Faut-il réduire les traitements médicaux pour les personnes âgées ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Alimentation et hydratation

Actualités

Publié le : 26/03/2019

La députée néerlandaise Corinne Ellemeet (GroenLinks) a provoqué de vives réactions suite à sa proposition concernant les soins aux personnes âgées. La députée écologiste demande à ce que les médecins gériatres en hôpitaux soient davantage impliqués dans le processus décisionnel pour prodiguer ou pas un traitement lourd à un patient âgé de plus de 70 ans.

« La question centrale est celle-ci : que sommes-nous en train de faire au patient ? Hospitalisation, anesthésie, douleur et un déluge de drogues. Plusieurs recherches ont montré qu'il est courant d'entrainer des patients âgés dans un processus de traitements excessifs. » a déclaré l'élue, en charge de la Santé publique à la Chambre basse.

La députée affirme qu'il n'y a aucun calcul économique de sa part, bien qu'elle rappelle que 70% des patients au Pays-Bas sont âgés de plus de 70 ans. Elle soutient que sa seule préoccupation est celle d'offrir les meilleures conditions de soin aux personnes âgées.

La présidente de l'Association néerlandaise de gériatrie clinique, Hanna Willem, a soutenu ces propos, affirmant que l'examen des patients doit se faire au cas par cas, et « qu'il vaut parfois mieux s'abstenir d'une démarche thérapeutique et ainsi contribuer à la qualité de vie du patient. »  

La question autour des traitements disproportionnés a le mérite d'être clairement posée, soulignant aussi que la prise de décision nécessite de se faire conjointement entre le patient et le médecin, sans que celui-ci soit le seul à décider de ce qui est bon ou non pour tel ou tel patient.

 Sources : Eenvandaag.nl


Articles similaires

Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

- Don d'organes, de tissus et de sang

Le 12 février 2010, Madame Onkelinx, Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, demandait l'avis du Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) à propos de cas spécifiques de prélèvement d'organes.
En effet, la loi du 25 février 2007 a modifié le rôle du consentement dans la dynamique légitimant les prélèvements d'organes sur des personnes vivantes car elle autorise le prélèvements sur des personnes, majeures ou mineures, incapables de manifester leur volonté.
Les question...

Lire la suite

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

- Procréation médicalement assistée

D'après une nouvelle étude de chercheurs français, les enfants nés de femmes ayant pris, afin de tomber enceinte, un médicament prescrit en cas de stérilité risquent deux fois plus que les autres de développer une leucémie.

En effet, les scientifiques du Centre de recherche de l'Inserm en épidémiologie et santé des populations, basé à Villejuif, ont étudié près de 2 500 enfants, dont 764 souffraient de leucémie aiguë, et se sont penchés sur les antécédents obstétricaux des mères. Ils ont déco...

Lire la suite

Eugénisme euthanasique des personnes atteintes de démence

Eugénisme euthanasique des personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une lettre ouverte du 6 octobre dernier, le Prof. et Président de la Commission fédérale d'évaluation et de contrôle de l'euthanasie Wim Distelmans demande de modifier la loi pour permettre l'euthanasie des personnes démentes.

Selon la loi en vigueur, les patients ne peuvent obtenir l'euthanasie que s'ils sont conscients et capable de discernement. La déclaration anticipée d'euthanasie, qui n'est exécutée qu'en cas de coma irréversible, est donc sans effet si le patient est atteint de dé...

Lire la suite