par compassion" a empoisonné 7 personnes.
Lors de son procès, des personnalités belges avaient été appelées à la barre. Elles avaient même affirmé que s'il fallait en Belgique juger des cas semblables à ceux de Nicolas Bonnemaison, les tribunaux belges en seraient remplis.
L'avocat général du procès en France avait requis dans un réquisitoire 5 ans avec sursis, au lieu de la perpétuité, sans interdiction d'exercer sa profession de médecin (alors que celui-ci avait déjà été radié du Conseil de l'Ordre national des médecins en 2013). Des observateurs relèvent l'"étonnante empathie de l'avocat général". Pour ce dernier, Nicolas Bonnemaison a fait preuve d'un manque de discernement : "vous avez agi en médecin mais en médecin qui s'est trompé", jugeant l'homme "sincère"."Non vous n'êtes pas un assassin", l'a-t-il rassuré. Nicolas Bonnemaison avait justifié ces actes par "compassion".
Pour le médecin et journaliste Jean-Yves Nau, le réquisitoire était "bien étrange", s'interroge sur ce qu'est un médecin "qui s'est trompé" et à ce titre accusé d'avoir empoisonné à sept reprises? "Et qu'est-ce qu'un médecin radié à vie par son Ordre?"
Le philosophe Fabrice Hadjad, publie une tribune dans laquelle il constate que "nous assistons au développement du meurtre par compassion". 
Source : Genethique.org
 


Articles similaires

Belgique: les infirmiers face à l'euthanasie

Belgique: les infirmiers face à l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La seconde étude, tout aussi intéressante, a été réalisée par Els Ingelbrecht, qui a interrogé 1265 infirmiers. Ici aussi se confirme le fait que 120 infirmiers ont vu leur patient mourir suite à l'administration de substances euthanasiantes. Dans 45% des cas, ce sont ces infirmiers (principalement masculins) qui ont administré les produits, et non le médecin lui-même, en dépit de l'exigence légale. Les morts provoquées sans être demandées par le patient concernent des personnes de plus de 80 ...

Lire la suite

Belgique : deuxième alerte de spécialistes sur l’euthanasie pour souffrances psychiques

Belgique : deuxième alerte de spécialistes sur l’euthanasie pour souffrances psychiques

- Euthanasie et suicide assisté

Ce mardi 8 décembre 2015, 65 spécialistes ont publié dans  De Morgen et dans La Libre, une carte blanche dénonçant l'euthanasie pour souffrances psychiques, pointant "l'impossibilité d'en objectiver l'incurabilité". « Nous voyons, par exemple, comment certaines personnes qui ont été déclarées incurables et qui, sur cette base, ont obtenu le droit à une euthanasie, y renoncent parfois finalement quand de nouvelles - et fragiles - perspectives se font jour. Ceci prouve paradoxalement que la mala...

Lire la suite

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une interview donnée à la presse et publiée par RTBF.be et DH.be, le Professeur Wim Distelmans, président de la Commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique donne en avant-première, en son nom propre et sans que le Rapport officiel ne soit encore disponible, quelques éléments sur la situation de l'euthanasie en Belgique pour 2014 et 2015.
On y apprend en particulier que le nombre d'euthanasies déclarées est en constante augmentation et a passé la barre des 2000 cas en 2015 (1924 cas...

Lire la suite