Comment retrouver son père biologique ?

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Filiation

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 24/04/2014

Leen Bastiaansen a appris à 21 ans qu'elle était un enfant de donneur et sa vie a basculé. C'est pourquoi, elle a créé Donorkind,  une asbl pour défendre les intérêts des enfants de donneur et les aider à se battre contre l'anonymat total des donneurs qui existe en Belgique. « Nous voulons faire prendre conscience que le don de sperme n'est pas anodin et qu'il y a des conséquences à long terme, et en premier lieu pour les enfants conçus de cette façon. (…)  Les cliniques de la fertilité prennent soin de leurs clients qui sont des parents voulant des enfants et des donneurs, qui peuvent rendre cela possible. Mais ils se fichent complètement des personnes qu'ils conçoivent tous les jours ! »
Le combat de  l'association Donorkind est aussi politique. « Nous essayons de convaincre les politiques que les lois concernant le don de sperme doivent être changées. Le don de sperme anonyme devrait être interdit parce que cela viole le droit fondamental de connaîte ses origines. Nous sommes conscientes que la biologie n'est pas la seule source de notre identité mais le fait d'être dans l'incapacité de retracer la moitié de son capital génétique est une situation très difficile à vivre pour beaucoup d'enfants de donneur. Plusieurs pays ont reconnu que l'anonymat du don de sperme, d'ovocyte ou d'embryons n'était pas éthique. Ils ont changé leurs lois. Mais les politiques belges ne comprennent toujours pas l'urgence de ce problème de société. Par conséquent, c'est aux enfants de donneur eux-mêmes de se lever pour faire entendre leurs droits et tenter de sensibiliser le plus grand nombre sur ce que nous ressentons et pourquoi nous voulons faire changer les choses. »
Plus d'infos sur www.donorkind.be En néerlandais uniquement mais une version française sera prochainement en ligne.
 

 


Articles similaires

Belgique : « 417 euros pour retrouver mon père biologique »

Belgique : « 417 euros pour retrouver mon père biologique »

- Filiation

Stéphanie Raemakers, jeune belge présidente de l'asbl « donorkinderen » née d'un don anonyme de sperme, a lancé le 19 mai 2018 un appel au public pour retrouver son père biologique. 417 euros est la « récompense » qu'elle s'engage à offrir à la personne capable de la conduire à celui-ci.

 

Le choix de cette somme n'est pas anodin, puisqu'elle correspond ce que ses parents ont payé pour la concevoir. Ils ont à l'époque bénéficié d'une des premières offres de PMA, à l'UZ Brussel, ce qui a perm...

Lire la suite

CEDH : l’intérêt supérieur de l’enfant est de reconnaître ses liens biologiques

CEDH : l’intérêt supérieur de l’enfant est de reconnaître ses liens biologiques

- Filiation

Dans son arrêt Mandet c. France, rendu le 14 janvier 2016, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a estimé que l'intérêt supérieur de l'enfant est de se voir reconnaître ses liens de filiation biologiques.
En l'espèce, l'affaire concerne une demande d'annulation de reconnaissance de paternité du conjoint de la mère, réalisée par le père biologique.
Pour les juges de la Cour, il est de l'intérêt de l'enfant de garder la « vérité sur ses origines ». Cet arrêt vient renforcer la position...

Lire la suite

En recherche de son père, Steph aide les autres à retrouver leurs origines biologiques

En recherche de son père, Steph aide les autres à retrouver leurs origines biologiques

- Procréation médicalement assistée

Stephanie Reymaecker (41 ans), est née d'une insémination avec don de sperme. Elle ne l'a appris qu'à l'âge de 25 ans et depuis lors, cherche qui est son vrai père. Mais au-delà d'une quête personnelle qu'elle partage sur son blog, elle s'est consacrée à aider les autres personnes issus de dons anonymes de gamètes, à retrouver leurs origines biologiques.

Avec cinq « enfants de donneurs », elle a fondé la plateforme Donor Detectives : « Nous soutenons les personnes qui sont nées de gamètes an...

Lire la suite