La liberté des institutions de soins en jeu au Canada ?

Publié le : Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Un patient soigné dans l'hôpital Saint-Paul, où "l'aide à mourir" n'est pas une option, a été transféré à l'hôpital général de Vancouver. En raison d'un défaut de communication entre les deux hôpitaux, le transfert ne s'est apparemment pas déroulé comme prévu. Cet événement relance au Canada le débat sur l'accessibilité de l'aide à mourir dans les établissements médicaux religieux.

Suite à cette expérience, l'hôpital Saint-Paul a mis en place un protocole de partage d'information et a embauché une personne responsable du transfert de patients qui insistent pour bénéficier d'un suicide assisté.

Christopher de Bono, vice-président à l'éthique des soins de la régie de santé Providence, reconnait que l'aide médicale à mourir représente une option pour certains patients, mais il insiste que cet acte ne correspond pas à la mission de l'hôpital Saint-Paul, qui s'engage à offrir des soins palliatifs de qualité pour tous.

Shanaaz Gokool, directrice de Mourir dans la Dignité Canada, estime que ce refus, et les transferts subséquents, vont à l'encontre d'une mort digne. Elle demande à ce que les autorités canadiennes contrôlent que des services d'aide médicale à mourir soient offerts dans tous les établissements médicaux subsidiés, nonobstant leurs convictions éthiques.

La liberté des institutions de soins est-elle en jeu ?

Source : Radio Canada

En Belgique, qu'en est-il ? Voir Dossier de l'IEB : La liberté des institutions de soins eu égard à la pratique de l'euthanasie


Articles similaires

Ontario : La liberté d’expression est-elle encore réelle quand l’objection de conscience est limitée

Ontario : La liberté d’expression est-elle encore réelle quand l’objection de conscience est limitée

- Clauses de conscience

L'Aide Médicale à Mourir (AMM) est décriminalisée au Canada depuis juin 2016 par une loi fédérale, la Bill C-14. Celle-ci prévoit toutefois qu'aucun médecin n'est dans l'obligation de pratiquer une euthanasie, et ce au nom de la liberté de conscience et de religion prévue dans l'article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Le 10 mai dernier, en Ontario, une loi provinciale (Bill 84) a obtenu la sanction royale nécessaire à son entrée en vigueur. Ce texte oblige tout médecin ou in...

Lire la suite

Belgique : la liberté des institutions de soins en matière d’euthanasie à nouveau sur la balance

Belgique : la liberté des institutions de soins en matière d’euthanasie à nouveau sur la balance

- Clauses de conscience

L'euthanasie reste une question « taboue » dans la seigneurie Ter Minne à Lebbeke, annonçait le journal De Morgen la semaine dernière. Ses résidents, à qui l'on ne donnerait pas suffisamment d'anti-douleurs, vivraient leurs dernières heures dans une souffrance « inhumaine », selon les dires de personnes y ayant travaillé dans le passé. 

Suite à cette annonce, Carina Van Cauter, députée de l'Open VLD, demande au parlement flamand d'interdire explicitement aux maisons de repos et de soins (MRS...

Lire la suite

Italie : un hôpital menace la liberté des médecins qui refusent de pratiquer l’avortement

Italie : un hôpital menace la liberté des médecins qui refusent de pratiquer l’avortement

- Clauses de conscience

https://www.ieb-eib.org/img/images/2019-06/img-1559555851-887.jpgUn hôpital peut-il discriminer à l'embauche des gynécologues sur la base de leur refus de pratiquer des avortements ? C'est la question qui fait débat aujourd'hui en Italie.
En effet, l'hôpital San Camillo de Rome a publié une offre d'emploi pour deux médecins qui s'engageraient à ne pas faire valoir la clause de conscience relative à l'avortement, exigence pour voir leurs candidatures acceptées. Deux médecins ont ainsi été recru...

Lire la suite