Les étudiants en médecine et infirmerie pourront faire objection de conscience

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 28/12/2017

La Faculty of sexual and reproductive healthcare (FSRH), organe médical responsable au Royaume-Uni de la formation des professionnels dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, donne désormais la possibilité à ses stagiaires en médecine ou en infirmerie d'invoquer la clause de conscience. C'est ce qu'annoncent les nouvelles directives qui viennent d'être publiées.
Médecins, infirmiers et maintenant étudiants et stagiaires médecins ou infirmiers en stage, pourront à présent refuser de pratiquer un avortement ou de fournir de la contraception d'urgence (potentiellement abortive) sur base de convictions personnelles, sans que cela ne mette en péril leurs chances d'obtenir leur diplôme.

La direction de la FSRH justifie cela par une volonté d'accueillir des opinions diverses au sein du monde médical.

Les besoins des patients ne seront pas négligés pour autant, la directive de 2017 déclare en effet que « tout clinicien souhaitant ne pas prescrire la contraception d'urgence en raison de ses convictions personnelles devra le signifier à son service ou à son employeur, afin que d'autres arrangements puissent être pris pour les patients ». Si un médecin souhaite refuser certaines pratiques, il doit s'abstenir d'émettre le moindre jugement à l'égard du patient et garantir par une autre voie que « les besoins (de celui-ci) soient satisfaits. »

Toutefois, si un stagiaire acceptait de mettre de côté ses convictions personnelles pour répondre aux besoins du patient, et remplissait ainsi l'intégralité de ses « obligations », cela serait aussi mentionné sur son diplôme.

Sources : Dailymail

En Belgique ? Demandez la Brochure de l'IEB : "Clauses de conscience au profit des professionnels de la santé"


Articles similaires

Canada : une médecin réagit contre la limitation de liberté de conscience

Canada : une médecin réagit contre la limitation de liberté de conscience

- Clauses de conscience

Les médecins canadiens ont récemment vu leur liberté de conscience sérieusement limitée. Une décision de la Cour Supérieure de Justice d'Ontario a confirmé le 31 janvier 2018 la validité de deux directives du Collège des Médecins d'Ontario (CPSO) qui imposent aux médecins faisant objection de conscience de référer eux-mêmes leurs patients demandeurs d'aide au suicide vers un autre médecin ou entité médicale « disponible et accessible ». (Bulletin de l'IEB)

Pour rappel, la Cour a estimé que mê...

Lire la suite

France : une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte de soin comme un autre »

France : une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte de soin comme un autre »

- Clauses de conscience



« C'est un acte de soin comme un autre et, à ce titre, il mérite un traitement identique ». Tels furent les mots de la députée française Albane Gaillot à propos de l'avortement, juste avant l'adoption par la Commission des affaires sociales d'une proposition de loi « visant à renforcer le droit à l'avortement », le jeudi 8 octobre 2020. C'est à ce titre que le texte prévoit de supprimer la clause de conscience spécifique dont bénéficient les soignants qui ne souhaitent pas participer à un av...

Lire la suite

Euthanasie : l’objection de conscience des médecins de moins en moins acceptée

Euthanasie : l’objection de conscience des médecins de moins en moins acceptée

- Clauses de conscience

Un peu plus d'une personne sur trois aux Pays-Bas pense qu'un médecin ne devrait pas pouvoir faire objection de conscience par rapport à l'euthanasie. C'est ce que révèle une enquête menée par le Bureau Central de Statistiques aux Pays-Bas. Autrement dit, un tiers des personnes interrogées trouve que les médecins ne devraient pas pouvoir refuser de pratiquer l'euthanasie quand leur patient remplit toutes les conditions légales pour l'obtenir.

Le droit à l'objection de conscience par rapport a...

Lire la suite