Amélie Van Esbeen a été euthanasiée

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 02/04/2009

Amélie Van Esbeen, âgée de 93 ans, a finalement été euthanasiée le mercredi 1er avril 2009. Depuis un an, elle et sa famille demandaient au médecin traitant d'entamer une procédure de demande d'euthanasie, mais ce dernier estimait, en conscience, qu'il n'était pas justifié de le faire car la situation de sa patiente ne rentrait pas dans les conditions requises par la loi. Pour arriver à leurs fins, la patiente et sa famille avaient sollicité les médias, et la nonagénaire avait entamé une grève de la faim d'une semaine et demi. Suite à une concertation avec le Docteur  Marc Cosyns, ouvert à la pratique de l'euthanasie, Madame Van Esbeen cessa sa grève de la faim pour retrouver quelques forces en vue d'introduire, de façon consciente, une demande écrite d'euthanasie auprès d'un médecin plus favorable que le médecin traitant. Cette demande a été rapidement acceptée et Amélie Van Esbeen a été euthanasiée quelques jours après, soit le 1er avril aux alentours de midi.

Source : La Libre, le 2 avril 2009

 Relecture et approfondissement proposé par l'IEB :

La loi sur l'euthanasie a-t-elle été respectée ? Que dit la loi?

a. Tout d'abord, il convient de rappeler qu'il n'y a pas de « droit à l'euthanasie » Personne en Belgique ne dispose d'un « droit à l'euthanasie ». Un patient ne peut donc jamais l'exiger, ni d'un médecin, ni du personnel soignant, ni d'une institution médicale. La loi du 28 mai 2002 ne fait que dépénaliser partiellement l'euthanasie et assurer ainsi au médecin qui la pratique dans les  conditions prévues, qu'il ne sera pas poursuivi pénalement.

Or, selon de nombreux accompagnants sur le terrain, l'euthanasie est souvent exigée par le patient ou sa famille, et revendiquée comme un droit.

De par certaines campagnes médiatiques, ne se dirige-t-on pas  peu à peu vers une « mort sur commande » ?

b. La loi prévoit des conditions à respecter
Le médecin qui pratique une euthanasie ne commet pas d'infraction s'il s'est assuré que toutes les conditions ci-dessous sont remplies :
1. Le patient est majeur ou mineur émancipé, capable et conscient au moment de la demande.
2. La demande est formulée de manière volontaire, réfléchie, répétée, et ne résulte pas d'une pression extérieure.
3. Le patient se trouve dans une situation médicale sans issue et fait état d'une souffrance physique ou psychique, constante et insupportable, qui ne peut être apaisée et qui résulte d'une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable.

Or, il semble que Madame Van Esbeen ne souffrait pas d'une pathologie grave et incurable. Elle déplorait juste son extrême vieillesse et différents maux mineurs. Quant à la souffrance, la Commission d'Evaluation de la loi dépénalisant l'euthanasie considère que la notion de souffrance est une notion subjective. Elle a d'ailleurs, dans son dernier rapport d'évaluation renoncé à contrôler cette condition, pourtant inscrite dans la loi. 

4. Un certain nombre de formes et de procédures sont à respecter.
La demande doit notamment être formulée par un écrit du patient, le médecin doit donner de multiples informations au cours de divers entretiens, consulter un autre médecin,…

5. L'euthanasie doit être pratiquée par un médecin.


Source : IEB, Belga, et Tertio


Articles similaires

Une femme de 44 ans souffrant d’anorexie a été euthanasiée.

Une femme de 44 ans souffrant d’anorexie a été euthanasiée.

- Euthanasie et suicide assisté

C'est fin 2012, qu'Ann G. a été euthanasiée comme elle le demandait. Les médecins ayant administré le produit létal ont estimé que sa demande entrait dans le cadre de la loi belge, dans la mesure où Ann G. souffrait d'une affection psychiatrique qui lui causait une souffrance insupportable.
Quelques mois auparavant, Ann témoignait encore lors d'émissions télévisées contre son psychiatre, Walter Vanderryken, qu'elle accusait d'avoir eu des rapports non désirés avec elle. En 2007, souffrant déj...

Lire la suite

“Ma mère a été euthanasiée et je n’en ai rien su!”

“Ma mère a été euthanasiée et je n’en ai rien su!”

- Euthanasie et suicide assisté

Tom Mortier a 36 ans. Il est professeur de chimie à la Katholieke Hogeschool Leuven.
C'est un cri de révolte qu'il adresse à l'équipe Ulteam de l'UZ Brussel à Jette. « Oui, ma mère était dépressive et avait des crises d'hystérie qui nécessitaient une médication.» Lieve De Troyer, sa maman, a été euthanasiée à 64 ans. Les médecins ont jugé, qu'elle faisait cela en toute liberté, qu'elle souffrait d'une souffrance psychique inapaisable et qu'ils avaient à respecter sa volonté de ne pas vouloir e...

Lire la suite

33 personnes euthanasiées en 1 an par Ulteam, une équipe de médecins et infirmières

33 personnes euthanasiées en 1 an par Ulteam, une équipe de médecins et infirmières

- Euthanasie et suicide assisté

Parmi ces 33 personnes, 5 venaient de l'étranger. Voilà ce que mentionne l'article paru dans De Morgen et reprenant les propos du Prof. Wim Distelmans.  Ulteam euthanasie les personnes dont la « demande n'a pas été assez entendue » par d'autres institutions. De plus, Ulteam estime qu'il est conforme à la loi dépénalisant l'euthanasie en Belgique de pouvoir euthanasier les visiteurs étrangers qui le demandent et qui se déplacent tout spécialement pour y être euthanasiés. Les Pays-Bas quant à eu...

Lire la suite