Argentine : un médecin condamné pour avoir refusé de pratiquer un avortement à risque

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités

Publié le : 19/03/2020

Auteur / Source : Gènéthique (17 mars 2020) – Rio Negro (11 mars 2020)

La condamnation du Dr Leandro Rodriguez Lastra a été confirmée en appel. Ce médecin avait refusé de pratiquer un avortement sur une femme enceinte de 23 semaines, estimant qu'un tel geste présentait trop de risques pour la santé de la femme. Le médecin écope d'une peine de prison d'un an et deux mois avec sursis et de la suspension de toute ses fonctions publiques pendant deux ans et quatre mois.

L'affaire en question commence en avril 2017, lorsqu'une jeune femme de 19 ans, qui affirme avoir été violée, se rend à l'hôpital public de Cipoletti après s'être rendue dans une ONG où elle indique avoir reçu du misoprostol, un médicament destiné notamment à provoquer l'avortement. La patiente demande alors que son avortement puisse être achevé à l'hôpital.

En Argentine, l'avortement n'est autorisé qu'en cas de danger pour la santé de la mère ou lorsque la grossesse est issue d'un viol. Dans cette dernière hypothèse, il ne faut toutefois pas prouver que la grossesse résulte effectivement d'une agression sexuelle.

Estimant qu'elle courait le risque d'une infection grave, voire mortelle, le Dr Rodriguez lui a administré des médicaments contre les contractions. Selon lui, la patiente était à 5 mois de grossesse et ne pouvait dès lors plus recevoir de pilules abortives, celles-ci risquant de provoquer des complications chez la mère après 10 à 12 semaines de grossesse.

La jeune femme est alors restée à l'hôpital, avec son plein consentement, afin que l'on pratique une césarienne lorsque le bébé pourrait naître vivant et viable. À 7 mois et demi, le bébé est alors né en bonne santé.

Quelque temps après, un groupe d'activistes pro-IVG reproche au médecin d'avoir mis en place une « tactique de retardement ». Un procès est entamé qui aboutit, en octobre 2019, à la condamnation du médecin, confirmée désormais en appel. Les juges se fondent notamment sur le fait que le Dr Rodriguez n'aurait « jamais eu l'intention de pratiquer l'avortement ». Lors de ce procès, les termes de ‘'violence obstétricale'' sont même mentionnés, dans le sens où le Dr Rodriguez aurait obligé la jeune femme à accoucher.

Dès l'entame du procès d'appel, le procureur Santiago Márquez Gauna avait d'ailleurs exprimé son souhait que le médecin « suive des cours sur le consentement éclairé, l'interruption légale de grossesse et la ‘'perspective de genre'' ». Il n'a pas été suivi sur ce point.

Précisons que le Dr Rodriguez avait demandé que deux des trois juges soient récusés, l'un se positionnant clairement pour l'avortement et l'autre s'étant déjà exprimé sur l'affaire avant même d'entendre l'accusé. Cette demande n'avait pas abouti.

Son avocat estime que cette décision est idéologique et précise qu'elle fera l'objet d'un recours devant la Cour Suprême de la province de Rio Negro.

Cette affaire soulève à nouveau la question de la frontière entre la liberté thérapeutique et l'objection de conscience du médecin : dans quelle mesure le refus de pratiquer un avortement en raison des risques pour la femme peut-il véritablement être considéré comme une objection de conscience ? Une question analogue se pose en matière de fin de vie, concernant le refus de pratiquer l'euthanasie sur base du respect des conditions de la loi, vu par d'aucuns comme une objection de conscience.

 

Photo : Twitter - Radio 10


Articles similaires

Belgique : le nouveau code de déontologie médicale veut faire confiance aux médecins

Belgique : le nouveau code de déontologie médicale veut faire confiance aux médecins

- Clauses de conscience

Le conseil national de l'Ordre des médecins a présenté début mai son nouveau Code de déontologie médicale.

Nettement plus concis que sa version précédente, il est conçu comme un "guide" permettant au médecin « de s'orienter en lui fournissant un cadre de référence ».

Plutôt que des obligations et interdits à respecter, il énonce des grands principes à suivre. Le but était d'aboutir à une « déontologie positive plutôt que punitive », explique Benoît Dejemeppe, président du conseil national. L...

Lire la suite

Euthanasie : le médecin qui ne la pratique pas, devra référer son patient vers un confrère

Euthanasie : le médecin qui ne la pratique pas, devra référer son patient vers un confrère

- Clauses de conscience

Clause de conscience vs obligation déontologique

Le Conseil national de l'Ordre des médecins a émis un avis le 6 Mai 2017 relatif à « l'information du patient concernant son état de santé et les soins qui lui sont proposés ». Cet avis énonce qu'en vertu de cette obligation, « si le médecin fait valoir une objection de conscience, comprise comme la liberté personnelle du médecin de ne pas donner des soins qu'il estime, en conscience, contraires à ses convictions ou à sa mission » il doit infor...

Lire la suite

Clause de conscience : les directives de l'OMS sur l'avortement

Clause de conscience : les directives de l'OMS sur l'avortement

- Clauses de conscience

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié, le 6 juillet, ses nouvelles « directives techniques et stratégiques à l'intention des systèmes de santé » à propos de l'avortement médicalisé. Ce rapport décrit les différentes méthodes d'avortement légal aujourd'hui pratiquées dans le monde.
Les recommandations actualisées de l'OMS reflètent les changements survenus dans les méthodes abortives et les soins apportés en cas d'avortement, ainsi que dans la façon de dispenser les services.
Selon...

Lire la suite