Faut-il réduire les traitements médicaux pour les personnes âgées ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Alimentation et hydratation

Actualités

Publié le : 26/03/2019

La députée néerlandaise Corinne Ellemeet (GroenLinks) a provoqué de vives réactions suite à sa proposition concernant les soins aux personnes âgées. La députée écologiste demande à ce que les médecins gériatres en hôpitaux soient davantage impliqués dans le processus décisionnel pour prodiguer ou pas un traitement lourd à un patient âgé de plus de 70 ans.

« La question centrale est celle-ci : que sommes-nous en train de faire au patient ? Hospitalisation, anesthésie, douleur et un déluge de drogues. Plusieurs recherches ont montré qu'il est courant d'entrainer des patients âgés dans un processus de traitements excessifs. » a déclaré l'élue, en charge de la Santé publique à la Chambre basse.

La députée affirme qu'il n'y a aucun calcul économique de sa part, bien qu'elle rappelle que 70% des patients au Pays-Bas sont âgés de plus de 70 ans. Elle soutient que sa seule préoccupation est celle d'offrir les meilleures conditions de soin aux personnes âgées.

La présidente de l'Association néerlandaise de gériatrie clinique, Hanna Willem, a soutenu ces propos, affirmant que l'examen des patients doit se faire au cas par cas, et « qu'il vaut parfois mieux s'abstenir d'une démarche thérapeutique et ainsi contribuer à la qualité de vie du patient. »  

La question autour des traitements disproportionnés a le mérite d'être clairement posée, soulignant aussi que la prise de décision nécessite de se faire conjointement entre le patient et le médecin, sans que celui-ci soit le seul à décider de ce qui est bon ou non pour tel ou tel patient.

 Sources : Eenvandaag.nl


Articles similaires

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

- Euthanasie et suicide assisté

Ils avaient déposé auprès de leur administration communale, une demande pour être euthanasiés s'ils sombraient dans un état d'inconscience irréversible ou de coma. Mais, ils sont 382 citoyens (98 en 2016 et 2017) à avoir changé d'avis, et à avoir retiré et détruit ce document. C'est l'information publiée par la presse néerlandophone et confirmée par le SPF Santé publique.

L'article 4 de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipé...

Lire la suite

Eugénisme euthanasique des personnes atteintes de démence

Eugénisme euthanasique des personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une lettre ouverte du 6 octobre dernier, le Prof. et Président de la Commission fédérale d'évaluation et de contrôle de l'euthanasie Wim Distelmans demande de modifier la loi pour permettre l'euthanasie des personnes démentes.

Selon la loi en vigueur, les patients ne peuvent obtenir l'euthanasie que s'ils sont conscients et capable de discernement. La déclaration anticipée d'euthanasie, qui n'est exécutée qu'en cas de coma irréversible, est donc sans effet si le patient est atteint de dé...

Lire la suite

33 personnes euthanasiées en 1 an par Ulteam, une équipe de médecins et infirmières

33 personnes euthanasiées en 1 an par Ulteam, une équipe de médecins et infirmières

- Euthanasie et suicide assisté

Parmi ces 33 personnes, 5 venaient de l'étranger. Voilà ce que mentionne l'article paru dans De Morgen et reprenant les propos du Prof. Wim Distelmans.  Ulteam euthanasie les personnes dont la « demande n'a pas été assez entendue » par d'autres institutions. De plus, Ulteam estime qu'il est conforme à la loi dépénalisant l'euthanasie en Belgique de pouvoir euthanasier les visiteurs étrangers qui le demandent et qui se déplacent tout spécialement pour y être euthanasiés. Les Pays-Bas quant à eu...

Lire la suite