Chili : avortement dépénalisé dans trois 3 cas, quelle place à l’objection de conscience ?

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités

Publié le : 22/06/2017

Le Chili est sur le point de finaliser un projet de dépénalisation de l'avortement jusqu'à la 12ème semaine de grossesse (14ème semaine pour les moins de 14 ans). Le Sénat a déjà approuvé les trois conditions sous lesquelles la pratique sera dépénalisée : lorsque la poursuite de la grossesse met en danger la vie de la mère, lorsque le foetus est non-viable ou lorsque la grossesse survient à la suite d'un viol. Avant l'adoption officielle du texte, le Parlement débat cette semaine sur un programme d'accompagnement des femmes qui auront choisi de garder leur enfant ainsi que sur l'objection de conscience laissée aux soignants.

Cette question de l'objection de conscience divise tant du point de vue individuel qu'institutionnel. Tel que présenté initialement, le projet de dépénalisation prévoit une clause de conscience mais uniquement pour le médecin chirurgien à qui il serait demandé de pratiquer l'IVG. C'est-à-dire que le reste de l'équipe médicale, anesthésistes, sages-femmes, infirmières ou tout autre professionnel de la santé impliqué plus ou moins directement dans la procédure, ne pourrait pas déroger à sa tâche.

Tous les établissements de santé, comme les hôpitaux, les cliniques universitaires et privées dont l'idéal ou l'orientation institutionnelle défend la vie en toutes circonstances, pourraient dès lors se voir contraints d'agir à l'encontre de leurs valeurs en pratiquant l'avortement dans leurs locaux. L'avortement serait considéré comme une « prestation de santé légitime ».

Certains Sénateurs tels que Francisco Chahuan du parti de centre droit Renovacion Nacional et Jacqueline Van Rysselbergue de l'Union des Démocrates Indépendants proposaient qu'aucun centre de santé ne soit obligé de pratiquer l'avortement : « On est en train de fragiliser la liberté de conscience qui a été établie dans notre Constitution ». Ce à quoi la Ministre de la Femme, Claudia Pascual, a répondu que « dans notre Constitution, ce qui est régulé, c'est la liberté de conscience et pas l'objection de conscience. De ce fait, le projet de loi a permis un juste équilibre entre ce que prévoit la Constitution et la garantie d'une prestation de santé. »

Source : synthèse de presse chilienne
 


Articles similaires

Aide Médicale à Mourir : le Manitoba protège l’objection de conscience des soignants

Aide Médicale à Mourir : le Manitoba protège l’objection de conscience des soignants

- Clauses de conscience

Le gouvernement du Manitoba a déposé un projet de loi provincial visant à protéger l'objection de conscience du personnel médical et la liberté des établissements de santé en matière de fin de vie.

Au Canada, l'Aide Médicale à Mourir est décriminalisée par une loi fédérale depuis juin 2016. Cette loi n'oblige personne à fournir cette prestation « attendu que chacun jouit de la liberté de conscience et de religion ». Cependant, elle reconnaît comme compétence des provinces la réglementation de...

Lire la suite

Royaume-Uni : la clause de conscience remise en question par le Conseil Général des Pharmaciens

Royaume-Uni : la clause de conscience remise en question par le Conseil Général des Pharmaciens

- Clauses de conscience

Doit-on obliger un pharmacien à délivrer un médicament quand bien même il jugerait l'effet de ce dernier contraire à ce que lui indique sa conscience ? Le General Pharmaceutical Council s'est penché sur la question mi-février et a statué en faveur d'un « duty to dispense ». Soit l'obligation de délivrer toute prescription médicale quelles que soient les convictions personnelles du professionnel de santé.

Le Conseil demande à ce que soit assuré un « soin centré sur la personne », plaçant au pr...

Lire la suite

Pologne : objection de conscience validée pour le médecin ayant refusé de pratiquer l’avortement

Pologne : objection de conscience validée pour le médecin ayant refusé de pratiquer l’avortement

- Clauses de conscience

Bogdan Chazan, médecin polonais et directeur de la clinique de la Sainte Famille à Varsovie avait été démis de son poste en juillet 2014 pour avoir refusé de pratiquer un avortement à la demande d'une femme dont l'enfant présentait des malformations. Conformément à ses convictions, le médecin avait invoqué son objection de conscience et refusé d'indiquer à la jeune femme qui accepterait de faire ce que lui-même se refusait d'accomplir  (voir Bulletin IEB du 10/09/2014). C'est surtout ce dernie...

Lire la suite