Allemagne : débat autour du suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Allemagne

Publié le : 21/11/2014

Le jeudi 13 novembre, le siège du Bundestag, le parlement allemand, a été le cadre d'un débat particulièrement sensible autour de la fin de vie. Dans un pays marqué par son histoire, et profondément divisé sur la question, les parlementaires ont longuement discuté d'une éventuelle légalisation du suicide assisté. Alors qu'un large consensus existe en Allemagne sur le maintien de l'interdiction de l'euthanasie, la fourniture de médicaments visant à accélérer la fin de vie est dans les faits tolérée, mais reste illégale, et les médecins qui la pratiquent risquent de lourdes sanctions disciplinaires. Les réflexions entamées devraient aboutir à un vote sur d'éventuelles propositions de lois dans un délai d'un an.
Parmi les cinq textes proposés à la réflexion des parlementaires, un seul, présenté par la Verte Renate Künast, proposait une libéralisation totale des choix en fin de vie. Les quatre autres s'opposaient fermement tant à l'aide active à mourir qu'à l'autorisation d'associations d'aide au suicide. La question de l'autorisation pour les médecins de fournir à un malade, sous des conditions strictes, des moyens de mettre un terme à sa vie, reste plus discutée. Tous les députés se rejoignent par contre pour réclamer un développement beaucoup plus important des soins palliatifs. 
Le ministre de la santé, le chrétien-démocrate Hermann Gröhe, s'est dit favorable à l'adoption d'une législation sur la fin de vie, en vue de mettre fin aux « zones d'ombre » entourant les pratiques actuelles, et allant dans le sens d'une généralisation des soins palliatifs. De son côté, le président de l'ordre des médecins, Frank Ulrich Montgomery a rappelé en marge du débat sa ferme opposition à toute forme de légalisation de l'aide au suicide, arguant que les médecins allemands ne doivent pas se transformer en « professionnels de la mort ».
Source : www.letemps.ch
 


Articles similaires

Médiatisation et militance autour d’une demande d’euthanasie

Médiatisation et militance autour d’une demande d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Atteinte d'une maladie invalidante, la maladie de Charcot, une Française de 59 ans, Anne Bert, a depuis un an organisé son euthanasie en Belgique. Très médiatisée, en promettant sa mort juste avant la sortie de son livre, il est apparu très vite que Madame Bert voulait en faire un combat politique, militant pour que son pays, la France, change sa loi sur la fin de vie, l'euthanasie y étant illégale. Parcourant plateaux de télévision et de radio afin de promouvoir son ouvrage, elle a donc deman...

Lire la suite

Italie : 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide »

Italie : 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide »

- Euthanasie et suicide assisté

Marco Cappato, politicien italien membre du parti des Radicaux italiens, risque 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide ». Il s'est dénoncé d'avoir accompagné en Suisse Fabio Antoniani, alias DJ Fabio, devenu tétraplégique et aveugle après un accident de voiture, afin de l'y aider à mourir le 27 février 2017. Marco Cappato espère par son aveu public remettre en cause le refus de l'Etat italien d'autoriser l'euthanasie.

Cette provocation intervient au moment où la Chambre des dép...

Lire la suite

Compte à rebours pour un suicide assisté : J-8

Compte à rebours pour un suicide assisté : J-8

- Euthanasie et suicide assisté

Aurélia (ou Sarah, prénom repris dans les médias) mourra le 26 janvier 2018 à 14h, à l'âge de 29 ans, après avoir ingéré la boisson létale prescrite par la « Levenseindekliniek » (LEK, clinique de fin de vie aux Pays-Bas).

 

Des médecins de la LEK ont confirmé son état de « souffrance psychique insupportable et sans issue » le 31 décembre 2017. Aurélia a ensuite dévoilé à la presse néerlandaise son parcours et son choix d'assistance médicale au suicide. Elle estime qu' « après une vie pourri...

Lire la suite