Association Mondiale des médecins : les médecins africains rejettent euthanasie et suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 13/02/2018

Les représentants des pays-membres africains de l'AMM se sont retrouvés les 2 et 3 février derniers au Nigeria, pour la réunion de la « Région Afrique » de l'Association sur les questions de fin de vie. Le Professeur Mike Ogirima, Président de l'Association médicale du Nigéria (NMA), a appelé à un renforcement des soins palliatifs en Afrique, afin de permettre aux médecins d' « apaiser les souffrances physiques, psychologiques, sociales, spirituelles et émotionnelles » des patients en phase terminale.

Seuls quelques pays en Afrique bénéficient en effet de lois et de recommandations médicales en matière de soins palliatifs pour l'instant.

Il s'est également fait la voix des médecins de la Région d'Afrique, pour condamner l'euthanasie et le suicide assisté. Il décrit ces pratiques comme contraires aux lois nationales des pays d'Afrique, à l'éthique de l'AMM et au serment d'Hippocrate, qui fait promettre à tout médecin « de ne pas user de ses connaissances médicales pour violer les droits et libertés de l'homme, même sous la menace », ajoute-t-il.

Otmar Kloiber, Secrétaire-Général de l'AMM a plaidé quant à lui pour que les gouvernements concernés libèrent les ressources nécessaires à la mise en place de soins palliatifs décents, reconnaissant le manque de fonds comme principal obstacle. Il a également proposé la création d'une « couverture soins de santé » à portée mondiale, afin d'assurer à tous, notamment en Afrique, une assurance de soins palliatifs de bonne qualité.

Pour rappel, cette réunion fait suite à la réunion régionale européenne de l'AMM à Rome les 16 et 17 novembre 2017. A cette réunion-là, les médecins représentants des Pays-Bas et du Canada, avaient plaidé pour que l'AMM revoie sa position sur l'euthanasie et le suicide assisté, afin de les considérer comme des actes éthiquement neutres, et ne s'opposant pas aux soins palliatifs.

 Source : WMA et nan.ng



Articles similaires

Belgique: les infirmiers face à l'euthanasie

Belgique: les infirmiers face à l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La seconde étude, tout aussi intéressante, a été réalisée par Els Ingelbrecht, qui a interrogé 1265 infirmiers. Ici aussi se confirme le fait que 120 infirmiers ont vu leur patient mourir suite à l'administration de substances euthanasiantes. Dans 45% des cas, ce sont ces infirmiers (principalement masculins) qui ont administré les produits, et non le médecin lui-même, en dépit de l'exigence légale. Les morts provoquées sans être demandées par le patient concernent des personnes de plus de 80 ...

Lire la suite

Afrique du Sud : l’euthanasie reste interdite

Afrique du Sud : l’euthanasie reste interdite

- Euthanasie et suicide assisté

Le mardi 6 décembre, la justice sud-africaine a cassé un jugement rendu en 2015, qui accordait à Robin Stransham-Ford, un avocat à la retraite atteint d'un cancer de la prostate en phase terminale, le droit à l'euthanasie. La Haute Cour de Pretoria avait alors reconnu au malade le droit d'accéder à un programme de suicide assisté. Le patient était néanmoins décédé avant le rendu du verdict. 

 

Le gouvernement sud-africain avait aussitôt fait appel et vient donc d'obtenir gain de cause auprè...

Lire la suite

Pays-Bas : euthanasies en hausse / analyse du rapport annuel

Pays-Bas : euthanasies en hausse / analyse du rapport annuel

- Euthanasie et suicide assisté

Le Rapport annuel 2014 des 5 Commissions régionales qui contrôlent la pratique de l'euthanasie aux Pays-Bas, récemment publié, fait état d'une hausse de 10% des cas rapportés par rapport à 2013, année pour laquelle une hausse des cas de 15% avait déjà été rapportée.
Il ressort de la lecture du rapport, que la grande majorité des personnes euthanasiées l'ont été à leur domicile (4309 personnes). 171 autres ont fini leurs jours à l'hôpital et 826 dans d'autres structures (maisons de repos, maiso...

Lire la suite