Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 30/06/2014

Alors que vient de s'ouvrir le dossier de l'infirmier de Wevelgem soupçonné d'avoir tué plus de 40 personnes qui se trouvaient en fin de vie, voilà qu'en France vient d'être prononcé l'acquittement du médecin-anesthésiste Nicolas Bonnemaison, qui "par compassion" a empoisonné 7 personnes.
Lors de son procès, des personnalités belges avaient été appelées à la barre. Elles avaient même affirmé que s'il fallait en Belgique juger des cas semblables à ceux de Nicolas Bonnemaison, les tribunaux belges en seraient remplis.
L'avocat général du procès en France avait requis dans un réquisitoire 5 ans avec sursis, au lieu de la perpétuité, sans interdiction d'exercer sa profession de médecin (alors que celui-ci avait déjà été radié du Conseil de l'Ordre national des médecins en 2013). Des observateurs relèvent l'"étonnante empathie de l'avocat général". Pour ce dernier, Nicolas Bonnemaison a fait preuve d'un manque de discernement : "vous avez agi en médecin mais en médecin qui s'est trompé", jugeant l'homme "sincère"."Non vous n'êtes pas un assassin", l'a-t-il rassuré. Nicolas Bonnemaison avait justifié ces actes par "compassion".
Pour le médecin et journaliste Jean-Yves Nau, le réquisitoire était "bien étrange", s'interroge sur ce qu'est un médecin "qui s'est trompé" et à ce titre accusé d'avoir empoisonné à sept reprises? "Et qu'est-ce qu'un médecin radié à vie par son Ordre?"
Le philosophe Fabrice Hadjad, publie une tribune dans laquelle il constate que "nous assistons au développement du meurtre par compassion". 
Source : Genethique.org
 


Articles similaires

1.000 morts provoquées sans consentement en Belgique

1.000 morts provoquées sans consentement en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Chaque année en Belgique, à peu près 1.000 personnes voient leur vie abrégée sans leur demande ni consentement.

C'est ce qu'a déclaré Marc Cosyns, médecin et défenseur de l'euthanasie en Belgique, lors du procès de Ivo Poppe le 29 janvier dernier. Ce sont le plus souvent les infirmiers qui abrègent discrètement la vie de leurs patients sans qu'ils l'aient demandé. Ils s'y sentent obligés parce que les médecins refusent de le faire eux-mêmes, affirme le Docteur Cosyns.

Ce dernier a toujours a...

Lire la suite

Doublement du nombre d’euthanasies déclarées en 4 ans en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Le Rapport de la Commission d'évaluation de la loi dépénalisant l'euthanasie fait état de 822 déclarations pour 2009 et de 704 en 2008. La Flandre prend à son compte les quatre-cinquièmes de ces déclarations d'euthanasies, soit 656 cas. Un quart des personnes euthanasiées ont plus de 80 ans, 52% entre 60 et 79 ans. Un seul cas d'euthanasie d'un mineur est mentionné. Rappelons toutefois, que l'euthanasie des mineurs reste pénalement punissable en Belgique. Source : Journal du Médecin 9/05/2010

Lire la suite

Belgique : 10 ans d’euthanasie : un heureux anniversaire ?

- Euthanasie et suicide assisté

Plus de 70 professeurs d'université et médecins signent une "Carte Blanche" diffusée dans la presse.

 

"L'autorisation légale de l'euthanasie a quant à elle un impact sur le tissu social et sur notre conception  sociétale de la médecine. Elle transgresse un interdit fondateur et affecte en cela même les bases de notre démocratie, en délimitant une classe de citoyens à qui on peut donner la mort avec l'aval de la société. Dès lors qu'elle revêt une indéniable dimension sociopolitique, l'eutha...

Lire la suite