Trop de médecins objecteurs de conscience en Italie selon le Planning familial

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Italie Italie

Publié le : 26/11/2012

Le Comité européen pour les droits sociaux du Conseil de l'Europe vient de déclarer recevable le recours contre l'Italie de l'ONG International Planned Parenthood Federation European Network (Réseau européen de la Fédération internationale du Planning familial), contrairement à l'avis du gouvernement italien. Le Planning se plaint du taux d'objecteurs de conscience en Italie, où de nombreux médecins refusent de pratiquer des avortements. Le gouvernement italien estimait quant à lui qu'il ne lui appartenait pas de limiter le nombre de médecins et de professionnels de la santé qui exercent leur droit à l'objection de conscience. Le taux d'objection de conscience est passé d'une moyenne de 58,7 % en 2005 à une moyenne de 70 % six ans plus tard, et dans le sud la proportion de gynécologues objecteurs avoisine les 80 à 85 %. Selon le recours du Planning, cette situation porterait atteinte au « droit » à l'avortement affirmé par la « loi 194 », en discriminant les femmes, notamment celles ayant moins de moyens financiers. La loi 194 est attaquée sur la base de l'article 9 de la Charte sociale européenne : celui-ci affirme un droit à l'objection de conscience sans indiquer de mesures concrètes exigibles auprès des hôpitaux et des régions, pour assurer la présence « adéquate » de « personnels non objecteurs dans toutes les structures sanitaires publiques », afin de garantir l'accès à l'avortement dans le cadre légal. L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe avait pourtant reconnu, le 7 octobre 2010, le droit à l'objection de conscience concernant l'avortement, mais en même temps elle en avait précisé la mise en oeuvre, pour laquelle le Planning familial exige à présent des aménagements. Il s'agirait par exemple d'obliger l'embauche de médecins prêts à pratiquer l'avortement, en facilitant les transferts, tout en notant qu'aujourd'hui les médecins de plus de 50 ans sont les moins « objecteurs ». Il est urgent, selon l'IPPF, d'enseigner plus systématiquement l'avortement en faculté de médecine.

Clauses de conscience au profit des professionnels de la santé en Belgique: 

BROCHURE


Articles similaires

OBJECTION DE CONSCIENCE

- Clauses de conscience

Royaume-Uni : la clause de conscience remise en question par le Conseil Général des Pharmaciens

Le Parlement Européen désavoue l'objection de conscience des professionnels de la santé.

Aide Médicale à Mourir : le Manitoba protège l'objection de conscience des soignants

Ontario : La liberté d'expression est-elle encore réelle quand l'objection de conscience est limitée

Chili : avortement dépénalisé dans trois 3 cas, quelle place à l'objection de conscience ?

Euthanasie : le médecin qui ne ...

Lire la suite

Une offre d'emploi qui exclut les objecteurs de conscience

Une offre d'emploi qui exclut les objecteurs de conscience

- Clauses de conscience

La plus grande maternité d'Irlande, (Dublin's National Maternity Hospital), a annoncé le recrutement d'un anesthésiste et d'un obstétricien. Avec un critère d'embauche : ils doivent accepter de pratiquer des avortements. Une source de l'hôpital a indiqué que ces soignants seraient pourtant très peu amenés à réaliser des IVG et que « leurs tâches seraient essentiellement celles attendues d'un anesthésiste ou d'un obstétricien dans une maternité. » Malgré tout, il est demandé aux médecins opposé...

Lire la suite

Canada : une proposition de loi pour protéger la liberté de conscience des soignants

Canada : une proposition de loi pour protéger la liberté de conscience des soignants

- Clauses de conscience

Un député canadien a déposé une proposition de loi pour protéger les soignants qui font appel à l'objection de conscience en matière d'euthanasie et d'aide médicale au suicide.

La proposition de David Anderson aurait pour effet de pénaliser quiconque qui intimiderait un professionnel de la santé (médecin, infirmier, pharmacien ou autre) et le pousserait à participer directement ou indirectement à un suicide médicalement assisté ou à une euthanasie. Les mêmes sanctions puniraient la personne ...

Lire la suite