Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 13/05/2015

Le suicide assisté est illégal en Afrique du Sud et, selon la loi, le médecin qui aiderait quelqu'un à se suicider pourrait être condamné à 14 ans de prison ferme.
S'inscrivant en faux contre cette loi, un tribunal de Pretoria a récemment autorisé un avocat de 65 ans, Robin Stransham-Ford, à demander au médecin de l'aider à se suicider, garantissant que celui-ci ne serait pas poursuivi. En effet, le juge Hans Fabricius a estimé qu'un médecin pouvait « mettre fin à sa vie, soit par administration d'un produit mortel soit en fournissant au demandeur une quantité suffisante d'un produit mortel pour se l'administrer lui-même ».
Les lobbies pro-euthanasie se sont réjouis de ce jugement, espérant qu'il fasse jurisprudence, pour « engager le processus de légalisation de la mort assistée en Afrique du Sud ».
Mais le ministre de la santé, ainsi que le Département du Ministre de la Justice et des Affaires constitutionnelles, ont déclaré s'opposer à ce développement, faisant appel du jugement.
« Nous faisons appel, a déclaré le Ministre de la Santé Motsoaledi, car la mort est et doit rester un processus naturel, et personne ne doit jamais être autorisé à provoquer la mort de quelqu'un sans que la justice n'intervienne. Les médecins ne devraient jamais participer à ces gestes de mort. Avec l'aide des soins palliatifs les patients meurent dans la dignité ».
C'est finalement de mort naturelle qu'est décédé Robin Stransham-Ford, le jour-même où était rendu le jugement.
Source : Bioedge.org

 


Articles similaires

Rejet par la Cour européenne des droits de l'homme d’un prétendu droit au « suicide assisté »

Rejet par la Cour européenne des droits de l'homme d’un prétendu droit au « suicide assisté »

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté le 20 janvier le droit au « suicide assisté » dont l'Etat serait le garant.

Elle se prononçait dans l'affaire Haas contre Suisse (Texte de l'arrêt).

Dans un communiqué du 20 janvier, Grégor Puppinck, directeur du European Centre for Law and Justice (ECLJ), « note avec satisfaction que cette nouvelle décision de la Cour confirme une nouvelle fois qu'il n'est pas possible de se prévaloir de la Convention européenne des droits de l'homme pour re...

Lire la suite

Grande-Bretagne : non! au suicide assisté.

Grande-Bretagne : non! au suicide assisté.

- Euthanasie et suicide assisté

Paul Lamb, capable seulement de bouger la main droite depuis un accident de la route en 1990, et Jane Nicklinson, dont le mari Tony, paralysé à la suite d'une attaque, s'est laissé mourir de faim en 2012, demandaient au tribunal suprême d'autoriser les médecins à pratiquer des suicides assistés.
Les juges de la Cour suprême britannique, par sept voix contre deux, ont jugé que la loi britannique actuelle ne pouvait autoriser une telle pratique. « Care Not Killing », une association engagée sur ...

Lire la suite

EUTHANASIE – SUICIDE ASSISTE

- Euthanasie et suicide assisté

o    Trois jours après le décès de sa femme, il se fait euthanasier

o    Belgique : le sénateur Mahoux appelle à « poursuivre le débat » sur l'euthanasie

o    France : remise du rapport Claeys-Leonetti sur la fin de vie

o    Euthanasie des enfants : document d'enregistrement adapté

o    Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

o    Allemagne : débat autour du suicide assisté

o    Suisse : le suicide assisté imposé dans les homes

o    Euthanasie vóórorg...

Lire la suite