Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

Auteur / Source : Publié le : 13/05/2015 Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Le suicide assisté est illégal en Afrique du Sud et, selon la loi, le médecin qui aiderait quelqu'un à se suicider pourrait être condamné à 14 ans de prison ferme.
S'inscrivant en faux contre cette loi, un tribunal de Pretoria a récemment autorisé un avocat de 65 ans, Robin Stransham-Ford, à demander au médecin de l'aider à se suicider, garantissant que celui-ci ne serait pas poursuivi. En effet, le juge Hans Fabricius a estimé qu'un médecin pouvait « mettre fin à sa vie, soit par administration d'un produit mortel soit en fournissant au demandeur une quantité suffisante d'un produit mortel pour se l'administrer lui-même ».
Les lobbies pro-euthanasie se sont réjouis de ce jugement, espérant qu'il fasse jurisprudence, pour « engager le processus de légalisation de la mort assistée en Afrique du Sud ».
Mais le ministre de la santé, ainsi que le Département du Ministre de la Justice et des Affaires constitutionnelles, ont déclaré s'opposer à ce développement, faisant appel du jugement.
« Nous faisons appel, a déclaré le Ministre de la Santé Motsoaledi, car la mort est et doit rester un processus naturel, et personne ne doit jamais être autorisé à provoquer la mort de quelqu'un sans que la justice n'intervienne. Les médecins ne devraient jamais participer à ces gestes de mort. Avec l'aide des soins palliatifs les patients meurent dans la dignité ».
C'est finalement de mort naturelle qu'est décédé Robin Stransham-Ford, le jour-même où était rendu le jugement.
Source : Bioedge.org

 


Articles similaires

Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

- Euthanasie et suicide assisté

En 2008, une citoyenne hollandaise de 99 ans, aveugle et fatiguée de vivre, jugeait sa souffrance trop importante et sans espoir d'amélioration. Son médecin traitant ayant refusé de l'euthanasier, elle a décidé de faire appel à son fils. Celui-ci, Albert Heringa, qui n'est pas médecin, a franchi le pas en aidant sa mère à se suicider, en marge des conditions légales fixées par la loi relative à l'euthanasie.
Condamné en 2013 pour suicide assisté sur la personne de sa maman, Albert Heringa est ...

Lire la suite

Capsule à suicide : derrière la polémique, quels enjeux juridiques et éthiques ?

Capsule à suicide : derrière la polémique, quels enjeux juridiques et éthiques ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le 5 décembre 2017, Philip Nitschske présentait au monde son projet de « machine de mort », le Sarco Pod. Cinq ans plus tard, celui que ses confrères ont surnommé le "Dr Death" annonce pouvoir proposer le Sarco comme méthode de suicide assisté en Suisse dans le courant de l'année 2022.

 

Depuis vingt ans, Philip Nitschske, ancien médecin australien et fondateur de l'organisation « Exit International », milite pour la mise en place d'un droit inconditionnel au suicide assisté à travers le mon...

Lire la suite

Aide au suicide pour "vie accomplie" : quelle place pour les personnes âgées dans nos sociétés occidentales aisées ?

Aide au suicide pour "vie accomplie" : quelle place pour les personnes âgées dans nos sociétés occidentales aisées ?

- Euthanasie et suicide assisté

La nouvelle proposition de loi hollandaise - visant à autoriser l'aide au suicide pour "vie accomplie" à partir de 75 ans - pose la question de la place des personnes âgées dans nos sociétés occidentales aisées.

Une opinion de Constance du Bus, juriste à l'Institut Européen de Bioéthique, parue dans La Libre Belgique du 2 septembre 2020. 

La période estivale n'est sans doute pas la plus propice au débat public sur les questions de bioéthique. L'esprit est à la détente ou à l'adaptation des p...

Lire la suite