Faut-il réduire les traitements médicaux pour les personnes âgées ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Alimentation et hydratation

Actualités

Publié le : 26/03/2019

La députée néerlandaise Corinne Ellemeet (GroenLinks) a provoqué de vives réactions suite à sa proposition concernant les soins aux personnes âgées. La députée écologiste demande à ce que les médecins gériatres en hôpitaux soient davantage impliqués dans le processus décisionnel pour prodiguer ou pas un traitement lourd à un patient âgé de plus de 70 ans.

« La question centrale est celle-ci : que sommes-nous en train de faire au patient ? Hospitalisation, anesthésie, douleur et un déluge de drogues. Plusieurs recherches ont montré qu'il est courant d'entrainer des patients âgés dans un processus de traitements excessifs. » a déclaré l'élue, en charge de la Santé publique à la Chambre basse.

La députée affirme qu'il n'y a aucun calcul économique de sa part, bien qu'elle rappelle que 70% des patients au Pays-Bas sont âgés de plus de 70 ans. Elle soutient que sa seule préoccupation est celle d'offrir les meilleures conditions de soin aux personnes âgées.

La présidente de l'Association néerlandaise de gériatrie clinique, Hanna Willem, a soutenu ces propos, affirmant que l'examen des patients doit se faire au cas par cas, et « qu'il vaut parfois mieux s'abstenir d'une démarche thérapeutique et ainsi contribuer à la qualité de vie du patient. »  

La question autour des traitements disproportionnés a le mérite d'être clairement posée, soulignant aussi que la prise de décision nécessite de se faire conjointement entre le patient et le médecin, sans que celui-ci soit le seul à décider de ce qui est bon ou non pour tel ou tel patient.

 Sources : Eenvandaag.nl


Articles similaires

Belgique : euthanasie des personnes atteintes de démence

Belgique : euthanasie des personnes atteintes de démence

- Santé mentale

Le 28 octobre 2010, une Proposition de loi relative aux personnes atteintes de démence a été déposée à la Chambre des représentants (Myriam Vanlerberghe, Renaat Landuyt et Maya Detiège). Il s'agit d'une reprise de la proposition 4-676/1 du Sénat.

Les auteurs partent du constat que la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie ne s'applique pas aux personnes atteintes de démence même si elles ont rédigé une déclaration anticipée à un moment ou elles étaient encore capables.

Les auteurs plaide...

Lire la suite

Breaking News : +12,5% de personnes euthanasiées en Belgique en 2019

Breaking News : +12,5% de personnes euthanasiées en Belgique en 2019

- Euthanasie et suicide assisté

2655 personnes ont été euthanasiées en 2019, ce qui représente une augmentation de 12.5% par rapport aux chiffres de 2018.

 

Ces chiffres viennent d'être communiqués par la Commission d'Evaluation de la loi euthanasie, qui précise qu'une analyse plus détaillée des euthanasies déclarées en 2019 sera faite dans le prochain rapport bisannuel de la Commission (rassemblant les données de 2018 et 2019).

Pour 448 personnes, leur mort n'était pas attendue à brève échéance, et parmi ceux-ci se trouv...

Lire la suite

“Dysphorie de genre” : la Suède remet en question les traitements hormonaux sur adolescents

“Dysphorie de genre” : la Suède remet en question les traitements hormonaux sur adolescents

- Genre et sexualité

Considéré comme pionnier dans l'accompagnement des personnes transgenres, l'hôpital Karolinska de Stockholm a récemment annoncé cesser de dispenser des traitements hormonaux à ses patients mineurs, sauf pour des essais cliniques.

Selon l'Association américaine de psychiatrie (APA), la « dysphorie de genre » désigne le fait, pour une personne, d'éprouver un sentiment d'inadéquation avec son sexe de naissance. Elle ne doit pas être confondue avec l'intersexuation (ou intersexualité), qui désign...

Lire la suite