Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 23/03/2009

23 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen (93 ans) n'est pas atteinte d'une maladie incurable, mais souffre de toutes sortes de petits maux qui rendent sa vie insupportable, dit-elle. Elle souhaite mourir mais, selon la loi, elle ne remplit pas les critères pour demander l'euthanasie. Wim Distelmans, le président de la commission d'évaluation de la loi sur l'euthanasie pense que la législation devrait pouvoir être étendue aux cas de certaines personnes très âgées. En particulier, dans des cas comme celui-ci, les « souffrances insupportables » devraient pouvoir être reconnues, plaide-t-il. 
Le gériatre Lucien De Cock comprend la situation d'Amélie Van Esbeen mais nuance:  « avant que nous proposions l'euthanasie, regardons s'il vous plaît s'il n'y a plus d'autres facteurs susceptibles de rendre cette existence plus supportable. Vieillir est en grande partie une succession de toutes sortes de situations de perte, qui  sont souvent très difficiles à accepter, surtout le fait d'être dépendant des autres. Des états dépressifs apparaissent fréquemment. Avec de légers antidépresseurs, nous pouvons généralement obtenir d'excellentes réponses et offrir ainsi à beaucoup de ces personnes une heureuse fin de vie ».  

25 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen a décidé de mettre fin à sa grève de la faim et va recommencer à s'alimenter lentement dès aujourd'hui. La nonagénaire avait entamé une grève de la faim et réclamait une euthanasie. Elle désire à présent récupérer des forces afin de pouvoir reprendre son combat. La dame, âgée de 93 ans, s'était adressée aux médias car elle estimait que sa demande de fin de vie n'était pas entendue. Selon Marc Cosyns médecin aux Cliniques universitaires de Gand, la dame appelle à présent les médias à une période de repos. "La dame et sa famille estiment que l'attention des médias se retournait contre elle et rendait impossible une mort et un deuil sereins. Ils estiment important d'avoir pu faire avancer le débat et s'estiment prêts, après cette période de repos, à continuer à participer à cette discussion sur ce sujet de société", a indiqué le médecin. La patiente désire à présent récupérer assez de force pour pouvoir dans quelques jours reprendre son combat afin d'obtenir le droit de mettre fin à ses jours, sur base de la procédure des droits du patient et de la loi sur l'euthanasie.

Source : Belga


Articles similaires

L’euthanasie, toujours plus loin…

L’euthanasie, toujours plus loin…

- Euthanasie et suicide assisté

L'euthanasie pour « fatigue de vivre » revient sur la scène politique et médiatique, suite aux déclarations de la présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten. Le parti avait déjà lancé l'idée en août 2017. Tout comme il y a deux ans, l'appel à autoriser l'euthanasie pour fatigue de vivre a suscité de vives réactions, tant parmi la population que du côté politique ou médical.

L'écrivain Arne De Winde a mal vécu l'euthanasie de son père l'an dernier, et dans une opinion publiée par De Standaard,...

Lire la suite

Trois jours après le décès de sa femme, il se fait euthanasier

Trois jours après le décès de sa femme, il se fait euthanasier

- Euthanasie et suicide assisté

Un quinquagénaire flamand a choisi de se faire euthanasier trois jours après le décès de son épouse.
Selon Het Belang van Limburg, Sonja, son épouse de 54 ans habitant à Diepenbeek dans le Limbourg, avait appris qu'elle souffrait d'un cancer du poumon très avancé en mai dernier. Peu de temps après, les médecins ont diagnostiqué la même maladie à son mari Jean-Paul (58 ans).
Lorsque les cancérologues ont annoncé que Sonja n'avait plus que trois semaines à vivre, Jean-Paul, qui se savait égaleme...

Lire la suite

L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

- Euthanasie et suicide assisté

Le sp.a a déposé le 17 octobre dernier une proposition de loi visant à autoriser l'euthanasie des personnes atteintes de démence sévère, sur base d'une déclaration anticipée d'euthanasie. Le texte prévoit que les personnes pourraient remplir « une déclaration anticipée précisant le moment où elles souhaitent que l'on procède à l'arrêt actif de leur vie », pour le cas où elles souffriraient un jour d'une « atteinte grave, irréversible et incurable des fonctions cérébrales ».

C'est faire peu ca...

Lire la suite