Royaume-Uni : la clause de conscience remise en question par le Conseil Général des Pharmaciens

Publié le : Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Doit-on obliger un pharmacien à délivrer un médicament quand bien même il jugerait l'effet de ce dernier contraire à ce que lui indique sa conscience ? Le General Pharmaceutical Council s'est penché sur la question mi-février et a statué en faveur d'un « duty to dispense ». Soit l'obligation de délivrer toute prescription médicale quelles que soient les convictions personnelles du professionnel de santé.

Le Conseil demande à ce que soit assuré un « soin centré sur la personne », plaçant au premier plan les intérêts du client qui ne pourra se voir opposer la liberté de conscience de l'apothicaire. Il sous-entend dès lors que la clause de conscience peut être un obstacle à une prestation de qualité pour le patient. Cependant, plus d'un pharmacien affirme qu'un professionnel agissant en conscience est plus à même d'offrir le meilleur soin possible pour son patient que celui qui agirait sous la contrainte.

Jusqu'à maintenant, un pharmacien ne souhaitant pas dispenser un traitement pour des raisons éthiques était tenu de réorienter son patient vers un confrère, ce qui en soi pose déjà problème.

A ce jour, tous les professionnels de santé au Royaume-Uni, sont protégés par une clause de conscience et il est prévu la possibilité de refuser de concourir à un avortement. Cependant, aucune clause de conscience n'est spécifiée concernant les contraceptifs potentiellement abortifs tels que le stérilet ou la pilule du lendemain.

Un jugement de la Cour Suprême a récemment réduit la portée de l'Abortion Act de 1967, admettant une possible exclusion des pharmaciens qui pourraient désormais être sommés de délivrer les substances pour des avortements médicamenteux.

Le Conseil Général des Pharmaciens prépare la mise en place d'un droit universel d'accès aux médicaments et traitements légalement prescrits pour les patients. Les pharmaciens, y compris stagiaires, subiraient par conséquent des pressions sans précédent : soit ils se soumettent, soit ils risquent des procédures judiciaires voire la perte de leur emploi.

Aujourd'hui, la réalité semble pourtant bien loin de telles préoccupations. On ne recense que très peu de plaintes de clients qui se sont vus refuser l'accès à des prescriptions médicales. Les mesures prises par le Conseil apparaissent donc disproportionnées, négligeant la liberté de conscience des pharmaciens pourtant essentielle dans une démocratie.

Source : General Pharmaceutical council


Articles similaires

Les médecins mieux respectés :  un pas vers la liberté de conscience

Les médecins mieux respectés : un pas vers la liberté de conscience

- Clauses de conscience

Le Gouvernement américain a annoncé la création d'une nouveau département ministériel « consacré aux libertés religieuses et de conscience », qui soutiendra « les médecins, infirmières et autres soignants qui refusent d'accomplir les soins qu'ils estiment contraires à leurs convictions ».

D'après Eric Hargan, le ministre par intérim, « Le président avait promis aux américains que le gouvernement défendrait énergiquement les droits relevant de la conscience et de la liberté religieuse. Cette ...

Lire la suite

Norvège : objection de conscience refusée à un médecin

Norvège : objection de conscience refusée à un médecin

- Clauses de conscience

C'est en décembre 2015 que le Dr Katarzyna Jachimowicz, médecin généraliste en hôpital, a été démise de ses responsabilités après avoir refusé de poser un stérilet à une femme, dispositif qui, affirme-t-elle, peut se révéler abortif, puisqu'il empêche la nidation de l'embryon déjà conçu dans l'utérus.
Cette objection de conscience lui a été refusée par l'hôpital  Et pourtant, lorsque le Dr Jachimowicz a été engagée par la Clinique Familiale de Sauherad en 2010, un accord verbal avait été concl...

Lire la suite

Objection de conscience accordée à une infirmière britannique

Objection de conscience accordée à une infirmière britannique

- Clauses de conscience

Une infirmière menacée de licenciement pour avoir refusé de travailler dans un service d'avortement a eu gain de cause, sans aller devant les tribunaux. L'infirmière a convaincu son employeur, le Trust NHS, que son droit à l'objection de conscience est protégé par l'article 4 de la loi de 1967 sur l'avortement, et qu'elle ne devrait pas être forcée de travailler dans une clinique d'interruption de grossesse attachée à l'hôpital.

Neil Addison, du Centre juridique Thomas More, l'avocat qui a re...

Lire la suite