Euthanasie : le médecin qui ne la pratique pas, devra référer son patient vers un confrère

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités

Publié le : 26/09/2017

Clause de conscience vs obligation déontologique

Le Conseil national de l'Ordre des médecins a émis un avis le 6 Mai 2017 relatif à « l'information du patient concernant son état de santé et les soins qui lui sont proposés ». Cet avis énonce qu'en vertu de cette obligation, « si le médecin fait valoir une objection de conscience, comprise comme la liberté personnelle du médecin de ne pas donner des soins qu'il estime, en conscience, contraires à ses convictions ou à sa mission » il doit informer le patient et « le diriger vers une structure médicale susceptible de le prendre en charge. ».

Un courriel du 4 Septembre 2017 demande alors si cette obligation de diriger le patient vers une structure médicale est d'application lors d'un refus d'euthanasie.

Le Conseil de l'Ordre répond qu'il existe bel et bien une obligation déontologique de renvoi vers un autre médecin pour les médecins qui refusent de pratiquer l'euthanasie. Par contre, l'Ordre précise que le médecin n'a pas l'obligation de s'assurer que le patient se verra accorder une euthanasie par le médecin ou l'institution conseillé.

En Belgique, la loi du 28 mai 2002 sur l'euthanasie, en son article 14 établit une clause de conscience en ce « qu'aucun médecin n'est tenu de pratiquer une euthanasie » et « qu'il est tenu, à la demande du patient ou de la personne de confiance, de communiquer le dossier médical du patient au médecin désigné par ce dernier ou par la personne de confiance ».

Diverses propositions de loi, telle celle du 13 mai 2016 ont été déposées en vue d'imposer au médecin qui refuse de pratiquer l'euthanasie, l'obligation de renvoyer vers un autre médecin favorable, ces propositions n'ont pas encore abouti.

L'on peut donc s'étonner en l'espèce de cette obligation déontologique de renvoi pour un médecin faisant valoir son objection de conscience en matière d'euthanasie. Soit il renvoie le patient vers un médecin ou une structure défavorable à l'euthanasie, et le patient désireux de la voir pratiquer n'y trouvera pas son compte, soit il renvoie vers une structure ou un médecin qui y est favorable et le contenu de son objection de conscience se voit totalement vidé de sa substance.
Sources : Ordomedic.be

Télécharger ou Commander la Brochure "Clauses de conscience au profit des professionnels de la santé" : ICI


Articles similaires

Belgique : la liberté des institutions de soins en matière d’euthanasie à nouveau sur la balance

Belgique : la liberté des institutions de soins en matière d’euthanasie à nouveau sur la balance

- Clauses de conscience

L'euthanasie reste une question « taboue » dans la seigneurie Ter Minne à Lebbeke, annonçait le journal De Morgen la semaine dernière. Ses résidents, à qui l'on ne donnerait pas suffisamment d'anti-douleurs, vivraient leurs dernières heures dans une souffrance « inhumaine », selon les dires de personnes y ayant travaillé dans le passé. 

Suite à cette annonce, Carina Van Cauter, députée de l'Open VLD, demande au parlement flamand d'interdire explicitement aux maisons de repos et de soins (MRS...

Lire la suite

Le président de la libre-pensée se prononce pour la liberté des institutions face à l’euthanasie

Le président de la libre-pensée se prononce pour la liberté des institutions face à l’euthanasie

- Clauses de conscience

Le Professeur Freddy Mortier, philosophe et professeur d'éthique à l'université de Gand, connu également pour son engagement maçonnique et actuellement à la présidence de « de mens.nu », coupole regroupant les organisations de la libre-pensée en Flandre (équivalent du Centre d'Action Laïque), s'est prononcé dans une interview accordée au journal De Morgen notamment sur la question de la liberté des institutions de soin face à l'euthanasie.

Il y souligne tout d'abord que l'euthanasie est un dr...

Lire la suite

Argentine : un médecin condamné pour avoir refusé de pratiquer un avortement à risque

Argentine : un médecin condamné pour avoir refusé de pratiquer un avortement à risque

- Clauses de conscience

La condamnation du Dr Leandro Rodriguez Lastra a été confirmée en appel. Ce médecin avait refusé de pratiquer un avortement sur une femme enceinte de 23 semaines, estimant qu'un tel geste présentait trop de risques pour la santé de la femme. Le médecin écope d'une peine de prison d'un an et deux mois avec sursis et de la suspension de toute ses fonctions publiques pendant deux ans et quatre mois.

L'affaire en question commence en avril 2017, lorsqu'une jeune femme de 19 ans, qui affirme avoir...

Lire la suite