Belgique : Rom Houben

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Alimentation et hydratation

Actualités

Publié le : 04/12/2010

Conscient… mais incapable de communiquer durant 23 ans

La presse révélait récemment l'histoire tragique de Rom Houben.

Ce Belge de 46 ans a subi un accident de roulage le 19 novembre 1983. Il avait  alors 20 ans. Depuis lors et durant vingt-trois ans, les médecins le considéraient en état végétatif. Or, il y a trois ans, l'équipe du neurologue Steven Laureys, de l'ULg, découvrait qu'en réalité, il n'avait jamais perdu conscience, mais vivait un syndrome d'enfermement (locked-in syndrome). Grâce à l'imagerie médicale, il a pu être observé que Rom Houben avait une activité cérébrale normale. Il était conscient de ce qui se passait et se disait autour de lui mais, enfermé dans un corps presque complètement paralysé, il était incapable de s'exprimer sur quoi que ce soit.

Depuis 2006, il a récupéré, semble-t-il, la coordination fine, c'est-à-dire qu'il peut se servir d'un doigt pour manipuler son ordinateur ou un fauteuil roulant. Désormais, il peut donc communiquer à l'aide d'un système informatique lui permettant d'écrire des messages sur son ordinateur.

Dans quatre cas sur dix, estime le professeur Laureys, les patients en état de conscience minimale sont diagnostiqués en état végétatif. Le cas de Rom Houben, qui a vécu son nouveau diagnostic comme une seconde naissance, est néanmoins exceptionnel.

Les situations de conscience altérée sont variées et la terminologie employée pour les décrire fluctuante au gré des avancées scientifiques : coma, état végétatif persistant (EVP), état pauci-relationnel (EPR), état de conscience minimale, syndrome d'enfermement…

Quoi qu'il en soit, le cas de Rom Houben ramène à notre mémoire l'image de Terry Schiavo (Etats-Unis) et Eluana Englaro (Italie). Ces deux  personnes, en état végétatif persistant durant de longues années, ont connu une fin de vie tragique, fortement médiatisée.
En Belgique, en 2004, le nombre recensé de personnes en état végétatif (EVP et EPR) s'élevait à 359. Par année, au niveau national, il faut compter de 50 à 60 nouveaux cas d'état végétatif persistant.

© Copyright Institut Européen de Bioéthique

 

 


Articles similaires

Belgique : 684 organes auraient pu être disponibles après euthanasie en 2015

Belgique : 684 organes auraient pu être disponibles après euthanasie en 2015

- Don d'organes et euthanasie

Sur base des données relatives aux personnes euthanasiées en Belgique en 2015, dont l'utilisation anonymisée a été autorisée par la Commission fédérale de Contrôle et d'Évaluation de l'Euthanasie, le Dr Jan Bollen, du Centre Médical de l'Université de Maastricht, est arrivé à la conclusion qu'au moins 10% des personnes euthanasiées auraient pu donner au moins un organe.

Expliquant sa méthode de calcul dans une Lettre publiée dans le JAMA (Journal of American Medical Association, Avril 2017), ...

Lire la suite

Nouvelle brochure : "La clause de conscience au profit des professionnels de la santé en Belgique"

- Clauses de conscience

Un médecin peut-il refuser de pratiquer une euthanasie ?

Une infirmière peut-elle refuser de participer à un avortement ?

Un pharmacien peut-il refuser de délivrer certains produits ?

La légitimité de ces attitudes est-elle consacrée en droit voire reconnue par la loi belge ?

De façon synthétique, sous la forme de questions-réponses, cette brochure de l'Institut Européen de Bioéthique tente de faire le point sur ces questions.

 

Si vous croyez pouvoir faire bon usage de cette brochur...

Lire la suite

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

- Soins palliatifs

La province de Luxembourg compte actuellement deux centres de soins palliatifs pour un total de 12 lits. C'est vraiment trop peu pour répondre à toutes les demandes, alors que la loi prévoit que chaque citoyen se trouvant confronté à une maladie grave a droit aux soins palliatifs.

"Très souvent, quand on leur annonce qu'il n'y a plus de traitement, les patients souhaitent rentrer chez eux. Or les familles n'ont pas toujours les moyens de s'en occuper", constate Marie-Bernadette Mossay, infir...

Lire la suite