Abrogation de la peine de mort et euthanasie de prisonniers : quelle cohérence ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 26/06/2013

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a accepté l'invitation du président de la Commission internationale contre la peine de mort (ICDP), Federico Mayor Zaragoza, d'adhérer à ce groupe de pression qui milite en faveur de l'abrogation de la peine capitale.
La Belgique joue un effet depuis plusieurs années un rôle important dans la campagne internationale visant à abolir la peine de mort. Elle l'a abolie en 1996, inscrivant même l'abolition dans une modification de sa constitution en 2005. Intervenant devant le 5e congrès contre la peine de mort, réunissant depuis mercredi des personnalités étrangères, le chef de la diplomatie belge a plaidé pour une poursuite du combat en faveur de l'abolition. "Même s'il y a des progrès, nous ne devons pas abandonner le combat contre la peine de mort, que nous pouvons gagner d'ici quelques décennies", a affirmé Didier Reynders. Il a ajouté que la question devait être abordée "à chaque occasion" pour convaincre les pays qui appliquent encore la peine capitale d'y renoncer."
La question de l'euthanasie de prisonniers en Belgique n'a pas été mentionnée. Et pourtant, 2 prisonniers Belges ont déjà été euthanasiés en 2012. C'est au motif d'une souffrance psychique insupportable que les demandes d'euthanasie précédentes ont trouvé une justification.
Le sénateur Louis Ide (NV-A) s'en est plusieurs fois inquiété d'autant plus que d'autres demandes de prisonniers sont,  au dires de celui-ci, en attente d'approbation par leurs médecins. L'euthanasie de prisonniers deviendrait-elle une forme déguisée de peine de mort  ?
 


Articles similaires

Pays-Bas : pas de « droit » à l’euthanasie, rappellent les médecins

Pays-Bas : pas de « droit » à l’euthanasie, rappellent les médecins

- Euthanasie et suicide assisté

Agnes Wolbert, ancienne députée, est depuis le 1er juin la nouvelle directrice de l'association pour une fin de vie librement choisie (Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillige levensEinde (NVVE). Ce mouvement compte aujourd'hui près de 167.000 membres.
Dans un entretien avec le journal NRC, Agnes Wolbert reproche aux médecins de famille de ne pas pratiquer plus d'euthanasies. Elle estime que certains praticiens répugnent à provoquer la mort de leur patient et surtout, n'osent pas prendre de...

Lire la suite

Les médecins et psychiatres traitants poussés à trancher eux-mêmes les demandes d’euthanasie

Les médecins et psychiatres traitants poussés à trancher eux-mêmes les demandes d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Une évaluation de la pratique d'euthanasies a montré que ces dernières années, les psychiatres aux Pays-Bas étaient de plus en plus réticents par rapport à l'euthanasie pour leurs patients ; en 1995, 53% considéraient comme impensable le fait d'aider leurs patients au suicide, contre 63% en 2016.

Une commission a été chargée de réviser la directive sur l'euthanasie des patients psychiatriques.  Elle a constaté que ces patients en demande d'euthanasie et confrontés à la réticence de leur médec...

Lire la suite

Quelques chiffres sur la pratique de l’euthanasie en Belgique

Quelques chiffres sur la pratique de l’euthanasie en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Un billet paru récemment dans The New England Journal of Medecine, sous le titre « Medical End-of-life Practices under Euthanasia Law in Belgium » » (NEMJ, September 10, 2009: 1119-1121) fournit quelques données relatives à la pratique de l'euthanasie en Belgique. 
Le billet est signé par Johan Bilsen, Joachim Cohen, Kenneth Chambaere, Geert Pousset et Luc Deliens, de la VUB, Bregje D. Onwuteaka-Philipsen, de l'Université d'Amsterdam, et Freddy Mortier, de l'Université de Gand.  

En 2007, les...

Lire la suite