Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 13/05/2015

Le suicide assisté est illégal en Afrique du Sud et, selon la loi, le médecin qui aiderait quelqu'un à se suicider pourrait être condamné à 14 ans de prison ferme.
S'inscrivant en faux contre cette loi, un tribunal de Pretoria a récemment autorisé un avocat de 65 ans, Robin Stransham-Ford, à demander au médecin de l'aider à se suicider, garantissant que celui-ci ne serait pas poursuivi. En effet, le juge Hans Fabricius a estimé qu'un médecin pouvait « mettre fin à sa vie, soit par administration d'un produit mortel soit en fournissant au demandeur une quantité suffisante d'un produit mortel pour se l'administrer lui-même ».
Les lobbies pro-euthanasie se sont réjouis de ce jugement, espérant qu'il fasse jurisprudence, pour « engager le processus de légalisation de la mort assistée en Afrique du Sud ».
Mais le ministre de la santé, ainsi que le Département du Ministre de la Justice et des Affaires constitutionnelles, ont déclaré s'opposer à ce développement, faisant appel du jugement.
« Nous faisons appel, a déclaré le Ministre de la Santé Motsoaledi, car la mort est et doit rester un processus naturel, et personne ne doit jamais être autorisé à provoquer la mort de quelqu'un sans que la justice n'intervienne. Les médecins ne devraient jamais participer à ces gestes de mort. Avec l'aide des soins palliatifs les patients meurent dans la dignité ».
C'est finalement de mort naturelle qu'est décédé Robin Stransham-Ford, le jour-même où était rendu le jugement.
Source : Bioedge.org

 


Articles similaires

Suisse : suicides assistés en augmentation de 26%

Suisse : suicides assistés en augmentation de 26%

- Euthanasie et suicide assisté

Selon l'office national des statistiques suisse, le nombre de suicides assistés a connu une augmentation sans précédent en 2014, soit 26%. Swissinfo fait état de 742 personnes y ont eu recours, soit 2,5 fois plus que 5 ans auparavant, ce qui représente 1,2% des personnes décédées pour cette même année. Dans 42% des cas, le suicide assisté a été justifié par l'évolution d'une maladie cancéreuse.

Le groupe EXIT, qui organise des suicides assistés, fait pour sa part état de 34% d'augmentation en...

Lire la suite

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre du conseil de Malines a décidé de ne pas renvoyer le Dr Marc Van Hoey devant le juge, après que celui-ci ait prodigué un breuvage mortel à une dame de 85 ans qui ne voulait plus vivre. En suivant l'avis du Ministère public et la défense du médecin, elle semble avoir considéré que le cas ne rentrait pas dans le champ d'application de la loi sur l'euthanasie.

Simona De Moor ne souffrait pas de maladie physique ou psychique particulière (condition essentielle pour une euthanasie), mai...

Lire la suite

Allemagne : débat autour du suicide assisté

Allemagne : débat autour du suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le jeudi 13 novembre, le siège du Bundestag, le parlement allemand, a été le cadre d'un débat particulièrement sensible autour de la fin de vie. Dans un pays marqué par son histoire, et profondément divisé sur la question, les parlementaires ont longuement discuté d'une éventuelle légalisation du suicide assisté. Alors qu'un large consensus existe en Allemagne sur le maintien de l'interdiction de l'euthanasie, la fourniture de médicaments visant à accélérer la fin de vie est dans les faits tol...

Lire la suite