Abrogation de la peine de mort et euthanasie de prisonniers : quelle cohérence ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 26/06/2013

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a accepté l'invitation du président de la Commission internationale contre la peine de mort (ICDP), Federico Mayor Zaragoza, d'adhérer à ce groupe de pression qui milite en faveur de l'abrogation de la peine capitale.
La Belgique joue un effet depuis plusieurs années un rôle important dans la campagne internationale visant à abolir la peine de mort. Elle l'a abolie en 1996, inscrivant même l'abolition dans une modification de sa constitution en 2005. Intervenant devant le 5e congrès contre la peine de mort, réunissant depuis mercredi des personnalités étrangères, le chef de la diplomatie belge a plaidé pour une poursuite du combat en faveur de l'abolition. "Même s'il y a des progrès, nous ne devons pas abandonner le combat contre la peine de mort, que nous pouvons gagner d'ici quelques décennies", a affirmé Didier Reynders. Il a ajouté que la question devait être abordée "à chaque occasion" pour convaincre les pays qui appliquent encore la peine capitale d'y renoncer."
La question de l'euthanasie de prisonniers en Belgique n'a pas été mentionnée. Et pourtant, 2 prisonniers Belges ont déjà été euthanasiés en 2012. C'est au motif d'une souffrance psychique insupportable que les demandes d'euthanasie précédentes ont trouvé une justification.
Le sénateur Louis Ide (NV-A) s'en est plusieurs fois inquiété d'autant plus que d'autres demandes de prisonniers sont,  au dires de celui-ci, en attente d'approbation par leurs médecins. L'euthanasie de prisonniers deviendrait-elle une forme déguisée de peine de mort  ?
 


Articles similaires

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

- Euthanasie et suicide assisté

En 2017, les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie néerlandaises (RTE) ont jugé 12 cas (sur les 6.585 déclarés) non-conformes aux exigences de la loi de 2002. 10 dossiers ont déjà été examinés par le Ministère Public, et sur ceux-ci, 4 font désormais l'objet d'une enquête pénale.

Deux des 4 euthanasies sous enquête ont été pratiquées par un même médecin gériatre, de la « Levenseindekliniek ». Il a euthanasié une personne atteinte d'Alzheimer sur base de sa déclaration anticipée, ...

Lire la suite

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

23 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen (93 ans) n'est pas atteinte d'une maladie incurable, mais souffre de toutes sortes de petits maux qui rendent sa vie insupportable, dit-elle. Elle souhaite mourir mais, selon la loi, elle ne remplit pas les critères pour demander l'euthanasie. Wim Distelmans, le président de la commission d'évaluation de la loi sur l'euthanasie pense que la législation devrait pouvoir être étendue aux cas de certaines personnes très âgées. En particulier, dans des cas comme cel...

Lire la suite

Disparition d’une dose de curare devant servir à une euthanasie.

Disparition d’une dose de curare devant servir à une euthanasie.

- Euthanasie et suicide assisté

Devant pratiquer une euthanasie au domicile d'une patiente, le Dr N. se rend personnellement - comme l'exige la loi - dans une pharmacie . Il se procure ainsi les produits létaux et le matériel nécessaire avant de se rendre au chevet de la personne. Au moment d'administrer l'euthanasie en présence des membres de la famille, il découvre qu'une des 5 ampoules contenant des barbituriques (curare) est vide. Or, la boîte était bien scellée. Où est passé le curare ? A-t-il atterri dans de mauvaises ...

Lire la suite