Ontario : La liberté d’expression est-elle encore réelle quand l’objection de conscience est limitée

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Canada

Publié le : 22/06/2017

L'Aide Médicale à Mourir (AMM) est décriminalisée au Canada depuis juin 2016 par une loi fédérale, la Bill C-14. Celle-ci prévoit toutefois qu'aucun médecin n'est dans l'obligation de pratiquer une euthanasie, et ce au nom de la liberté de conscience et de religion prévue dans l'article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Le 10 mai dernier, en Ontario, une loi provinciale (Bill 84) a obtenu la sanction royale nécessaire à son entrée en vigueur. Ce texte oblige tout médecin ou infirmier, au cas où il ferait appel à l'objection de conscience, à référer son patient à un confrère qui, lui, accèdera à la demande d'aide médicale à mourir. De nombreux professionnels de la santé ont immédiatement dénoncé le fait que référer un patient à un collègue, revient en quelque sorte à participer indirectement à l'euthanasie – constituant de ce fait une atteinte au principe même de la liberté de conscience.

Les conséquences de cette loi provinciale sont bien réelles comme l'a récemment expérimenté une infirmière de l'Ontario, Mary Jean Martin. Infirmière en charge de la coordination des soins à domicile pour un organisme public depuis 30 ans, elle se retrouve aujourd'hui sans emploi car, partant des exigences des nouvelles lois (Bill C-14 et Bill 84), il lui a été demandé de signer un document l'engageant à la mise en oeuvre de ces lois. Elle n'a pas obtempéré, refusant catégoriquement toute forme de participation à un acte qui provoquerait la mort d'un de ses patients. En réponse de quoi son supérieur hiérarchique a déclaré : « tous les employés, en leur qualité de fonctionnaire, doivent prononcer ce serment professionnel d'allégeance. S'ils ne le signent pas ou ne le prononcent pas cela est considéré comme une démission automatique de votre poste. » Elle a donc préféré démissionner.

Face à cette situation, Mary Martin s'indigne : « Pourquoi vient-on subitement de m'arracher le droit de travailler paisiblement selon mes propres croyances au sein d'une société libre et inclusive ? ». Elle dénonce ainsi une atteinte aux droits fondamentaux et la discrimination au sein des professions médicales envers ceux qui refuseraient de tout acte provoquant intentionnellement la mort.
 
Source : Institute for Canadian Values
 


Articles similaires

Norvège : objection de conscience refusée à un médecin

Norvège : objection de conscience refusée à un médecin

- Clauses de conscience

C'est en décembre 2015 que le Dr Katarzyna Jachimowicz, médecin généraliste en hôpital, a été démise de ses responsabilités après avoir refusé de poser un stérilet à une femme, dispositif qui, affirme-t-elle, peut se révéler abortif, puisqu'il empêche la nidation de l'embryon déjà conçu dans l'utérus.
Cette objection de conscience lui a été refusée par l'hôpital  Et pourtant, lorsque le Dr Jachimowicz a été engagée par la Clinique Familiale de Sauherad en 2010, un accord verbal avait été concl...

Lire la suite

Canada : une proposition de loi pour protéger la liberté de conscience des soignants

Canada : une proposition de loi pour protéger la liberté de conscience des soignants

- Clauses de conscience

Un député canadien a déposé une proposition de loi pour protéger les soignants qui font appel à l'objection de conscience en matière d'euthanasie et d'aide médicale au suicide.

La proposition de David Anderson aurait pour effet de pénaliser quiconque qui intimiderait un professionnel de la santé (médecin, infirmier, pharmacien ou autre) et le pousserait à participer directement ou indirectement à un suicide médicalement assisté ou à une euthanasie. Les mêmes sanctions puniraient la personne ...

Lire la suite

France : clause de conscience en matière de recherche

France : clause de conscience en matière de recherche

- Clauses de conscience

Jusqu'il y a peu en France, le droit de la santé ne retenait que deux clauses de conscience. La première visant l' « interruption volontaire de grossesse » (art. L. 2212-8 CSP) et l' « interruption de grossesse pour motif médical » (art. L. 2213-2 CSP), la seconde concernant la « stérilisation à visée contraceptive » par ligature des trompes ou des canaux déférents (art. L. 2123-1 CSP).

L'adoption par le Parlement d'une troisième clause de conscience en matière de recherche sur l'embryon revê...

Lire la suite