Les étudiants en médecine et infirmerie pourront faire objection de conscience

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 28/12/2017

La Faculty of sexual and reproductive healthcare (FSRH), organe médical responsable au Royaume-Uni de la formation des professionnels dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, donne désormais la possibilité à ses stagiaires en médecine ou en infirmerie d'invoquer la clause de conscience. C'est ce qu'annoncent les nouvelles directives qui viennent d'être publiées.
Médecins, infirmiers et maintenant étudiants et stagiaires médecins ou infirmiers en stage, pourront à présent refuser de pratiquer un avortement ou de fournir de la contraception d'urgence (potentiellement abortive) sur base de convictions personnelles, sans que cela ne mette en péril leurs chances d'obtenir leur diplôme.

La direction de la FSRH justifie cela par une volonté d'accueillir des opinions diverses au sein du monde médical.

Les besoins des patients ne seront pas négligés pour autant, la directive de 2017 déclare en effet que « tout clinicien souhaitant ne pas prescrire la contraception d'urgence en raison de ses convictions personnelles devra le signifier à son service ou à son employeur, afin que d'autres arrangements puissent être pris pour les patients ». Si un médecin souhaite refuser certaines pratiques, il doit s'abstenir d'émettre le moindre jugement à l'égard du patient et garantir par une autre voie que « les besoins (de celui-ci) soient satisfaits. »

Toutefois, si un stagiaire acceptait de mettre de côté ses convictions personnelles pour répondre aux besoins du patient, et remplissait ainsi l'intégralité de ses « obligations », cela serait aussi mentionné sur son diplôme.

Sources : Dailymail

En Belgique ? Demandez la Brochure de l'IEB : "Clauses de conscience au profit des professionnels de la santé"


Articles similaires

France : clause de conscience en matière de recherche

France : clause de conscience en matière de recherche

- Clauses de conscience

Jusqu'il y a peu en France, le droit de la santé ne retenait que deux clauses de conscience. La première visant l' « interruption volontaire de grossesse » (art. L. 2212-8 CSP) et l' « interruption de grossesse pour motif médical » (art. L. 2213-2 CSP), la seconde concernant la « stérilisation à visée contraceptive » par ligature des trompes ou des canaux déférents (art. L. 2123-1 CSP).

L'adoption par le Parlement d'une troisième clause de conscience en matière de recherche sur l'embryon revê...

Lire la suite

Clause de conscience pour les professionnels de la santé

Clause de conscience pour les professionnels de la santé

- Clauses de conscience

Des professionnels de la santé sont sollicités d'exécuter ou de concourir à un acte qui heurte leur conscience. Leur objection éthique n'est pas nécessairement liée à une conviction religieuse ; elle s'appuie aussi sur des motifs d'ordre scientifique ou liés à la conception qu'ils se font de leur déontologie professionnelle.
Un médecin peut-il refuser de pratiquer une euthanasie ? Une infirmière peut-elle refuser de participer à un avortement ? Un pharmacien peut-il refuser de délivrer certain...

Lire la suite

Espagne : pilule du lendemain et clause de conscience des pharmaciens

Espagne : pilule du lendemain et clause de conscience des pharmaciens

- Clauses de conscience

Le 8 juillet 2015, la Cour constitutionnelle espagnole a rendu une décision visant à protéger la clause de conscience des pharmaciens qui refuseraient de vendre la pilule du lendemain sur le fondement de l'article 16 de la Constitution espagnole.
Les juges constitutionnels se prononçaient sur une affaire produite à Séville en 2008.
Un pharmacien avait été condamné à 3000€ d'amende par le gouvernement d'Andalousie pour avoir refusé de vendre la pilule du lendemain et des contraceptifs. Leur déc...

Lire la suite