450 médecins aux Pays-Bas s’opposent à l’euthanasie de patients atteints de démence

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 09/02/2017

Aux Pays-Bas, près de 450 médecins ont signé une pétition demandant d'interdire l'euthanasie de patients déments. Même dans le cas où ces derniers ont rédigé une déclaration anticipée d'euthanasie, il se peut qu'ils ne puissent plus, au moment de l'injection létale, exprimer clairement leur souhait qu'on provoque leur mort, ou qu'ils ne réalisent pas la portée irrémédiable de l'acte du médecin.

Parmi les initiateurs de cette pétition, le Dr Boudewijn Chabot, spécialiste en gériatrie, qui, avec ses confrères, estime que la personne doit pouvoir clairement confirmer son désir d'être euthanasiée au moment même et qu'il y a des limites que le médecin ne peut franchir face à un patient dément et désorienté.

Un groupe de 34 médecins avaient déjà fait paraître une opinion en ce sens dans le Volkskrant du 21 janvier dernier. « La culture autour de l'euthanasie est en train de changer », souligne le Dr Schuurmans, l'un des initiateurs de la pétition en ligne.

« L'impact de la déclaration anticipée est devenu tellement déterminant ! » Selon lui, les médecins sont soumis à de réelles pressions dans une culture où la notion de souffrance intolérable domine et régente la réflexion lors d'une demande d'euthanasie. Or, selon ces médecins, il est essentiel d'obtenir du patient une parole ou un geste, confirmant la volonté expresse de disposer de sa vie.

Cette forte réaction des médecins survient au moment même où la presse relate l'euthanasie d'une femme de 80 ans atteinte de démence avancée, et que son médecin a endormie à son insu avant de provoquer sa mort par injection létale, en présence de sa famille.

Avant son affection et lorsqu'elle était consciente, la patiente avait préparé une déclaration anticipée d'euthanasie et avait exprimé oralement ses volontés. Toutefois, par après, cette confirmation n'a plus jamais été émise. Au contraire, elle avait plusieurs fois explicitement affirmé son désir de ne pas mourir.

C'est donc sur seule décision du médecin que la personne a été euthanasiée dans un état de démence avancé. La RTE (Commission régionale d'évaluation) qui étudie les dossiers d'euthanasie quant à leur conformité à la loi dépénalisant l'euthanasie, admet qu'il y a eu des « irrégularités et que la médecin doit être réprimandée ». Le dossier a été aussi transmis au Tribunal à qui la RTE a demandé de ne pas condamner la praticienne car elle avait agi « de bonne foi ».

Le dossier est toujours à l'instruction au Parquet.

Cette affaire est révélée alors que la loi sur l'euthanasie est en passe d'être de nouveau étendue pour autoriser l'euthanasie de toutes les personnes de plus de 75 ans qui jugeraient que leur vie est « complète ».

Sources: Trouw - The Daily mail, Giulia Crouch (28/01/2017)

Fiche didactique : Qu'est-ce qu'une Déclaration anticipée ?


Articles similaires

Euthanasie en duo

Euthanasie en duo

- Euthanasie et suicide assisté

Après une première euthanasie de jumeaux, la Belgique a enregistré une euthanasie matrimoniale. Leopold Dauwe, 90 ans, et son épouse depuis 64 ans, Paula Raman, 89 ans, ont dit « au revoir » à leurs enfants et petits-enfants, avant de partir ensemble, de peur que l'un ne survive à l'autre - et alors que, pour l'un comme pour l'autre, la mort était attendue dans quelques jours ou quelques semaines tout au plus. Tous deux grabataires, ils craignaient de vivre l'aggravation de leur agonie. « Ils ...

Lire la suite

Maisons de repos et hôpitaux belges bientôt tous contraints de pratiquer l’euthanasie ?

Maisons de repos et hôpitaux belges bientôt tous contraints de pratiquer l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

« Aucune clause écrite ou non écrite ne peut empêcher un médecin de pratiquer une euthanasie dans les conditions légales » : par cette courte disposition, la proposition de loi actuellement en discussion au Parlement fédéral pourrait bouleverser le quotidien de nombreuses institutions de soins aux quatre coins du royaume.

Pour rappel, la proposition de loi introduite en octobre dernier prévoit un élargissement des conditions d'accès à l'euthanasie. Y figurent notamment la durée de validité il...

Lire la suite

La Justice belge accorde l'euthanasie à un homme interné depuis 30 ans

La Justice belge accorde l'euthanasie à un homme interné depuis 30 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Frank Van Den Bleeken est détenu depuis près de 30 ans, pour plusieurs délits à caractère sexuel. La prison qui l'héberge n'a pu développer une structure de soins adaptés à son cas et à sa souffrance psychique. Cet homme en situation de grande fragilité a demandé l'euthanasie il y a trois ans, évoquant une souffrance psychique insupportable. La Commission fédérale relative à l'euthanasie lui a répondu qu'elle n'examinerait cette demande que lorsque toutes les possibilités thérapeutiques auraie...

Lire la suite