Royaume-Uni : la clause de conscience remise en question par le Conseil Général des Pharmaciens

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 16/03/2017

Doit-on obliger un pharmacien à délivrer un médicament quand bien même il jugerait l'effet de ce dernier contraire à ce que lui indique sa conscience ? Le General Pharmaceutical Council s'est penché sur la question mi-février et a statué en faveur d'un « duty to dispense ». Soit l'obligation de délivrer toute prescription médicale quelles que soient les convictions personnelles du professionnel de santé.

Le Conseil demande à ce que soit assuré un « soin centré sur la personne », plaçant au premier plan les intérêts du client qui ne pourra se voir opposer la liberté de conscience de l'apothicaire. Il sous-entend dès lors que la clause de conscience peut être un obstacle à une prestation de qualité pour le patient. Cependant, plus d'un pharmacien affirme qu'un professionnel agissant en conscience est plus à même d'offrir le meilleur soin possible pour son patient que celui qui agirait sous la contrainte.

Jusqu'à maintenant, un pharmacien ne souhaitant pas dispenser un traitement pour des raisons éthiques était tenu de réorienter son patient vers un confrère, ce qui en soi pose déjà problème.

A ce jour, tous les professionnels de santé au Royaume-Uni, sont protégés par une clause de conscience et il est prévu la possibilité de refuser de concourir à un avortement. Cependant, aucune clause de conscience n'est spécifiée concernant les contraceptifs potentiellement abortifs tels que le stérilet ou la pilule du lendemain.

Un jugement de la Cour Suprême a récemment réduit la portée de l'Abortion Act de 1967, admettant une possible exclusion des pharmaciens qui pourraient désormais être sommés de délivrer les substances pour des avortements médicamenteux.

Le Conseil Général des Pharmaciens prépare la mise en place d'un droit universel d'accès aux médicaments et traitements légalement prescrits pour les patients. Les pharmaciens, y compris stagiaires, subiraient par conséquent des pressions sans précédent : soit ils se soumettent, soit ils risquent des procédures judiciaires voire la perte de leur emploi.

Aujourd'hui, la réalité semble pourtant bien loin de telles préoccupations. On ne recense que très peu de plaintes de clients qui se sont vus refuser l'accès à des prescriptions médicales. Les mesures prises par le Conseil apparaissent donc disproportionnées, négligeant la liberté de conscience des pharmaciens pourtant essentielle dans une démocratie.

Source : General Pharmaceutical council


Articles similaires

Uruguay : la justice renforce l’objection de conscience des gynécologues face à l’avortement.

Uruguay : la justice renforce l’objection de conscience des gynécologues face à l’avortement.

- Clauses de conscience

Le 21 août 2015, le Tribunal du contentieux administratif uruguayen a donné raison à un collectif de 100 médecins gynécologues contre le gouvernement, afin de soutenir leur clause de conscience face à l'avortement.
A l'occasion de ce procès, les juges se sont penchés sur la loi relative à l'avortement pour en supprimer sept articles attentatoires à l'objection de conscience des médecins.
En effet, la loi imposait aux gynécologues de prendre part indirectement au processus menant à l'IVG: ils a...

Lire la suite

A présent en ligne ! Brochure "Clauses de conscience"

- Clauses de conscience

Notre  Brochure : "La clause de conscience au profit des professionnels de la santé en Belgique" est aujourd'hui téléchargeable en ligne Format PDF      ICI

Un médecin peut-il refuser de pratiquer une euthanasie ?
Une infirmière peut-elle refuser de participer à un avortement ?
Un pharmacien peut-il refuser de délivrer certains produits ?
La légitimité de ces attitudes est-elle consacrée en droit voire reconnue par la loi belge ?

De façon synthétique, sous la forme de questions-réponses, ce...

Lire la suite

Nouvelle brochure : "La clause de conscience au profit des professionnels de la santé en Belgique"

- Clauses de conscience

Un médecin peut-il refuser de pratiquer une euthanasie ? Une infirmière peut-elle refuser de participer à un avortement ? Un pharmacien peut-il refuser de délivrer certains produits ? La légitimité de ces attitudes est-elle consacrée en droit voire reconnue par la loi belge ?

De façon synthétique, sous la forme de questions-réponses, cette brochure de l'Institut Européen de Bioéthique tente de faire le point sur ces questions.

Si vous souhaitez recevoir cette brochure par la poste, laissez-...

Lire la suite