Ban on adoption of Russian children by Belgians

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 17/02/2014

Russian Lower House MPs have asked the Foreign Ministry to study the recently passed law allowing child euthanasia in Belgium in order to decide if its citizens should be legally banned from adopting Russian kids.
The initiative comes from Deputy Roman Khudyakov of the Liberal Democratic Party of Russia.
Before we continue cooperation with Belgium allowing our children to be adopted by their citizens we should understand on what grounds a child can be killed in this country and if there is a danger for our kids to lose their lives in a foreign country,” the lawmaker said. Khudyakov added that the majority of Russian children's rights groups organizations would support the ban on adoption of Russian children by Belgians.
This is an immediate consequence of the vote from last week when the lower house of the Belgian parliament voted to allow euthanasia for terminally ill children. The law states that children seeking euthanasia must be terminally ill and in an "unbearable" state of suffering. The bill has to be signed by the King to come into force. The controversy over the Belgian child euthanasia law spread to Russia where euthanasia is completely illegal.From 2003 up to 2012, 68 children were adopted by Belgian French speaking parents.


Articles similaires

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

- Euthanasie et suicide assisté

Des membres de la Douma, le parlement russe, ont demandé au ministère des Affaires étrangères d'étudier la loi belge élargissant l'euthanasie aux mineurs, votée la semaine passée, en vue d'interdire l'adoption d'enfants russes par des Belges, écrit lundi Russia Today. L'initiative émane du député Roman Choedjakov, membre du parti nationaliste de droite LDPR (Parti libéral-démocrate de Russie). Selon le député, la majorité des groupes défendant les droits des enfants  soutiennent une telle inte...

Lire la suite

1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

- Procréation médicalement assistée

« Adopter » un embryon surnuméraire issu de la PMA, voilà ce que propose l'Institut Marquès en Espagne. Clinique spécialisée dans la PMA (procréation médicalement assistée), elle la propose aux couples hétérosexuels, homosexuels, et même aux femmes célibataires, utilisant les embryons « en trop », dits « surnuméraires » que d'autres couples ne veulent plus.

Ces embryons « surnuméraires », sont issus de la congélation et sont dans l'attente de leur destination finale décidée par les parents bi...

Lire la suite

Luxembourg : législation relative aux adoptions et à la problématique de l’accouchement anonyme

Luxembourg : législation relative aux adoptions et à la problématique de l’accouchement anonyme

- Grossesse

La Commission Nationale d'Ethique (C.N.E.) avait été saisie en 2007, d'une demande d'avis concernant la législation relative aux adoptions et la problématique de l'accouchement anonyme (accouchement sous "x"). Dans son avis qui vient de paraître, la C.N.E. considère que le principe directeur de l'intérêt de l'enfant, doit prévaloir sur le désir de l'adoptant / des adoptants potentiel(s) "d'avoir un enfant". 

Voir aussi le Dossier de l'IEB : Le droit de savoir d'où je viens : problématique de ...

Lire la suite