Une étudiante en sage-femme réprimée pour sa position pro-vie : l’université présente ses excuses

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 09/12/2020

Auteur / Source : C. du Bus (IEB); CNA (27/11/2020)

Julia Rynkiewicz, étudiante sage-femme à l'Université de Nottingham au Royaume-Uni, fut empêchée de commencer son stage en hôpital lorsque l'université apprit qu'elle menait un groupe étudiant pro-vie.

 

Une plainte déposée par des responsables de son école de sages-femmes lui avait été mentionnée quelques jours après une foire scolaire où l'étudiante tenait un stand en tant que présidente des Nottingham Students for Life, un groupe d'étudiants approuvé par l'université et qui promeut la vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle. On lui reprochait d'avoir exprimé « des opinions personnelles sur la santé reproductive sexuelle dans le domaine public (en ce compris dans la presse et sur les réseaux sociaux) de telle sorte que cela pouvait créer la perception d'un impact sur le soin du patient ».

 

Quatre mois durant, l'université mena une enquête pour évaluer son aptitude à pratiquer le métier de sage-femme. Finalement, l'université renversa sa décision et autorisa la jeune femme à poursuivre sa formation. La procédure avait cependant coûté un an de retard à Julia Rynkiewicz. Dernièrement, l'étudiante a reçu les excuses de l'université, qui dit « réfléchir à la façon de traiter ce genre de cas différemment dans le futur ». « Ce qu'il m'est arrivé, s'inquiète la jeune femme, risque de créer chez les étudiants une peur d'exposer leurs valeurs et croyances ».

 

Une étude récente au Royaume-Uni atteste que plus d'un quart des étudiants britanniques n'osent pas exprimer leurs opinions à l'université, craignant que leur future carrière en soit négativement affectée. Le cas de Julia Rynkiewicz est emblématique des attaques - eu égard aux pratiques éthiquement controversées dans le domaine des soins - que subissent de façon croissante la liberté de conscience et de l'objection de conscience des soignants. Au Royaume-Uni, la loi relative à l'avortement (Abortion Act) garantit pourtant l'objection de conscience pour les professionnels de la santé.

 

 

Pour aller plus loin : Brochure de l'IEB sur les clauses de consciences des professionnels de la santé

 

Photo credits : ADF International


Articles similaires

France : une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte de soin comme un autre »

France : une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte de soin comme un autre »

- Clauses de conscience



« C'est un acte de soin comme un autre et, à ce titre, il mérite un traitement identique ». Tels furent les mots de la députée française Albane Gaillot à propos de l'avortement, juste avant l'adoption par la Commission des affaires sociales d'une proposition de loi « visant à renforcer le droit à l'avortement », le jeudi 8 octobre 2020. C'est à ce titre que le texte prévoit de supprimer la clause de conscience spécifique dont bénéficient les soignants qui ne souhaitent pas participer à un av...

Lire la suite

Objection de conscience et avortement : La CEDH déboute deux sages-femmes de leur demande

Objection de conscience et avortement : La CEDH déboute deux sages-femmes de leur demande

- Clauses de conscience

Par une double décision publiée le 12 mars dernier, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) refuse d'accorder le bénéfice de la liberté de conscience à deux sages-femmes refusant de pratiquer des avortements.

Ces deux affaires sont intitulées Grimmark et Steen contre la Suède, du nom des deux sages-femmes suédoises s'étant vues dans l'impossibilité de pratiquer leur profession. Dès l'entame de leur formation, celles-ci ont en effet fait face au refus systématique des hôpitaux de les e...

Lire la suite

Canada : une proposition de loi pour protéger la liberté de conscience des soignants

Canada : une proposition de loi pour protéger la liberté de conscience des soignants

- Clauses de conscience

Un député canadien a déposé une proposition de loi pour protéger les soignants qui font appel à l'objection de conscience en matière d'euthanasie et d'aide médicale au suicide.

La proposition de David Anderson aurait pour effet de pénaliser quiconque qui intimiderait un professionnel de la santé (médecin, infirmier, pharmacien ou autre) et le pousserait à participer directement ou indirectement à un suicide médicalement assisté ou à une euthanasie. Les mêmes sanctions puniraient la personne ...

Lire la suite