Oregon : Alzheimer et les directives anticipées

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Alimentation et hydratation

Actualités

Publié le : 20/06/2017

Il y a huit ans, Nora Harris, alors âgée de 56 ans, apprend qu'elle est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Résidant dans l'Etat d'Oregon aux USA, où le suicide assisté est permis à certaines conditions, elle rédige à ce stade précoce de la maladie, des directives anticipées. Madame Harris y exprime le souhait que ne soit prise aucune mesure qui prolongerait sa vie à partir du moment où elle serait dans l'incapacité de comprendre ce qu'elle vit et d'être présente à elle-même.
Quelques années plus tard, elle ne peut plus se nourrir seule et dépend de l'aide de quelqu'un pour la nourrir. Son mari, considérant dès lors qu'elle dépend d'une forme d'alimentation artificielle, s'adresse alors à la justice pour obtenir de pouvoir cesser l'alimentation de son épouse, arguant que si elle avait été en mesure de s'exprimer, elle n'en aurait pas voulu.
En juillet 2016, le juge a rejeté cette demande. Pour lui, les directives anticipées de Nora ne permettent en effet pas d'être interprétées comme une opposition à être nourrie à la cuiller mais seulement à l'alimentation et à l'hydratation artificielles par sonde. De plus, le fait que Nora ne refuse pas les cuillers qui lui sont présentées, laisse également penser qu'elle consent à être nourrie de cette façon.
Le 8 juin 2017, le Sénat de l'Oregon a voté une loi sur les directives anticipées, la « Bill 494 », qui permet indirectement de ne plus nourrir ni donner à boire, même de façon ordinaire, à des patients malades et atteints de démence ou de maladies psychiques. Avant d'entrer en vigueur, cette loi devra toutefois être approuvée par la Chambre des Représentants.
Si ce texte de la « Bill 494 » est adopté, les directives anticipées mentionnant le refus de l'alimentation et l'hydratation artificielles pourraient être étendues à une alimentation assistée par une tierce personne « à la cuiller ». Pourtant, aider quelqu'un à se nourrir, tout comme pour un nourrisson, n'est pas un traitement médical mais un soin de base auquel tout patient a droit jusqu'à sa mort. La décision de l'Assemblée est donc attendue.

Sources : The Washington Times, Mail Tribune

 


Articles similaires

Etats-Unis : le suicide assisté en Oregon

Etats-Unis : le suicide assisté en Oregon

- Euthanasie et suicide assisté

En Oregon, 3% des suicides assistés recensés par l'Autorité de Santé sont justifiés par l'incapacité à financer une chimiothérapie. Ce motif interpelant a été révélé dans un rapport d'évaluation du Death with Dignity Act (1ère loi aux Etats-Unis permettant le suicide assisté dans l'Etat d'Oregon, en vigueur depuis 1997) publiée par JAMA Oncology au début du mois d'avril.

L'étude montre par ailleurs que, depuis 1998, le nombre de demandes de suicide assisté ne fait qu'augmenter. On note une cr...

Lire la suite

Oregon : suicides assistés

Oregon : suicides assistés

- Euthanasie et suicide assisté

Le rapport 2013 relatif au suicide assisté dans l'Etat d'Oregon aux Etats-Unis, vient d'être publié. 71 personnes en 2013 se sont suicidées dans le cadre de cette loi. La raison invoquée pour mettre fin à leurs jours, était de pouvoir contrôler leur mort.
Il faut rappeler que le suicide assisté se distingue de l'acte d'euthanasie puisque c'est le patient lui-même qui provoque sa propre mort, par des produits que lui a laissés le médecin. Celui-ci est présent pour veiller à ce que la mort survi...

Lire la suite

Un projet pilote Alzheimer cherche un avenir financier

Un projet pilote Alzheimer cherche un avenir financier

- Alzheimer

Le Service d'aide familiale de la Province de Namur est l'un des trois lauréats du prix d'innovation social décerné par I'UNIPSO (Union des entreprises à profit social). Ce service se voit récompensé dans le cadre de son projet de garde Alzheimer lancé en mars 2011. Ce projet rencontre plusieurs objectifs, notamment celui de répondre au manque de soutien aux personnes malades : soulager les conjoints aidants, les familles et retarder le placement d'un parent dans un établissement de soins. Il ...

Lire la suite