Faut-il réduire les traitements médicaux pour les personnes âgées ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Alimentation et hydratation

Actualités

Publié le : 26/03/2019

La députée néerlandaise Corinne Ellemeet (GroenLinks) a provoqué de vives réactions suite à sa proposition concernant les soins aux personnes âgées. La députée écologiste demande à ce que les médecins gériatres en hôpitaux soient davantage impliqués dans le processus décisionnel pour prodiguer ou pas un traitement lourd à un patient âgé de plus de 70 ans.

« La question centrale est celle-ci : que sommes-nous en train de faire au patient ? Hospitalisation, anesthésie, douleur et un déluge de drogues. Plusieurs recherches ont montré qu'il est courant d'entrainer des patients âgés dans un processus de traitements excessifs. » a déclaré l'élue, en charge de la Santé publique à la Chambre basse.

La députée affirme qu'il n'y a aucun calcul économique de sa part, bien qu'elle rappelle que 70% des patients au Pays-Bas sont âgés de plus de 70 ans. Elle soutient que sa seule préoccupation est celle d'offrir les meilleures conditions de soin aux personnes âgées.

La présidente de l'Association néerlandaise de gériatrie clinique, Hanna Willem, a soutenu ces propos, affirmant que l'examen des patients doit se faire au cas par cas, et « qu'il vaut parfois mieux s'abstenir d'une démarche thérapeutique et ainsi contribuer à la qualité de vie du patient. »  

La question autour des traitements disproportionnés a le mérite d'être clairement posée, soulignant aussi que la prise de décision nécessite de se faire conjointement entre le patient et le médecin, sans que celui-ci soit le seul à décider de ce qui est bon ou non pour tel ou tel patient.

 Sources : Eenvandaag.nl


Articles similaires

Pays-Bas : des médecins refusent d’euthanasier les personnes atteintes de démence

Pays-Bas : des médecins refusent d’euthanasier les personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

KNMG (Koninklijke Nederlandsche Maatschappij tot bevordering der Geneeskunst) , l'association des médecins néerlandais, a exprimé le refus général de ceux-ci de pratiquer l'euthanasie sur des personnes déjà démentes, faute de savoir si au moment de l'acte ces patients souffrent réellement de manière intolérable.
« Porter un jugement sur une demande d'euthanasie ou d'aide au suicide émanant d'un patient en voie de devenir dément exige du médecin de faire une évaluation très complexe. Le process...

Lire la suite

Encourager des initiatives pour l’accueil de personnes âgées.

Encourager des initiatives pour l’accueil de personnes âgées.

- Santé mentale

Paru au Moniteur du 6 septembre 2010: Le Gouvernement wallon a consacré la séance du 11 mars 2010 à la solidarité et en particulier à la solidarité intergénérationnelle. Dans ce cadre, il a adopté diverses mesures dont l'organisation d'expériences pilotes d'accueil familial en Wallonie. Les moyens financiers accordés à chaque expérience pilote s'élèvent à euro 72.500 pour une année de fonctionnement. Les objectifs de cette initiative sont les suivants :

1. Privilégier l'approche des personnes...

Lire la suite

L’ADMD propose l’euthanasie des “personnes souffrant d’un handicap mental profond.”

L’ADMD propose l’euthanasie des “personnes souffrant d’un handicap mental profond.”

- Euthanasie et suicide assisté

L'Association pour le Droit pour Mourir dans la Dignité (ADMD), une association qui promeut la pratique de l'euthanasie, encourage les responsables politiques à rouvrir le débat pour un élargissement de la loi dépénalisant l'euthanasie. Elle plaide entre autres pour l'euthanasie de    «  personnes souffrant d'un handicap mental profond  ».

Source: Bulletin de l'ADMD, septembre 2012, P. 15.

Lire la suite