Belgique : des experts inquiets quant aux dérives et contrôle de l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 23/11/2016

Alors que 80% des euthanasies pratiquées en Belgique le sont en Flandre, une quinzaine d'experts de l'UZGent, de la VUB (Bruxelles) et de la KULeuven ont publié récemment une opinion (traduction en français) suite à la parution du 7ème rapport de la Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. Sans remettre en cause l'euthanasie, ils commencent par exprimer leur regret qu'il ne soit plus permis, en Belgique, de poser des questions quant à sa pratique. Ils posent ensuite une série de questions qui devraient, selon eux, amener la Commission de contrôle à revoir en profondeur son fonctionnement actuel.

 Ainsi, alors que, selon le rapport de la Commission, les euthanasies représentent 1.8% des décès en Belgique, une autres étude (Onderzoekgroep Zorg Rond het Levenseinde (ZRL) tend à montrer qu'une euthanasie sur 3 ne serait pas déclarée. Pourquoi la Commission, qui reconnaît, au moins partiellement, cet état de fait, ne dénonce-t-elle pas plus clairement cette situation ?

Une autre question soulevée s'adresse au formulaire d'enregistrement mal rempli par les médecins dans 25% des cas et sur le caractère incontrôlable de certaines données : il est, par exemple, impossible a priori de vérifier l'exigence légale de l'indépendance entre les médecins qui approuvent l'euthanasie.

Les auteurs dénoncent également le fait que la Commission joue indûment le rôle d'un tribunal : elle approuve les dossiers et interprète l'application de la loi d'une façon « élastique » alors que son rôle est de veiller à la bonne application de la loi et non d'adapter l'interprétation de la loi à la pratique. La Commission ne doit pas prendre la place du législateur, ce qui est dans les faits, le cas aujourd'hui. Deux exemples sont repris par les experts signataires, dont celui de la pratique du suicide assisté, non autorisée par la loi mais avalisée par la Commission et celui, non moins crucial de l'euthanasie en cas de perte de conscience lors du processus décisionnel qui mène à l'acte euthanasique.

Pour ces experts, tous ces points méritent aujourd'hui un débat sérieux et sans tabous.

Traduction libre du texte de l'Opinion parue dans De Standaard du 15/11/2016


Articles similaires

Sédation ou euthanasie à l'AZ Sint Jan Brugge ?

Sédation ou euthanasie à l'AZ Sint Jan Brugge ?

- Euthanasie et suicide assisté

Un médecin, le Dr Lieve Vande Putte,  s'indigne de la façon dont son père a été mis sous sédation alors qu'elle-même s'absentait à l'étranger. Elle estime que ce geste a conduit son père à la mort. Voilà ce que révèle l'article paru dans le magazine Humo qui reprend l'information et le témoignage du Dr Vande Putte. Aucune condamnation n'est toutefois évoquée.
Commentant cette information, le Dr Wim Distelmans, professeur en médecine palliative à la Vrije Universiteit Brussel, et d'autre part d...

Lire la suite

Advies tweede arts bij euthanasie: artsen in beroep bij Raad van State

Advies tweede arts bij euthanasie: artsen in beroep bij Raad van State

- Euthanasie et suicide assisté

De Euthanasiewet voorziet dat de arts die de euthanasie uitvoert het advies moet inwinnen van een tweede arts. Het KB van 17 maart 2013 werkte voor de vergoeding van deze "tweede" arts een regeling uit. De vergoeding gebeurt echter niet rechtstreeks. De zogenaamde "tweede" artsen moeten toetreden tot een vereniging, die hen bepaalde voorwaarden oplegt. Vier artsen gingen hiertegen in beroep bij de Raad van State. Zij zijn van oordeel dat het KB discriminerend is voor artsen die niet wensen...

Lire la suite

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

- Euthanasie et suicide assisté

Ils avaient déposé auprès de leur administration communale, une demande pour être euthanasiés s'ils sombraient dans un état d'inconscience irréversible ou de coma. Mais, ils sont 382 citoyens (98 en 2016 et 2017) à avoir changé d'avis, et à avoir retiré et détruit ce document. C'est l'information publiée par la presse néerlandophone et confirmée par le SPF Santé publique.

L'article 4 de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipé...

Lire la suite