Alimentation artificielle : le KCE donne ses recommandations aux futurs élus

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Alimentation et hydratation

Actualités

Publié le : 23/05/2019

« En Belgique, 33 % des patients hospitalisés, 16 % des résidents de maisons de repos et près de 13 % des personnes âgées vivant à domicile souffrent de dénutrition », révèle le dernier rapport du Centre Fédéral d'Expertise des soins de santé. (KCE)

La dénutrition* touche souvent des personnes « qui ne sont plus en mesure de prendre soin d'elles-mêmes (p. ex. certaines personnes très âgées) ou qui ont subi des interventions chirurgicales lourdes, de la chimiothérapie ou de la radiothérapie, ou encore de personnes atteintes de maladies touchant le système digestif, comme la mucoviscidose ou la SLA (sclérose latérale amyotrophique). » Pour la traiter, il faut commencer par la dépister puis appliquer des conseils diététiques, administrer des aliments adaptés ou enrichis, et parfois, administrer des aliments via une sonde (nutrition entérale) ou dans la circulation sanguine (nutrition parentérale).

Le rapport montre que la nutrition entérale ou parentérale dans les hôpitaux est en baisse ou reste stable, tandis qu'elle augmente à domicile et dans les maisons de repos. Il pointe surtout l'incohérence du remboursement et les inégalités financières autour de ces modes de nutrition. « A l'hôpital, l'alimentation par sonde coûte beaucoup moins cher au patient que l'alimentation parentérale. À domicile (ou en milieu résidentiel), c'est le contraire. Ainsi, un patient qui reçoit une alimentation par sonde à l'hôpital ne doit rien payer de sa poche, alors qu'à domicile, la même alimentation lui coûte entre 11 et 28 € par jour. »

Le KCE adresse deux recommandations principales aux (futurs) décideurs politiques :

-        Adapter le remboursement des produits d'alimentation artificielle afin que les coûts pour les patients soient similaires quel que soit leur lieu de soins ou le type d'alimentation dont ils ont besoin.

-        Renforcer (notamment financièrement) les équipes nutritionnelles dans les hôpitaux, mais aussi mettre leur expertise à profit en dehors des hôpitaux en finançant les soins nutritionnels dans le secteur ambulatoire. 

*On entend par dénutrition : la carence d'apport ou d'absorption nutritionnel qui entraîne une altération de la composition du corps et de la masse cellulaire corporelle. En résulte une diminution des fonctions physiques et mentales.

Source : Rapport 315Bs du Centre Fédéral d'Expertise des soins de santé


Articles similaires

80% des arrêts d'alimentation et d'hydratation pratiqués sans l'accord du patient

80% des arrêts d'alimentation et d'hydratation pratiqués sans l'accord du patient

- Alimentation et hydratation

Une récente étude publiée dans le Journal of Medical Ethics révèle que la plupart des décisions d'arrêt d'alimentation et d'hydratation (AAH) sont pratiquées en Belgique, dans 80% des cas, sans l'accord du patient, et en dépit de leur droit. Cette décision conduit pourtant à la mort de celui-ci.
Cette étude a été menée par des chercheurs de l'Université de Bruxelles et de l'Université de Ghent. Ils ont établi que si les patients n'avaient pas été consultés, c'était en raison de leur état de dé...

Lire la suite

Espagne : arrêt de l’alimentation et de l’hydratation d’une petite fille handicapée

- Alimentation et hydratation

Le 9 octobre 2015, Andrea Lago Ordonez est morte à l'âge de 12 ans après avoir été privée d'alimentation et reçu une hydratation minimale pendant 4 jours à l'hôpital universitaire de Saint Jacques de Compostelle en Espagne.

Cette petite fille espagnole était atteinte d'une grave maladie dégénérative. Son cas s'était aggravé, et Andréa Lago Ordonez avait été placée sous sédation, en étant alimentée par sonde gastrique. Ses parents ont demandé l'arrêt de cette alimentation. Après un premier ref...

Lire la suite

CEDH - Affaire Vincent Lambert c. France - Alimentation et hydratation artificielle

CEDH - Affaire Vincent Lambert c. France - Alimentation et hydratation artificielle

- Alimentation et hydratation

Le Greffier de la Cour Européenne des Droits de l'Homme a annoncé le 7 octobre dernier que l'affaire « Vincent Lambert contre France » sera vraisemblablement traitée devant la « Grande Chambre » de la Cour. Cela signifie concrètement qu'un collège de dix-sept juges devra se prononcer sur l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielle de Vincent Lambert (au lieu de sept juges). La décision qui sera rendue aura de ce fait une autorité particulière. Une raison de plus pour suivre de p...

Lire la suite