450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 09/02/2017

Aux Pays-Bas, près de 450 médecins ont signé une pétition demandant d'interdire l'euthanasie de patients déments. Même dans le cas où ces derniers ont rédigé une déclaration anticipée d'euthanasie, il se peut qu'ils ne puissent plus, au moment de l'injection létale, exprimer clairement leur souhait qu'on provoque leur mort, ou qu'ils ne réalisent pas la portée irrémédiable de l'acte du médecin.

Parmi les initiateurs de cette pétition, le Dr Boudewijn Chabot, spécialiste en gériatrie, qui, avec ses confrères, estime que la personne doit pouvoir clairement confirmer son désir d'être euthanasiée au moment même et qu'il y a des limites que le médecin ne peut franchir face à un patient dément et désorienté.

Un groupe de 34 médecins avaient déjà fait paraître une opinion en ce sens dans le Volkskrant du 21 janvier dernier. « La culture autour de l'euthanasie est en train de changer », souligne le Dr Schuurmans, l'un des initiateurs de la pétition en ligne.

« L'impact de la déclaration anticipée est devenu tellement déterminant ! » Selon lui, les médecins sont soumis à de réelles pressions dans une culture où la notion de souffrance intolérable domine et régente la réflexion lors d'une demande d'euthanasie. Or, selon ces médecins, il est essentiel d'obtenir du patient une parole ou un geste, confirmant la volonté expresse de disposer de sa vie.

Cette forte réaction des médecins survient au moment même où la presse relate l'euthanasie d'une femme de 80 ans atteinte de démence avancée, et que son médecin a endormie à son insu avant de provoquer sa mort par injection létale, en présence de sa famille.

Avant son affection et lorsqu'elle était consciente, la patiente avait préparé une déclaration anticipée d'euthanasie et avait exprimé oralement ses volontés. Toutefois, par après, cette confirmation n'a plus jamais été émise. Au contraire, elle avait plusieurs fois explicitement affirmé son désir de ne pas mourir.

C'est donc sur seule décision du médecin que la personne a été euthanasiée dans un état de démence avancé. La RTE (Commission régionale d'évaluation) qui étudie les dossiers d'euthanasie quant à leur conformité à la loi dépénalisant l'euthanasie, admet qu'il y a eu des « irrégularités et que la médecin doit être réprimandée ». Le dossier a été aussi transmis au Tribunal à qui la RTE a demandé de ne pas condamner la praticienne car elle avait agi « de bonne foi ».

Le dossier est toujours à l'instruction au Parquet.

Cette affaire est révélée alors que la loi sur l'euthanasie est en passe d'être de nouveau étendue pour autoriser l'euthanasie de toutes les personnes de plus de 75 ans qui jugeraient que leur vie est « complète ».

Sources: Trouw - The Daily mail, Giulia Crouch (28/01/2017)

Fiche didactique : Qu'est-ce qu'une Déclaration anticipée ?


Articles similaires

Nouveau Dossier : Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

Nouveau Dossier : Fatigue de vivre et euthanasie : où en est la réflexion en Belgique ?

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau Dossier  !

La fatigue de vivre bouscule et interroge de plus en plus le corps médical et l'opinion publique quant à ses causes et ses conséquences.

En août 2017, désirant ouvrir un débat officiel sur la question, le député Jean-Jacques De Gucht (Open-VLD) a proposé d'élargir la loi dépénalisant l'euthanasie à toute personne qui exprime éprouver une « fatigue de vivre » (« levensmoeheid »), sans pour autant être atteinte par une affection ou maladie quelconque. Le député travaille de...

Lire la suite

Euthanasie : 10 ans après la dépénalisation

- Euthanasie et suicide assisté

Le 28 mai 2012, cela fera 10 ans que la Belgique a dépénalisé l'euthanasie, emboîtant le pas aux Pays-Bas qui s'étaient dotés d'une telle législation un an auparavant. Le Luxembourg s'inspira de ces législations en 2009. À ce jour, ces trois pays du Bénélux sont les seuls à avoir dépénalisé le fait de donner intentionnellement la mort à une personne qui en fait la demande.
À l'heure où la dépénalisation de l'euthanasie est en débat dans plusieurs États, notamment en France, il semble utile de ...

Lire la suite

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

- Euthanasie et suicide assisté

Des membres de la Douma, le parlement russe, ont demandé au ministère des Affaires étrangères d'étudier la loi belge élargissant l'euthanasie aux mineurs, votée la semaine passée, en vue d'interdire l'adoption d'enfants russes par des Belges, écrit lundi Russia Today. L'initiative émane du député Roman Choedjakov, membre du parti nationaliste de droite LDPR (Parti libéral-démocrate de Russie). Selon le député, la majorité des groupes défendant les droits des enfants  soutiennent une telle inte...

Lire la suite